Histoire coloniale et postcoloniale

publié le jeudi 8 décembre 2022

L’Inter-réseaux Mémoires-Histoires, créé le 17 octobre 2015, est composé actuellement de huit réseaux régionaux mémoires-histoires, rassemblant eux-mêmes des acteurs associatifs et culturels travaillant sur les questions mémorielles qui impulsent des initiatives locales. L’inter-réseaux Mémoires-Histoires mène également des actions avec d’autres acteurs du monde de l’éducation et de la culture. Les 9 et 10 décembre 2022, il organise à Paris une rencontre nationale en partenariat avec le site histoirecoloniale.net sur le thème « Guerres d’Algérie : enjeux de mémoire et d’histoire. Pour une autre politique de la mémoire en France », pour débattre notamment du rapport Stora, ses zones d’ombre et son actualité, et des projets de commission bilatérale franco-algérienne formulés par les deux Etats.

publié le mercredi 7 décembre 2022

Quatre mois après l’annonce par les présidents français et algérien d’une commission franco-algérienne consacrée à l’histoire de la colonisation de l’Algérie, le chef de l’Etat algérien Abdelmadjid Tebboune a reçu en présence de son conseiller Abdelmadjid Chikhi les personnalités suivantes : Mohamed El Korso, Idir Hachi, Abdelaziz Filali, Mohamed Lahcen Zighidi et Djamel Yahiaoui. Des historiens et des archivistes algériens réputés pour la qualité de leurs travaux ne font pas partie de ce groupe. En France, la création d’une telle commission continue de faire débat, comme en témoigne la tribune ci-dessous publiée par l’historienne Sylvie Thénault. Quoi qu’il en soit, le travail historique se poursuit - voir le colloque international organisé du 6 au 8 décembre 2022 à La contemporaine - et, comme l’affirme un message de l’association des Historiens et historiennes du contemporain (H2C), il nécessite la fin des entraves imposées actuellement en France à l’accès aux archives.

publié le lundi 5 décembre 2022

Le 3 février 2004, quatre anciens appelés de la guerre d’Algérie, Michel Delsaux, Rémi Serres, Georges Treilhou et Armand Vernhettes, agriculteurs retraités des départements du Tarn et de l’Aveyron, ont tenu une conférence de presse à Albi pour annoncer la fondation de l’Association des Anciens Appelés en Algérie Contre la Guerre (4ACG). En 2006, Simone de Bollardière est devenue sa présidente d’honneur. Rapidement étendue à toute la France, elle compte aujourd’hui environ 400 membres. A ses actions de coopération avec des communes algériennes, notamment dans des domaines tels que la santé, les jeunes, les femmes, la culture et l’éducation, s’ajoutent en France des interventions dans des établissements scolaires et des rencontres publiques, parfois en collaboration avec l’Association Histoire coloniale et postcoloniale. Son essor témoigne d’un besoin grandissant dans la société française de mettre fin aux mensonges sur notre passé colonial.

publié le dimanche 4 décembre 2022

Journaliste à Guyaweb, Hélène Ferrarini publie, aux éditions Anacharsis, Allons enfants de la Guyane. Éduquer, évangéliser, coloniser les Amérindiens dans la République. Un livre qui, selon Mediapart, documente « grâce à de nombreuses archives et témoignages ce qui constitue l’un des plus grands traumatismes contemporains des familles amérindiennes de Guyane, mais qui demeure pourtant l’un des plus grands tabous de la société guyanaise, de l’État français et de l’Église catholique en France ». On trouvera ci-dessous l’article de Marion Briswalter, de Guyaweb, la critique de Zoé Courtois dans Le Monde et l’accès à des extraits et à l’introduction de ce livre.

publié le vendredi 2 décembre 2022

Le 12 novembre 2022, un fait de société - et non un fait divers - sanglant a attiré les regards sur un « département français », Mayotte : un jeune homme y a été assassiné à coups de machette. Du coup, les tensions entre bandes sont devenues incontrôlables par les autorités locales, qui ont clamé leur crainte d’une « guerre civile ». La métropole y a engagé le RAID. D’où vient cette flambée ? Mais, « naturellement », ont affirmé bien des politiciens (nationaux et locaux) et des médias, de l’invasion des « Comoriens ». Le « grand remplacement » version Océan Indien. Et s’il était nécessaire de revoir la genèse de ces drames ?

publié le vendredi 2 décembre 2022

Comme notre site l’a signalé, la municipalité de Marseille a décidé de débaptiser l’école Bugeaud qui portait le nom du général ayant ordonné la mise à mort par asphyxie des femmes, hommes et enfants des tribus hostiles à la colonisation de l’Algérie, qui s’étaient réfugiées dans des grottes. Son nom a été remplacé par celui d’un caporal algérien mort en 1944 dans les combats pour la libération de la ville. L’article du Monde que nous reproduisons ci-dessous souligne l’importance de cette décision pour cette ville qui a été au cœur de l’empire colonial français. Le Guide du Marseille colonial, dont nous avons aussi signalé la parution, publié par une équipe de militants antiracistes marseillais, recense les nombreuses traces de ce passé colonial dans la ville.

publié le jeudi 1er décembre 2022

En sus d’innombrables objets pillés, la France conserve de son ère coloniale des milliers de restes humains dont elle n’a à ce jour restitué qu’un très faible nombre à ses anciennes colonies. Une enquête du New York Times indique que le Musée de l’Homme conserve ainsi dans ses réserves « 18 000 crânes » - comprenant aussi des restes de victimes du génocide arménien - et pointe une forte résistance française à les restituer. Une polémique a par ailleurs éclaté à propos des crânes rendus à l’été 2020 à l’Algérie : certains ne sont pas, selon plusieurs journaux dont Le Monde, ceux de résistants algériens, mais de supplétifs de l’armée française, ce dont le gouvernement algérien aurait été informé. Ce dernier l’a démenti.

publié le mercredi 30 novembre 2022

Cette volumineuse anthologie présentée par son éditeur comme « un ouvrage qui fera date » a le mérite de rassembler plus d’une centaine d’articles publiés durant les trente dernières années, parfois réduits ou synthétisés, cinq d’entre eux étant traduits pour la première fois en français. Chose appréciable, elle date du XVIIIe siècle les débuts de l’histoire de la France coloniale, contrairement à d’autres publications antérieures de trois de ses co-directeurs, Pascal Blanchard, Nicolas Bancel et Sandrine Lemaire à l’origine du groupe de recherche Achac, qui la faisaient remonter, comme l’historien Raoul Girardet dans L’Idée coloniale en France, 1871-1962 (1972), aux débuts de la Troisième République. On retrouve opportunément dans cette anthologie destinée à un large public des textes d’auteurs importants comme David Todd, Sophie Bessis ou Doudou Diène, qui apportent, à partir des études britanniques ou africaines, des réflexions nouvelles.

publié le samedi 26 novembre 2022

Soixante ans après, la nostalgie de l’Algérie française fait toujours recette. Les rencontres à la Sorbonne organisées par Solidaires Étudiant-e-s souhaitent donner la parole à celles et ceux qui par leur travail éclairent ce qu’ont réellement été la colonisation et l’indépendance. Ci-dessous trois annonces : une projection-débat autour du film « La bataille d’Alger », avec Gilles Manceron et Michèle Audin, fille de Maurice Audin, militant pour l’indépendance de l’Algérie enlevé, torturé et assassiné par les parachutistes en 1957 ; une table ronde organisée par Paul Max Morin, auteur du livre « Les jeunes et la guerre d’Algérie », avec quelques-uns de ceux qu’il a interrogés ; et une table-ronde sur les luttes actuelles en Algérie et en France. Nous y ajoutons un entretien avec l’historien Fabrice Riceputi paru dans « Le Point Afrique » sur les disparus de cette « grande répression d’Alger ».

publié le lundi 21 novembre 2022

Dans son essai consacré à Aragon et la question coloniale, Alain Ruscio aborde aussi bien les positions politiques de l’homme engagé, influencé par le parti communiste français et en désaccord avec Aimé Césaire, que sa reprise littéraire dans Le Fou d’Elsa (1963) de l’aventure de Medjnoûn et Leïla issue de la culture arabo-persane. Comme le souligne Christiane Chaulet Achour, ce beau livre d’Aragon s’inscrit dans la tradition française du roman hispano-mauresque mais en la bouleversant. Situé dans la Grenade musulmane du XVe siècle, il s’inspire d’une histoire inscrite dans la culture musulmane aussi bien que des traditions mystiques espagnoles et françaises, aussi bien de Al-Hallâdj et Maïmonide que de Jean de la Croix et de Thérèse de Jésus. Un emprunt littéraire qui a intéressé des poètes comme Jamel-Eddine Bencheikh, Habib Tengour, Youcef Nacib, Abdelkebir Khatibi et Hawa Djabali. Cela permet-il de qualifier Aragon d’anticolonialiste ?