Histoire coloniale et postcoloniale

Ci-dessous, les articles les plus récents, concernant des rencontres, publications d’ouvrages, manifestations, expositions, ou proposant des réflexions sur les questions abordées par ce site. Abonnez-vous à notre lettre annonçant nos publications

publié le dimanche 18 octobre 2020

Un professeur d’histoire-géographie dans un collège des Yvelines a été assassiné par décapitation le 16 octobre 2020. Ci-dessous les réactions des syndicats d’enseignants et de la Ligue des droits de l’Homme qui expriment leur indignation et leur détermination à ne rien céder dans le combat fondamental pour la défense de la liberté d’expression, de l’éducation à l’esprit critique et de la laïcité. Nous reprenons le projet de lettre d’un enseignant qui appelle à réagir « avec les musulmans » et à refuser toute intrumentalisation islamophobe. Et rappelons, en signalant des pages parues antérieurement sur notre site, que l’indignation légitime suscitée aujourd’hui en France par ce meurtre par décapitation doit s’étendre aux mêmes pratiques barbares qui ont été mises en œuvre par des armées et des autorités françaises tout au long de l’époque coloniale.

publié le vendredi 16 octobre 2020

Avant la tenue du référendum constitutionnel du 1er novembre 2020 en Algérie et à l’initiative d’un collectif d’Algériens et Algériennes, de très nombreux intellectuels et militants des droits humains à travers le monde appellent à la fin de répression visant des journalistes et des militant.es du Hirak en Algérie. Les signataires écrivent qu’« Il faut continuer à se mobiliser pacifiquement pour écarter un système politique qui organise l’emprise du commandement militaire sur la vie politique, économique et sociale. » Nous signalons ci-dessous quelques uns des nombreux organes de presse qui, en Algérie et ailleurs dans le monde, ont publié cet appel dans différentes langues.

publié le jeudi 15 octobre 2020

Le massacre des manifestants algériens désarmés du 17 octobre 1961, longtemps dissimulé par les autorités françaises et dont la connaissance n’a commencé à émerger que dans les années 1980, est commémoré en 2020, cinquante-neuf ans après, par un nombre croissant de rassemblements et d’initiatives diverses. Cette multiplication des commémorations de cet épisode tragique qui remonte à la fin de la guerre d’Algérie doit être probablement mis en rapport avec l’indignation que suscite la persistance aujourd’hui au sein d’une partie des forces de l’ordre de comportements manifestement hérités du racisme colonial. Ci-dessous, à Paris, en banlieue parisienne, à Lille, Rennes, Lyon, Marseille et ailleurs, les annonces de quelques unes de ces multiples initiatives, y compris en ligne sur l’internet.

publié le mardi 13 octobre 2020

Mohamed Rebah a connu Maurice Audin comme professeur de mathématiques et comme militant du parti communiste algérien qui, à partir de 1955, combattait pour l’indépendance de l’Algérie dans le cadre de la guerre lancée par le FLN, le 1er novembre 1954. Il est venu chez Maurice Audin pour des leçons particulières de mathématiques et l’a côtoyé au sein d’une cellule du PCA. Devenu chercheur en histoire et auteur du livre, Des chemins et des hommes (2009), il a fait une recherche sur le docteur Georges Counillon, premier médecin au maquis des Aurès, suscitée par la lecture du roman L’As de Tahar Ouettar, et un entretien avec son auteur, ainsi que celle de l’ouvrage du docteur Mohamed-Larbi Madaci, Les Tamiseurs de sable. Sa recherche se poursuit et son texte sera mis à jour. Nous l’accompagnons de la notice de René Gallissot sur l’avocat Laïd Lamrani qui a partagé le sort de Georges Counillon.

publié le samedi 10 octobre 2020

Un rapport a été remis en 2018 par Felwine Sarr et Bénédicte Savoy sur la restitution des œuvres du patrimoine culturel africain entrées de force dans les musées français. Le 6 octobre 2020, un projet de loi instaurant une dérogation exceptionnelle à l’inaliénabilité des collections a été adopté par l’Assemblée nationale, par 49 voix pour et aucune contre, permettant la restitution de quelques unes au Sénégal et au Bénin. Il doit être examiné au Sénat. Ci-dessous l’interview par France culture de Mame-Fatou Niang, maîtresse de conférence en littérature française à l’Université Carnegie-Mellon (Pittsburgh, USA), qui a assisté au débat, et la tribune publiée dans Libération par Louis-Georges Tin, Lova Rinel et Laurent Tonegnikes pour lesquels il s’agit d’« une restitution en trompe-l’œil ». En Belgique, le musée d’Anvers, qui détient 5 000 objets et œuvres d’origine congolaise, a organisé une exposition d’une centaine d’entre elles. Si le livret qui l’accompagne ne va pas jusqu’à proposer leur restitution, il indique que le musée est ouvert à cette question.

publié le jeudi 8 octobre 2020

Articles, interviews et réactions se succèdent depuis la parution, début septembre 2020, du livre essentiel de Raphaëlle Branche, Papa, qu’as-tu fait en Algérie ?. Jacques Inrep, l’un des appelés qui avait aidé Pierre Vidal-Naquet à documenter ses livres sur la torture pratiquée par l’armée française en Algérie et qui, devenu psychanalyste et membre de l’Association des anciens appelés en Algérie contre la guerre (4ACG), a renseigné l’historienne au fil de sa longue enquête, nous a envoyé son point de vue sur un livre dont il conseille vivement la lecture. Nous publions également l’entretien que Raphaëlle Branche a donné à Hassina Mechaï et que Le Point Afrique a publié le 28 septembre 2020. Et aussi le lien vers l’entretien filmé que l’autrice de ce livre a accordé à Rachida El Azzouzi et Fabien Escalona, publié le 2 octobre par Mediapart.

publié le lundi 5 octobre 2020

Comme un symptôme du retour dans l’espace public en ce XXIème siècle de la mémoire de la colonisation, plusieurs films qui y renvoient sont diffusés à la télévision en ce mois d’octobre 2020. Sur France 2, le mardi 6 octobre, les deux films de David Korn-Brzoza et Pascal Blanchard, « Décolonisations : du sang et des larmes », et sur Arte le 7 octobre le film de Nathalie Masduraud et Valérie Urrea, « Pornotropic - Marguerite Duras et l’illusion coloniale ». Notre site reproduit ci-dessous leur présentation par les chaînes qui les diffusent. Comme il a présenté en janvier 2020, lors de sa diffusion par Arte, le documentaire « Décolonisations. Le bouleversement mondial », réalisé par Karim Miské et Marc Ball, accompagnés dans l’écriture par l’historien Pierre Singaravélou. Autant de documentaires qui donnent à réfléchir sur cette page de notre histoire.

publié le lundi 5 octobre 2020

A l’occasion du deuxième référendum organisé le 4 octobre 2020 en Kanaky-Nouvelle Calédonie, la volonté d’indépendance et de décolonisation s’est exprimée plus fortement que lors du précédent. Le oui à l’indépendance est arrivé nettement en tête là où vivent en majorité des citoyens kanak : 84,6% dans la province des îles et 77,8% dans celle du nord (pour 29,1% dans la troisième province, celle du sud). Mais aussi dans des secteurs dont la population est de diverses origines. Au total, le oui a recueilli 46,7% de voix, pour 43,3% lors du référendum de novembre 2018. Une progression très encourageante dans la perspective du troisième référendum qui devrait avoir lieu dans deux ans.

publié le lundi 5 octobre 2020

Une conférence de presse, annoncée par notre site, a eu lieu le 1er octobre 2020 après le dépôt d’un recours au Conseil d’Etat contre les dispositions administratives qui entravent l’accès au archives. Elle a suscité une dépêche de l’AFP et plusieurs échos dans la presse. Ci-dessous l’article d’Yves Bordenave dans Le Monde du 1er octobre, la tribune des présidents des trois associations requérantes — Céline Guyon, présidente de l’Association des archivistes français, Clément Thibaud, président de l’Association des historiens contemporanéistes de l’enseignement supérieur et de la recherche, et Pierre Mansat, président de l’Association Josette et Maurice Audin —, parue dans ce quotidien le 2 octobre — et l’interview de ce dernier à RFI. Ainsi que les articles de Jérôme Skalski, « Un recours contre le “confinement” des archives nationales », publié dans l’Humanité le 2 octobre et de Chloé Leprince intitulé « L’ombre du général Massu menace-t-elle toujours ceux qui travaillent sur la guerre d’Algérie ? », paru le 1er octobre sur le site de France culture.

publié le samedi 3 octobre 2020

Avant le référendum sur l’indépendance qui a lieu le 4 octobre en Kanaky-Nouvelle-Calédonie, Mediapart a publié aux éditions La Découverte, le livre Une décolonisation au présent, coordonné par Joseph Confavreux, avec un beau texte d’Edwy Plenel dont nous donnons de larges extraits. Leur force et leur qualité a provoqué une honteuse offensive de dénigrement de la part de ceux qui se proclament « loyalistes » et refusent la décolonisation. Une tribune publiée dans Le Monde le 16 septembre 2020 a cherché à utiliser le nom de l’un des fils du leader indépendantiste kanak Jean-Marie Tjibaou pour leur reprocher « un paternalisme tout à fait colonial ». Cette manœuvre perverse a suscité la mise au point cinglante d’Edwy Plenel dans Le Monde du 1er octobre que nous reproduisons ici.