Histoire coloniale et postcoloniale

L’enrichissement éditorial de notre site est assuré de façon bénévole par ses animateurs. Sa maintenance et son développement impliquent toutefois de rémunérer diverses tâches : piges ponctuelles à certains contributeurs, secrétariat d’édition à temps partiel, hébergement et maintenance du site. Des tâches indispensables pour permettre sa plus large audience et pleinement répondre aux attentes de ses usagers. D’où l’importance des dons de ces derniers, via le lien ci-après.

> Faire un don

publié le jeudi 17 juin 2021

A l’initiative de l’universitaire Olivier Le Cour Grandmaison et du président de l’Association Les Oranges, M’hamed Kaki, un rassemblement a lieu le 18 juin 2021 devant la statue du maréchal Bugeaud, qui domine la façade nord du Louvre, le long de la rue de Rivoli à Paris. La date a été choisie en référence à celle des enfumades ordonnées par le colonel Pélissier, le 18 juin 1845, pour provoquer la mort par asphyxie des populations civiles algériennes qui s’y étaient réfugiées. Elles ont anéanti, conformément aux ordres du général Bugeaud, une tribu entière – celle des Ouled Riah - dont les membres s’étaient réfugiés dans les grottes du Dahra, proches de Mostaganem.

publié le mercredi 16 juin 2021

Est-il admissible qu’une loi sur les archives soit votée dans le cadre d’un projet de loi consacré à « la prévention d’actes de terrorisme et au renseignement » en l’absence du ministère de la Culture et en la seule présence de la ministre des Armées ? Ci-dessous, les réactions dans l’affaire des archives « secret défense » des trois associations qui ont déposé un recours au Conseil d’Etat, après la séance de celui-ci, le 16 juin 2021, qui leur a donné raison ; la lettre adressée par le président de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) au premier ministre le 14 juin ; et le communiqué du Mrap daté du 9 juin à ce sujet. La liberté d’accès aux archives est un principe fondateur de la République et un enjeu pour tous les citoyens. Dans le projet en discussion au parlement jusqu’au 30 juin 2021, l’article 19 qui concerne les archives doit être disjoint.

publié le jeudi 10 juin 2021

Comme l’année précédente, un hommage est organisé le 11 juin 2021 devant le cénotaphe de Maurice Audin au cimetière du Père-Lachaise à Paris. C’est le seul monument érigé en France à la mémoire d’un militant de l’indépendance algérienne. Maurice Audin a été arrêté à Alger le 11 juin 1957 par des militaires français et le président de la République, Emmanuel Macron, a reconnu le 13 septembre 2018 que ceux-ci l’avaient assassiné. Ce cénotaphe a été inauguré en juin 2019, après la dispersion des cendres de son épouse, Josette Audin, décédée le 2 février 2019. Le président de l’Association Josette et Maurice Audin, Pierre Mansat, fera le point sur ses efforts pour l’ouverture des archives et sur les risques que comporte la nouvelle loi qui va être adoptée à la va-vite le 30 juin 2021.

publié le mercredi 9 juin 2021

Les autorités algériennes n’ont toujours pas réagi officiellement au rapport Stora sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie, et le membre du cabinet du président Tebboune que celui-ci a chargé de lui remettre un rapport de son côté ne l’a toujours pas rendu public ni peut-être même rédigé. Mais, en Algérie comme en France, le rapport Stora suscite réflexions et commentaires. Ci-dessous, le texte d’un universitaire algérien, Mouloud Hedir, qui le considère comme le point de départ d’un débat qui rassemble toutes les bonnes volontés en Algérie. Il souhaite par ses propres commentaires faire la jonction avec ceux qui, en France, travaillent dans la même direction. Ci-dessous aussi une émission de France culture où Benjamin Stora revient sur son rapport.

publié le mardi 8 juin 2021

Comme le montre l’interview croisé - dont nous reprenons des extraits - réalisé par le journaliste de Politis Christophe Kantcheff réunissant l’historienne Raphaëlle Branche, autrice du livre Papa, qu’as-tu fait en Algérie ?, et le cinéaste Lucas Belvaux, qui a adapté le roman Des hommes de Laurent Mauvignier, ce film tout en faisant apparaître les traumatismes laissés chez les appelés par les horreurs de la guerre d’Algérie, montre aussi qu’ils y ont survécu différemment selon leurs personnalités et aussi leurs relations familiales. Plutôt que de parler du silence des appelés après la fin du conflit, l’historienne comme le cinéaste préfèrent souligner les « demi-dire » d’hommes que, bien souvent, leur environnement n’a pas souhaité entendre.

publié le dimanche 6 juin 2021

C’est un ouvrage pionnier lors de sa parution 1988 aux Etats-Unis, devenu un classique des études africaines et décoloniales. L’Invention de l’Afrique est souvent comparé à L’Orientalisme, l’Orient créé par l’Occident (1978) d’Eward Saïd. Philosophe, poète et romancier congolais exilé aux Etats-Unis, Valentin-Yves Mudimbe y enquête sur les fondements du discours colonial présentant l’Afrique comme un monde primitif et hors de l’histoire. Comme le souligne un article du Monde que nous publions ici, cette traduction parait aux éditions Présence africaine alors qu’est engagé en France un débat sur ce qu’est ou ce que peut être une « pensée décoloniale ». Ci dessous aussi, une émission que lui a consacré « La grande table » de France Culture.

publié le mercredi 2 juin 2021

Le 28 mai 2021, soit un peu plus d’un siècle après les faits, l’Allemagne a pour la première fois qualifié de « génocide » les massacres de 65 000 Hétéros et de 10 000 Namas, entre 1904 et 1908, dans son ancienne colonie du Sud-Ouest africain allemand, dont le territoire correspond à l’actuelle Namibie. « A la lumière de la responsabilité historique et morale de l’Allemagne, nous allons demander pardon à la Namibie et aux descendants des victimes », a déclaré le ministre allemand des affaires étrangères, Heiko Maas. Un traité de réconciliation entre les deux pays devrait être ratifié par le Bundestag avant les élections législatives du 26 septembre 2021. Dans son « contrat de coalition », le gouvernement de Angela Merkel s’était engagé en 2018 à « travailler sur le passé colonial du pays ».

publié le lundi 31 mai 2021

Le livre de Christian Phéline, La Terre, l’Etoile, le Couteau, publié en Algérie par les éditions Chihab et en France par les éditions du Croquant, a le mérite de montrer l’importance de la journée du 2 août 1936 à Alger marquée notamment par le retour en Algérie du leader du mouvement indépendantiste, l’Etoile Nord-Africaine, Messali Hadj. C’est la journée où le Congrès musulman algérien, dont l’Etoile ne fait pas partie, organise un grand rassemblement au stade municipal à Belcourt, où Messali se rend cependant et parvient à recueillir un vif succès populaire sur une orientation en faveur de l’indépendance s’opposant à celle du « rattachement à la France » prônée par les organisateurs. Ci-dessous deux entretiens parus dans des médias algériens. Mais reste à souligner et à approfondir la manière dont le mouvement indépendantiste algérien, qui s’est construit dans l’émigration en France de 1923 à 1936, a conduit à ce moment essentiel.

publié le jeudi 27 mai 2021

L’interception d’un avion de la compagnie Ryanair, le 23 mai 2021, par la Biélorussie alors qu’il se dirigeait vers la Lituanie en survolant son territoire, afin d’arrêter le journaliste et opposant Roman Protassevitch qui se trouvait à son bord, a provoqué une large condamnation internationale. Mais on a oublié que cette pratique avait été employée en octobre 1956, lors de la guerre d’Algérie, par l’armée française et les militaires jusqu’au-boutistes de la guerre coloniale. Ci-dessous un article de Chloé Leprince publié sur le site de France culture qui le rappelle opportunément. Nous y ajoutons quelques précisions, fondées notamment sur le témoignage d’Hocine Aït-Ahmed, qui a relaté comment l’arraisonnement de cet avion dont le vol ne pénétrait pas dans l’espace aérien français avait été rendu possible.

publié le mardi 18 mai 2021

Avec un important retard sur la ville de Nantes, cente-cinquante-trois ans après l’abolition de l’esclavage, Bordeaux cherche un moyen de renouer avec sa mémoire. Des chercheurs ont mis en ligne une base de données recensant les noms d’anciens esclavagistes et les indemnités, parfois considérables, auxquelles ils ont eu droit lors de l’abolition. On y retrouve les noms de familles bordelaises connues, comme Gradis, Balguerie ou Journu. L’équipe du maire envisage de créer un lieu de mémoire dont l’emplacement n’est pas encore défini, qui implique un long travail avec des historiens, des archivistes et des associations, et qui devrait voir le jour avant la fin de son mandat.