Histoire coloniale et postcoloniale

publié le vendredi 23 septembre 2022

L’historien et archiviste Christophe Lafaye travaille en particulier sur les « sections de grottes » mises en place par l’armée française de 1956 à 1962 pour asphyxier les maquisards algériens réfugiés dans des cavités naturelles. Dans le quotidien algérien L’Expression, il s’exprime dans le débat sur le projet de commission mixte sur l’histoire franco-algérienne annoncée fin août 2022 lors de la visite officielle d’Emmanuel Macron en Algérie. Il met en garde contre les instrumentalisations de l’histoire par les pouvoirs politiques. Selon lui, cette commission « devrait “stimuler la recherche” plutôt que de “l’encadrer”, permettant ensuite d’entrer dans une logique de “recherche partagée” comme préalable à l’écriture d’une histoire commune. »

publié le mercredi 21 septembre 2022

Emmanuel Macron a déclaré le 26 août 2022, lors de son voyage en Algérie, qu’entre la France et l’Algérie, « c’est une histoire d’amour qui a sa part de tragique ». Le politiste Paul Max Morin, dans une tribune publiée par le quotidien Le Monde le 2 septembre 2022, a estimé que cette « réduction de la colonisation à une “histoire d’amour” parachève la droitisation d’Emmanuel Macron sur la question mémorielle ». Après des protestations provenant de l’Élysée, la tribune a été supprimée par le journal de son édition en ligne. Notre site l’a publiée tout en rappelant quelques faits relatifs à la violence de la colonisation de l’Algérie. A son tour, un collectif d’universitaires, dans une tribune parue dans Le Monde le 20 septembre 2022 qu’on retrouvera ci-dessous, écrit que l’analyse de Paul Max Morin ne pouvait être qualifiée d’erronée, qu’elle pouvait être contestée mais ne méritait pas d’être retirée, et ils ont exprimé à ce chercheur leur respect et leur soutien.

publié le lundi 19 septembre 2022

A l’occasion du 60eme anniversaire de l’Indépendance algérienne, la revue Orient XXI publie un copieux dossier sur plusieurs aspects de la longue histoire de l’Algérie coloniale, traités par des spécialistes. Après l’introduction et le sommaire de ce dossier, nous reproduisons ici l’un des articles dans lequel l’historien Hosni Kitouni livre une synthèse de ses recherches sur la spoliation coloniale des terres, élément essentiel de la domination française en Algérie. Archives à l’appui, il y montre avec précision l’étendue de la dépossession foncière en Kabylie. Il indique que les populations spoliées et déplacées de force, réduites à la misère, furent souvent contraintes de travailler pour les nouveaux propriétaires de leurs propres terres. Et il souligne que ces régions furent un puissant foyer de lutte contre la colonisation.

publié le jeudi 15 septembre 2022

« Derrière les objets issus des guerres coloniales que nous admirons dans les musées se trouve une histoire violente, il est temps de l’écouter. » Dans Les otages, contre-histoire d’un butin colonial, publié en août 2022 par les éditions Marchialy, la journaliste franco-finlandaise née au Sénégal Taina Tervonen raconte, à la première personne, une passionnante enquête menée en France, au Sénégal et au Mali pour reconstituer l’histoire d’objets pillés par l’armée française lors de la prise de Ségou en 1890, au « Soudan français », aujourd’hui le Mali. Nous publions une recension de ce livre par Le Monde Afrique, ainsi qu’un entretien avec l’autrice publié dans Streetpress.

publié le mercredi 14 septembre 2022

Dans son numéro de septembre, la revue de vulgarisation historique L’Histoire a la bonne idée de consacrer son dossier central à une guerre coloniale passablement absente des débats mémoriels en France : la guerre d’Indochine (1945-1954), « sale guerre » longue de près d’une décennie qui vit s’élaborer une doctrine militaire française de lutte par la terreur contre la « subversion » des peuples colonisés. Une doctrine qui fut appliquée aussitôt après en Algérie par les militaires français défaits à Diên Biên Phu, puis diffusée par eux comme modèle répressif dans diverses dictatures. Alain Ruscio, historien spécialiste de l’Indochine coloniale, a lu pour nous ce dossier.

publié le dimanche 11 septembre 2022

Créée en 2004 par le mathématicien Gérard Tronel et présidée jusqu’en 2022 par Pierre Mansat, l’Association Josette et Maurice Audin est désormais présidée par Cédric Villani. Il a joué un rôle décisif dans l’acte historique accompli par le Président de la République le 13 septembre 2018, lors de sa visite au domicile de Josette Audin, reconnaissant la responsabilité de la France dans l’enlèvement et l’assassinat de Maurice Audin par les militaires qui le détenaient et dans la pratique de la torture par l’armée française en Algérie. L’Association Josette et Maurice Audin, impliquée depuis février 2020 jusqu’à septembre 2021 dans le Collectif Accès aux archives publiques, reste préoccupée par la question de l’accès aux archives en France et en Algérie et travaille, avec d’autres, à la création d’une instance sur le thème Citoyenneté et archives.

publié le jeudi 8 septembre 2022

Christophe Lafaye, enseignant chercheur à l’université de Bourgogne, est docteur en histoire contemporaine et archiviste. Il a travaillé sur l’utilisation des armes spéciales, nucléaires, bactériologiques et chimiques, pendant la guerre d’indépendance algérienne et en particulier sur les « sections de grottes » mises en place par l’armée française et qui ont fait un grand nombre de victimes entre 1956 et 1962. Répondant aux questions de Kamel Lakhdar Chaouche pour le quotidien algérien L’Expression, il revient sur le projet annoncé le 26 août 2022 lors de son voyage en Algérie par le président Macron en présence du président Tebboune de création d’une commission d’historiens franco-algérienne. Il souligne que les historiens des deux pays doivent pouvoir travailler sereinement et accéder aux archives, et aussi que la France accepte mal de regarder en face son passé colonial.

publié le lundi 5 septembre 2022

Ces dernières années ont vu de nombreuses femmes descendantes d’Algériens et d’Algériennes ayant vécu la guerre d’Indépendance travailler auprès de leurs parents à retracer une histoire que ces derniers ne livrent souvent que difficilement. C’est ce que fait la journaliste et réalisatrice belge et algérienne Safia Kessas au départ d’une remarquable série documentaire diffusée par Binge Audio, « Au nom de Safia ». Partant d’une interview inachevée de son père et du sort d’une tante disparue en 1956, sa recherche s’étend et révèle notamment l’existence d’un massacre de masse perpétré en mai 1956 par l’armée française en Kabylie, dans la vallée de la Soummam, et étouffé par les versions officielles françaises. Nous publions les liens pour écouter ce podcast, ainsi qu’un entretien avec l’autrice publié par Télérama.

publié le lundi 5 septembre 2022

Dans une tribune publiée par Le Monde, le politiste Paul Max Morin a mis en cause les déclarations du président de la République lors de son voyage en Algérie du 25 au 28 août 2022, en particulier celle selon laquelle, entre la France et l’Algérie, « c’est une histoire d’amour qui a sa part de tragique ». Selon lui, cette « réduction de la colonisation à une “histoire d’amour” parachève la droitisation d’Emmanuel Macron sur la question mémorielle ». Il l’a écrit dans une tribune que Le Monde a publiée dans son édition du 2 septembre 2022, mais que, après des protestations de l’Élysée, le journal a supprimée peu après de son édition en ligne. Ci-dessous, le texte de cette tribune et le rappel de quelques faits.

publié le dimanche 4 septembre 2022

Il y a cinq ans, le 28 août 2017, disparaissait un militant de la Ligue des droits de l’Homme de Toulon, François Nadiras, qui animait depuis le début des années 2000 le site internet « ldh-toulon.net ». Celui-ci, en plus de l’actualité des droits de l’Homme, traitait de la connaissance de l’histoire coloniale, car Nadiras avait constaté que la méconnaissance et les mythes sur cette histoire constituaient l’une des bases majeures des idéologies d’extrême droite influentes dans la région. Depuis 2017, le site histoirecoloniale.net poursuit son œuvre d’éducation populaire. Ci-dessous quelques hommages à une vigie aussi discrète que modeste, dont le travail mérite d’être continué.