Histoire coloniale et postcoloniale

Oran 1962

publié le 20 novembre 2013
Eté 1962 : Oran, ville d’apocalypse, par Benjamin Stora

Dans les flammes, les exactions et les sangs mêlés s’achève l’aventure impériale de la France outre-mer.

Par Benjamin Stora [Le Monde, 27 août 1992]

 
L’honneur d’un général, par Charles-Robert Ageron

Vous trouverez ci-dessous la préface que l’historien Charles-Robert Ageron rédigea pour l’ouvrage « L’honneur d’un général, Oran 1962 » [1]. Dans ce livre, le général Katz expose ce que furent les mois de février à juillet 1962 dans le secteur d’Oran dont il était alors le commandant militaire.

Le journal du général Joseph Katz a été publié par la revue Matériaux pour l’histoire de notre temps (N°26, 1992) avec l’intitulé « Les dernières semaines à Oran » [2].

 
Oran, juillet 1962, par M. Saâdoune

Ce texte a été publié le 20 septembre 2006 dans Le Quotidien d’Oran.

 
Le 5 juillet 1962 à Oran, par Jean-François Paya

Après avoir pris connaissance sur ce site de l’article Oran, juillet 1962 de M. Saâdoune, Jean-François Paya, historien qui a été présent à la base de Mers-el Kébir jusqu’en 1965, nous a proposé de publier son point de vue [NB].

Il ne nous appartient pas de prendre position sur le plan historique, mais il nous semble bon que différents points de vue puissent s’exprimer sur ces événements. C’est pourquoi vous trouverez ci-dessous une version actualisée en Janvier 2007 d’un article de Jean-François Paya publié en 1998 dans Pieds-noirs d’hier et d’aujourd’hui N° 92 [3].

Mise au point de LDH-Toulon

Ce texte a été publié sur le site LDH-Toulon, il y a 5 ans. En reprenant ce “point de vue” que nous avait adressé un témoin qui se présentait comme un historien, nous espérions favoriser l’émergence d’un débat sur le drame d’Oran en juillet 1962.

Il apparaît que cette publication a pu être utilisée comme une caution donnée à une vision partisane de ces événements. Nous contestons et récusons un tel détournement.

Toulon, le 9 janvier 2012

 
Les victimes de l’OAS à Oran en 1962

L’ANPROMEVO – Association nationale pour la protection de la mémoire des victimes de l’OAS [4] – a décidé de rappeler ces autres victimes, trop souvent oubliées, de la guerre d’Algérie.

Périodiquement, certains parlementaires s’informent auprès du gouvernement des perspectives concernant la reconnaissance du massacre d’Oran. Il s’agit en l’occurence des victimes des événements du 5 juillet1962.

 
La vérité sur les massacres d’Oran, par Boris Thiolay

Combien de pieds-noirs ont-ils été enlevés et tués au moment de l’indépendance de l’Algérie, notamment lors des journées sanglantes que connut la grande ville de l’ouest du pays? Un rapport d’historiens - dont L’Express révèle la teneur - va être remis à Dominique de Villepin. Il livre enfin un bilan précis, bien loin des surenchères et de la guerre des chiffres, qui n’en finissent pas d’attiser les rancœurs.

par Boris Thiolay, L’Express, le 13 septembre 2006


 
Les disparus d’Oran, par Benjamin Stora

Un article paru le 28 février 2002 dans le Nouvel Observateur.

 
Oran 1962, par Fouad Soufi : 4. “le 5 juillet 1962”

Quatrième et dernière partie de la communication de Fouad Soufi, conservateur en chef aux Archives nationales d’Algérie et chercheur au Centre de recherches en Anthropologie Sociale et Culturelle [CRASC] d’Oran :

Oran, 28 février 1962, 5 juillet 1962
Deux événements pour l’histoire, deux événements pour la mémoire

lors du colloque en l’honneur de Charles-Robert Ageron, « La guerre d’Algérie au miroir des décolonisations françaises » [Sorbonne, novembre 2000].

 
Oran 1962, par Fouad Soufi : 3. “le 28 février 1962”

Troisième partie de la communication de Fouad Soufi, conservateur en chef aux Archives nationales d’Algérie et chercheur au Centre de recherches en Anthropologie Sociale et Culturelle [CRASC] d’Oran :

Oran, 28 février 1962, 5 juillet 1962
Deux événements pour l’histoire, deux événements pour la mémoire

lors du colloque en l’honneur de Charles-Robert Ageron, « La guerre d’Algérie au miroir des décolonisations françaises » [Sorbonne, novembre 2000].

 
Oran 1962, par Fouad Soufi : 2. “une guerre de trois - armée française, OAS et FLN”

Seconde partie de la communication de Fouad Soufi, conservateur en chef aux Archives nationales d’Algérie et chercheur au Centre de recherches en Anthropologie Sociale et Culturelle [CRASC] d’Oran :

Oran, 28 février 1962, 5 juillet 1962
Deux événements pour l’histoire, deux événements pour la mémoire

lors du colloque en l’honneur de Charles-Robert Ageron, « La guerre d’Algérie au miroir des décolonisations françaises » [Sorbonne, novembre 2000].

 
Oran 1962, par Fouad Soufi : 1. “l’histoire entre mémoire et oubli - géographie inhumaine”

Première partie de la communication de Fouad Soufi, conservateur en chef aux Archives nationales d’Algérie et chercheur au Centre de recherches en Anthropologie Sociale et Culturelle [CRASC] d’Oran :

Oran, 28 février 1962, 5 juillet 1962
Deux événements pour l’histoire, deux événements pour la mémoire

lors du colloque en l’honneur de Charles-Robert Ageron, « La guerre d’Algérie au miroir des décolonisations françaises » [Sorbonne, novembre 2000] [*].

 
L’histoire face à la mémoire : Oran, le 5 juillet 1962, par Fouad Soufi

Cette communication a été présentée par Fouad Soufi [*] au colloque La guerre d’Algérie dans la mémoire et l’imaginaire, organisé à Paris par Anny Dayan-Rosenman et Lucette Valensi les 14, 15 et 16 novembre 2002, et publié en 2004 par les Editions Bouchène, Saint-Denis (pp. 133-147).

 
Mémoire sans sépultures, par Houssine Mourad Salim

Les événements tragiques de l’année 1962 restent présents à l’esprit des Oranais des deux bords de la Méditerranée... Houssine Mourad Salim, psychologue clinicien, invite les historiens algériens à participer, au côté des historiens français, au travail nécessaire de mémoire et d’histoire sur tous ces drames.

Vous trouverez ci-dessous deux articles qu’il a publiés dans la presse algérienne à un an d’intervalle : le premier publié dans El Watan, le 19 août 2007, le second le 1er octobre 2006 dans Le Quotidien d’Oran.

 
Oran revisitée par la peste, par Michèle Villanueva

« Je suis née à Oran, dans les quartiers populaires espagnols d’Eckmühl. J’ai d’abord enseigné, de 1962 à 1965, au lycée Ben Badis d’Oran. Trente ans plus tard, me plongeant dans la guerre d’Algérie, j’ai relu Camus. Et j’ai eu le choc de La Peste qui m’est alors apparu comme ce que j’avais vécu à Oran. »

Michèle Villanueva [5]


 
“Oran, 5 juillet 1962...”, par Pierre Daum

Il y a cinquante ans, le peuple algérien accédait à l’indépendance. En juillet 1962, les journées de liesse ne furent entachées d’aucune violence envers les Français encore présents. Sauf à Oran, où des dizaines de pieds-noirs furent tués par la foule. Depuis un demi-siècle, les principaux récits de ce massacre ignorent les témoignages des Algériens.

Pierre Daum, journaliste, auteur notamment du livre “ni valise ni cercueil”, est allé enquêter sur place. Voici ce que cet envoyé spécial du Monde Diplomatique a publié dans l’édition de janvier 2012 du mensuel.

 
L’OAS a fait un millier de victimes civiles algériennes à Oran

Le massacre des Européens d’Oran au moment de l’indépendance algérienne commence à être connu en France, et reconnu par les pouvoirs publics. Certains rapatriés d’Algérie en avaient fait une de leurs revendications mémorielles fondamentales.

L’historien algérien Fouad Soufi écrivait en novembre 2000 : « Le 5 juillet 1962, alors que partout la population algérienne célèbre la fête de l’indépendance, dans le centre de la ville d’Oran, des hommes, des femmes et des enfants algériens et européens trouvent la mort dans des conditions atroces, non encore élucidées, tandis que dans un quartier périphérique des Européens sont sauvagement assassinés. [6] »
Dans Le Monde diplomatique de janvier 2012, Pierre Daum revient sur le sujet : « [...] la fête se transforma soudain en tuerie. Pendant quelques heures, une chasse à l’Européen s’organisa, et des dizaines, voire des centaines d’hommes et de femmes furent massacrés à coups de couteau, de hache et de revolver. »

D’autres attentats meurtriers intervenus auparavant sont, en revanche, à peu près complètement ignorés en France : ceux visant des civils algériens que l’OAS a multipliés à Alger et à Oran au cours de la période allant de début janvier à début juillet 1962.

À Oran, l’historien algérien Saddek Benkada a dénombré 859 victimes civiles algériennes, entre le 1er janvier et le 30 juin 1962. Un événement particulièrement traumatisant fut l’explosion simultanée de deux voitures piégées, le 28 février 1962, un soir de ramadan, au cœur du quartier algérien de Medina Jdida – c’était le premier attentat de ce type dans l’histoire de l’Algérie. Il y eut ce jour-là 78 morts, sans compter les corps non identifiables... Ci-dessous, un petit dossier sur
cet aspect mal connu de la fin de la guerre d’Algérie.

[Mis en ligne le 26 février 2012, mis à jour le 27]


 
Disparus à Oran en 1962

En 2002, Hélène Cohen découvre que son père, en 1962, a perdu six proches enlevés à Oran. De son enquête, elle a tiré un film intime sur une famille juive dans la guerre d’indépendance : Algérie 1962, l’été où ma famille a disparu.

Un article de Corinne Bensimon publié dans Libération le 16 mars 2012.

 
Oran, juillet 1962 : le rapport du général Katz

La recherche de la vérité est une exigence que la Ligue des droits de l’Homme ne cesse de rappeler. Mais il est peu probable que l’on puisse établir un jour, de façon indiscutable, ce qui s’est passé à Oran le 5 juillet 1962.

Deux articles, l’un de Pierre Daum, l’autre de Fouad Soufi, sont revenus sur cette journée. Nous ajoutons ci-dessous un document complémentaire à ce dossier : le rapport du général Katz, commandant en chef à Oran, sur cette journée “maudite”.

 
Ne pas instrumentaliser les massacres du 5 juillet 1962 à Oran

Le cinéaste documentariste Jean-Pierre Lledo a lancé le 5 novembre 2013 sur le site du Huffington Post une pétition internationale intitulée « 5 Juillet 1962 à Oran, Algérie », fondée sur une vision partielle des événements survenus à Oran le jour où était célébrée l’indépendance de l’Algérie, qui instrumentalise les massacres d’Européens perpétrés alors dans cette ville. [7]