Histoire coloniale et postcoloniale

publié le samedi 4 février 2023

Documenter le passé colonial et ses séquelles est l’objet de ce site, né de l’initiative d’un militant de la LDH de Toulon conscient de ce que l’ignorance et les préjugés coloniaux alimentent fortement dans notre société le racisme et l’extrême droite. Le contexte politique actuel de la France montre que notre travail d’information sur le passé colonial et ses traces aujourd’hui est plus indispensable que jamais. Pour le poursuivre, le site histoirecoloniale.net a besoin de l’aide de ses lecteurs et leur lance un appel pressant pour lui apporter en 2023 une contribution régulière, même modeste, via le lien ci-après. Merci de votre soutien.

publié le dimanche 29 janvier 2023

Pierre Brocheux, spécialiste de l’histoire de l’Indochine coloniale et du Viêt Nam contemporain est décédé le 25 décembre 2022. Né à Cholon le 18 mai 1931 d’un père français et d’une mère vietnamienne dans ce qui était encore la Cochinchine, il a fait ses études primaires, secondaires et supérieures à Saïgon puis à Paris. Il a enseigné l’histoire et la géographie au lycée français de Saïgon de 1960 à 1968 puis au lycée technique Jean-Macé à Vitry-sur-Seine (1968-1970). Avec Daniel Hémery, il a publié l’ouvrage de référence Indochine, la colonisation ambiguë aux Éditions La Découverte en 1995, réédité depuis. Et aussi deux ouvrages biographiques sur Hô Chi Minh (2000 et 2003), un essai d’histoire économique du Viêt-Nam sur la longue durée (2009), une monographie sur le delta du Mékong (1995, rééditée en 2009) et des directions d’ouvrages abordant des aspects peu connus de la colonisation ou de la guerre d’Indochine.

publié le vendredi 27 janvier 2023

La création d’une commission mixte d’historiens chargée de travailler « sur la colonisation et la guerre d’Indépendance », avait été annoncée à Alger en août 2022 par les présidents Emmanuel Macron et Abdelmadjid Tebboune. Des membres algériens ont été annoncés en novembre 2022 - Mohamed El Korso, Idir Hachi, Abdelaziz Fillali, Mohamed Lahcen Zighidi et Djamel Yahiaoui -, les nominations françaises ont été publiées par Le Monde le 26 janvier 2023. Benjamin Stora la coprésidera avec Mohamed Lahcen Zeghidi, ex-directeur du Musée national du moudjahid. Il n’est plus question dans cet article de celui qui était présenté au départ par Abdelmadjid Tebboune comme l’équivalent algérien de Benjamin Stora, Abdelmadjid Chikhi, que nombre d’historiens algériens considèrent comme le « verrouilleur » des archives algériennes. Les autres membres français sont les historiens Jacques Frémeaux, Jean-Jacques Jordi, Tramor Quemeneur et la conservatrice en chef du patrimoine Florence Hudowicz.

publié le vendredi 27 janvier 2023

En janvier 1966 naît à Cuba la Tricontinentale, organisation regroupant les forces « anti-impérialistes » d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine. Se retrouvent, à l’hôtel Habana Libre, 82 délégations de pays décolonisés, de mouvements de libération afro-asiatiques et de formations de guérilla d’Amérique latine. Le leader guinéen et capverdien Amilcar Cabral, dont on commémore en 2023 le cinquantenaire de l’assassinat à Conakry le 20 janvier 1973, y fait un long discours devenu célèbre, au nom du Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), du Mouvement populaire de libération de l’Angola (MPLA) et du Front de libération du Mozambique (Frelimo). Dans cet extrait du livre Tricontinentale (La Découverte, 2013), Roger Faligot raconte comment, devant un parterre médusé et enthousiaste, le « Lénine africain » révise la théorie marxiste de la lutte des classes en contexte révolutionnaire anticolonial.

publié le jeudi 26 janvier 2023

Le n° 6 de la revue Esclavages & post-esclavages, publié en 2022 par le Centre International de Recherches sur les Esclavages et Post-esclavages (CIRESC) a pour thème le mouvement Black Lives Matter, dont il questionne la dimension transnationale. Nous publions un extrait de son introduction. Outre cette revue, en association avec les éditions Karthala, le CIRESC publie également les riches collections « Esclavages » et « Esclavages et documents », consacrées à la question des traites, des esclavages, des situations d’esclavages et/ou de leurs héritages contemporains, et qui compte déjà une vingtaine de volumes, dont nous présentons le dernier paru.

publié le mercredi 25 janvier 2023

Sadek Hadjerès, né en 1928 en Kabylie, a rejoint avant même son baccalauréat le mouvement indépendantiste algérien (le Parti du peuple algérien-Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques, PPA-MTLD), à la veille des manifestations de mai 1945 dans le Constantinois dont la répression violente a marqué une étape essentielle dans la prise de conscience nationale en Algérie. Il a été exclu de ce mouvement dirigé alors par Messali Hadj après avoir posé, avec d’autres, la question de la démocratie en son sein et de sa prise en compte du pluralisme ethnolinguistique en Algérie. Il a rejoint dans les années 1950 le Parti communiste algérien et fait partie de sa direction qui a participé à la lutte armée pour la libération de l’Algérie. Après l’indépendance, il est devenu un opposant aux dérives antidémocratiques du pouvoir militaire.

publié le lundi 23 janvier 2023

Le film franco-sénégalais « Tirailleurs » réalisé par Mathieu Vadepied et co-produit par Omar Sy est sorti dans les salles françaises le 4 janvier 2023. Nous reviendrons sur l’annonce démagogique faite au nom du gouvernement le jour de sa sortie et sur divers aspects méconnus de l’histoire de ces soldats coloniaux de la Grande guerre, dont les expérimentations médicales pour lesquelles ils ont été utilisés. Ci-dessous l’annonce le 24 janvier 2023 à Montreuil, dans une ville où un grand nombre de résidants sont originaires du Mali, d’une séance soutenue par la Ligue des droits de l’Homme accompagnée d’un débat avec l’historien Gilles Manceron. Suivie d’un rappel historique par l’historien Alain Ruscio du sort de ces soldats venus des colonies françaises durant la Première guerre mondiale.

publié le vendredi 20 janvier 2023

« Je révise avec toi » : c’est l’intitulé d’une de ces chaînes Youtube qui prétendent aider les élèves dans l’apprentissage de l’histoire. Celle-ci, destinée aux écoliers et collégiens, est particulièrement problématique. Réviser l’histoire avec elle peut s’entendre ici dans le sens de révisionnisme. Le Comité de vigilance sur les usages publics de l’histoire (CVUH) analyse ici deux de ses nombreuses vidéos, consacrées l’une à l’histoire coloniale de la France, l’autre aux Croisades. Dans les deux cas, s’étale un roman national digne des manuels scolaires du XIXe siècle, à mille lieux de la connaissance historique contemporaine, bourré d’erreurs factuelles, d’anachronismes et de biais politiques nationalistes et islamophobes. L’association PHDN (Pratique de l’Histoire et Dévoiements Négationnistes) a également dénoncé sur son compte Twitter une vidéo de la même chaîne sur la Seconde Guerre Mondiale, qu’elle qualifie de négationniste.

publié le mardi 17 janvier 2023

En marge du 38e Sommet de la francophonie à Djerba, Tunisie, les 19 et 20 novembre 2022, Emmanuel Macron a déclaré que le français était « la vraie langue universelle du continent africain ». Il eut aussi cette autre phrase étonnante : « La francophonie, c’est la langue du panafricanisme ». Après la revue Afrique XXI, nous publions ici un chapitre de l’ouvrage collectif L’Empire qui ne veut pas mourir. Une histoire de la Françafrique (2021), déjà présenté sur notre site. L’historien Khadim Ndiaye y raconte l’histoire d’une francophonie dont De Gaulle prévoyait qu’elle serait « le relais de la colonisation » et qui est effectivement conçue, depuis le lendemain des indépendances, comme l’élément clé d’un soft power néocolonial français en Afrique.

publié le mardi 17 janvier 2023

Depuis le 7 novembre 2022 et jusqu’au 27 février 2023, on peut voir au Centre Georges Pompidou l’exposition « Décadrage colonial » qui explore les rapports des photographes de l’entre-deux-guerres avec l’empire colonial et leur contribution à la diffusion de l’idéologie colonialiste ainsi qu’à sa contestation. Un livre publié par les éditions Textuel accompagne cette réflexion. Ci-dessous un entretien en vidéo avec Damarice Amao, commissaire de l’exposition et la transcription du riche podcast accompagnant les visiteurs. On lira également pour aller plus loin les ressources historiques déjà publiées par notre site sur l’exposition coloniale de Vincennes en 1931.