Histoire coloniale et postcoloniale

publié le lundi 20 juin 2022

Fabrice Arfi a publié dans Mediapart des documents inédits qui montrent que de Gaulle a été mis rapidement au courant du massacre des Algériens à Paris autour du 17 octobre 1961. Qu’il l’a jugé illégal et a demandé des sanctions contre les policiers responsables. Sanctions qui ne sont jamais intervenues. Réagissant à cette publication, Mehdi Lallaoui, pionnier du combat pour la vérité sur ce crime d’État, a demandé au président Macron de s’exprimer à ce sujet. Mediapart a publié ensuite les commentaires de quatre historiens. De son côté, Gilles Manceron a pointé la nécessité de croiser ces découvertes d’archives avec les notes prises au conseil des ministres par Louis Terrenoire, consultables aux Archives nationales, signalées aussi sur Mediapart dans un billet de blog de Marie-Odile Terrenoire qui a suscité d’intéressants commentaires.

publié le jeudi 16 juin 2022

Documenter le passé colonial et ses séquelles est l’objet de ce site, né de l’initiative d’un militant de la LDH de Toulon conscient de ce que l’ignorance et les préjugés coloniaux alimentaient fortement dans notre société le racisme et l’extrême droite. Le contexte politique actuel de la France montre que notre travail d’information sur le passé colonial et ses traces aujourd’hui est plus indispensable que jamais. Pour continuer ce travail, le site histoirecoloniale.net a besoin de l’aide de ses lecteurs et leur lance un appel pressant pour lui faire un don ou lui apporter une contribution régulière via le lien ci-après. Merci de votre soutien.

publié le mercredi 15 juin 2022

Une émission spéciale sur Réunion la première est consacrée aux « enfants réunionnais dits de la Creuse » trompés et déportés entre 1962 et 1984, à l’initiative du député de la Réunion Michel Debré, dans le cadre d’une gestion totalement coloniale de cette île. Plus de 2 000 enfants réunionnais ont été alors arrachés à leur famille pour être transplantés, non pas uniquement dans la Creuse, mais dans de nombreux départements ruraux de France. Des associations défendent leurs droits. Plusieurs d’entre eux, devenus adultes, ont enfin pu redécouvrir récemment leur île natale et leur histoire. Sur la chaîne de télévision Réunion la première, cinq témoignages seront diffusés chaque jour à partir du 20 juin 2022.

publié le lundi 13 juin 2022

En dépit des déclarations du président de la République, Emmanuel Macron, en septembre 2018, au moment de sa visite chez Josette Audin, sur la nécessité d’ouvrir l’accès aux archives de la guerre d’Algérie, des fermetures ont été constatées à la fin de 2019, en particulier au Service historique de la Défense. Le Collectif Accès aux archives publiques s’est alors constitué qui, en juillet 2021, a obtenu satisfaction auprès du Conseil d’Etat. D’autres textes ont été publiés depuis, mais force est de constater que des difficultés persistent dans l’exercice d’un droit d’accès qui relève des libertés publiques et des droits des citoyens. Aussi, la bataille pour la liberté d’accès aux archives continue. Une rencontre aura lieu au Sénat le 5 septembre 2022, organisée par le Réseau national d’action des archivistes (Rn2A), les Cahiers d’histoire, le Collectif Secret défense et le CVUH.

publié le dimanche 12 juin 2022

Le souvenir de Maurice Audin a été rappelé, 65 ans après son assassinat par des militaires français en juin 1957 et 60 ans après l’indépendance de l’Algérie, pour laquelle lui-même et le parti communiste algérien dont ils était un membre actif avaient lutté. La délégation de l’Association Josette et Maurice Audin, qui s’est rendue en Algérie du 28 mai au 6 juin 2022, était présente lors de l’inauguration le 5 juin d’un buste de Maurice Audin dans le lieu symbolique qu’est la place Audin en plein cœur d’Alger. A Constantine, la délégation a associé à la mémoire de Maurice Audin celle de Raymonde Peschard, tuée par des soldats français en novembre 1957 alors qu’elle avait rejoint comme infirmière une colonne de combattants de l’ALN. Le 11 juin, à Paris, le cénotaphe de Maurice Audin au cimetière du Père-Lachaise et un square au Kremlin-Bicêtre où une œuvre de l’artiste C215 a été inaugurée ont aussi été le cadre d’hommages à ce militant anticolonialiste.

publié le dimanche 12 juin 2022

Mettre en évidence la riche personnalité de l’émir Abdelkader (1808-1883), fondateur de l’Etat algérien et combattant contre la colonisation française, était l’une des préconisations contenues dans le rapport de Benjamin Stora remis au président de la République, Emmanuel Macron, en janvier 2020. Une grande exposition lui est consacrée à Marseille, au Mucem, jusqu’au 22 août 2022. En même temps, l’Association Ancrages diffuse une exposition itinérante qui peut être installée dans les établissements scolaires et les centres socioculturels et entourée d’explications et de débats. Elle a été présentée à Marseille le 6 juin 2022 aux délégués rassemblés pour le congrès national de la Ligue des droits de l’Homme.

publié le samedi 11 juin 2022

L’un des objectifs majeurs de l’intégration européenne réalisée dans les années 1950 était la préservation des colonies africaines de l’Europe. C’est ce que démontrent les historiens suédois Peo Hansen et Stefan Jonsson dans Eurafrique. Aux origines coloniales de l’Union européenne, publié en suédois en 2014 et récemment traduit en français et publié par les éditions La Découverte. Une lecture essentielle selon François Gèze, dont nous publions ci-dessous la recension, pour décrypter l’actuelle politique internationale de l’Union européenne et en particulier ses dérives anti-migratoires.

publié le mercredi 1er juin 2022

La délégation de l’Association Josette et Maurice Audin en Algérie, dont notre site a déjà annoncé le séjour en Algérie du 28 mai au 6 juin 2022, a exprimé avec force à l’occasion de gestes symboliques et de rencontres avec des citoyens algériens, mathématiciens, historiens, journalistes et militants associatifs, la demande que la France reconnaisse les crimes de la colonisation. Ci-dessous des photos qui témoignent de son dépôt de gerbe place Audin, en plein cœur d’Alger, et de quelques unes de ses rencontres dans des lieux universitaires à Oran, qui ont été l’occasion de présenter le site 1000autres.org et les recherches de l’historien Christophe Lafaye sur la « guerre des grottes » menée avec des armes chimiques par l’armée française. Et aussi l’entretien avec Pierre Audin intitulé « Pas d’excuses, pas de repentance, pas de pardon, juste la vérité » qu’a publié Mustapha Benfodil le 31 mai 2022 dans le quotidien El Watan.

publié le mardi 24 mai 2022

Dans une série de six articles traduits notamment en français et en kreyol haïtien, le New York Times revient sur la « double dette » qui fut durant des décennies le prix imposé par la France à Haïti pour lui avoir arraché son indépendance et avoir aboli l’esclavage, véritable extorsion dont l’effet désastreux se fait encore sentir dans l’économie haïtienne. Le journal états-unien révèle aussi que, selon un ancien ambassadeur de France, France et États-Unis s’entendirent pour chasser du pouvoir en Haïti le président élu Aristide. Nous reproduisons un article, publié en 2021 par Mediapart, qui synthétise les travaux d’historiennes sur cette question, ainsi que le lien vers l’article de Mediapart du 23 mai 2022 qui annonce le dossier du New York Times et les liens vers ses six articles.

publié le jeudi 19 mai 2022

Les regards français sur l’islam sont le sujet d’un débat organisé le 19 avril 2021 à l’iReMMo (Institut de recherches sur le Maghreb et le Moyen-Orient), animé par Jean-Paul Chagnollaud, avec Fatima Khemilat et Alain Ruscio, dont nous reproduisons l’enregistrement. Dans le livre Regards français sur l’Islam, des Croisades à l’ère coloniale qui était le point de départ de ce débat, Alain Ruscio revient sur la bataille de Poitiers dont des générations d’écoliers français ont appris qu’elle avait été remportée par un chef franc, ancêtre de la dynastie carolingienne, et été un succès décisif sur des hordes barbares musulmanes. Il montre que cette légende née au moment de la conquête de l’Algérie continue à cheminer en ignorant superbement les connaissances historiques sur des faits qui sont maintenant établis par les historiens.