Histoire coloniale et postcoloniale

Maroc

publié le 17 mai 2021
Lyautey, le “Marocain”, par Pierre Vermeren

Pourquoi évoquer Lyautey aujourd’hui ? La polémique en France autour de la nature de la colonisation et de ses soi-disant bienfaits, cette tentative de réécrire l’histoire pour se donner bonne conscience de la part de certains mérite que l’on s’attarde sur le personnage.

Un article de l’historien Pierre Vermeren, auteur de L’Histoire du Maroc depuis l’indépendance [1], publié dans l’hebdomadaire marocain Le Journal en mai 2006 [2], à l’occasion du cinquantenaire de l’indépendance du Maroc
 [3].

 
Un livre sur les complicités françaises avec le Palais marocain

Dans son livre « La République de sa Majesté. France-Maroc, Liaisons dangereuses », le journaliste marocain Omar Brouksy instruit le dossier des réseaux d’influence entremêlés entre la France et la monarchie marocaine. Il revient sur la volonté, en 2014, d’une juge d’instruction française d’entendre le patron du contre-espionnage marocain visé par plusieurs plaintes pour torture, à laquelle a répondu, début 2015, la signature d’un nouveau protocole d’accord, défendu par Elisabeth Guigou, grande amie du Maroc, rendant impossible cette poursuite. Et sur l’affaire impliquant deux journalistes français qui enquêtaient sur la famille royale et ont été accusés d’avoir fait chanter le roi. Son enquête minutieuse établit l’ampleur des pratiques antidémocratiques du régime marocain et des liaisons dangereuses de nombreuses personnalités françaises avec le Palais.

 
Pétain, bourreau en chef
du peuple marocain

Après l’hommage rendu par le président Macron, le 7 novembre à Charleville-Mézières, au Maréchal Philippe Pétain et à ses « qualités de soldat », Alain Ruscio rappelle que ce dernier, entre Verdun et Vichy, fut également responsable de la mort de milliers de civils marocains dans le Rif, en 1925 et 1926. Cette guerre impitoyable fut l’un des premiers grands affrontements entre une population en armes et des puissances coloniales, préfiguration de toutes les guerres de libération nationale du siècle.

 
Un livre important sur la médecine
coloniale au Maroc

La médecine moderne aurait été introduite au Maroc par le colonisateur français et serait une conséquence positive de la colonisation. Dans un livre récemment publié par la maison d’édition marocaine En toutes lettres, Médecine et colonialisme au Maroc sous protectorat français, le médecin Reda Sadiki revient sur ce postulat bien ancré pour interroger les liens entre médecine et colonialisme. Il démontre, historiographie à l’appui, que la médecine a en fait été un instrument consubstantiel de la politique coloniale et qu’il y a eu non pas un apport à sens unique, mais un ensemble d’interactions et d’échanges qui ont nourri la médecine mondiale.

 
1925, Maroc, Guerre du Rif
Pétain et Franco s’allient contre Abd El Krim
par Alain Ruscio

Le Rif, à l’extrême nord du Maroc, a toujours été un pays rebelle à l’égard des autorités. Mohammed ben Abdelkrim El-Khattabi, couramment appelé Abd el Krim, un Rifain issu d’une grande famille vivant dans la partie espagnole du Maroc, leva en 1921 l’étendard de la révolte contre l’occupant espagnol et lui infligea des défaites. En avril 1925, les troupes d’Abd el Krim devenant menaçantes pour le Maroc français, la France y envoie un corps expéditionnaire. C’est l’occasion pour le maréchal Pétain de rencontrer pour la première fois Franco, puis d’en être nommé commandant en chef, ce qui provoque la démission de Lyautey qu’une forte inimitié opposait à Pétain. En mai 1926, Abd el Krim est vaincu. Mais son combat est la préfiguration des luttes d’indépendance du Maghreb d’après la Seconde Guerre mondiale, qu’il soutiendra jusqu’à sa mort au Caire en 1963.