Appels et soutiens contre la stèle de l’ADIMAD à Marignane

publié le 7 juin 2005 (modifié le 14 septembre 2019)

Le MRC, l’UNSA Education, le MRAP, la FNACA ...

[Première mise en ligne : le 7 juin 2005,
dernière mise à jour : le 2 juillet 2005]

Le MRC demande l’interdition de la stèle à la mémoire de l’OAS

PARIS, 21 juin 2005 (AFP) - Le MRC a demandé mardi l’interdiction de la pose d’une stèle à la mémoire de l’OAS (Organisation Armée Secrète, hostile à l’indépendance de l’Algérie) prévue à Marignane le 6 juillet, et a dénoncé « vigoureusement » ce qu’il qualifie de « provocation ». « La France est-elle victime de revenants ? », se demande le MRC dans un communiqué signé par le Premier secrétaire Georges Sarre, rappelant la multiplication il y a quatre décennies des « attentats et meurtres » en Algérie et en France à l’initiative de ce mouvement. Le MRC remarque que « cette initiative est prise dans un contexte où le passé colonial de la France est exploité à des fins électoralistes et politiciennes par une fraction de la droite ». « Instrumenter les souffrances liées à cette terrible période de notre histoire est inacceptable », écrit M. Sarre, qui conclut : « aujourd’hui comme hier, les factieux ne passeront pas ! ».

La Cimade demande l’interdiction d’une stèle à la mémoire de l’OAS [1].


La Cimade demande « l’interdiction » de la pose d’une st le à la mémoire de l’OAS prévue à Marignane et « l’abrogation » d’une loi de février 2005 concernant les rapatriés d’Algérie, voyant dans ces deux faits une démarche « révisionniste ».

L’association dénonce « la multiplication des démarche politiques révisionnistes qui visent à réhabiliter un système de domination raciste et qui ne pourront que susciter un climat de haine et de violence ».

Une stèle à la mémoire d’anciens membres de l’OAS doit être dévoilée le 6 juillet à Marignane sur une parcelle du nouveau cimetière de la ville attribuée par la mairie à l’association ADIMAD (Association de défense des intérêts moraux et matériels des anciens détenus et exilés politiques de l’Algérie française).

COMMUNIQUE DE PRESSE
Marignane, le 8 Juin 2005

Le Comité Local du MRAP de Marignane, soutenu par la Fédération des Bouches du Rhône appelle à la mobilisation visant à empêcher l’inauguration d’une stèle à la mémoire de quatre membres de l’OAS (Organisation Armée Secrète), un groupe d’extrême-droite qui a semé la terreur à l’issue de la Guerre d’Algérie.

  • Roger Degueldre, chef des commandos « delta » a été l’organisateur de l’assassinat du commissaire Gavoury, responsable de la lutte contre la subversion en Algérie. On lui attribue aussi le massacre de six Inspecteurs de l‘Education Nationale le 15 mars 1962.
  • Albert Dovecar et Claude Piegts ont été les exécuteurs du commissaire Gavoury.
  • Jean-Marie Bastien-Thiry a été l’auteur de l’attentat du Petit-Clamart contre le Général de Gaulle.

Le pouvoir de l’époque les a tous fait condamner à mort et exécuter, au regard du caractère emblématique de leurs crimes... Nous ne pouvons tolérer qu’on honore et de plus publiquement des hommes dont l’objectif avoué était le renversement de la société républicaine par des moyens terroristes. Nous ne saurions accepter qu’on leur rende hommage ne serait-ce que par respect des victimes et des descendants des victimes.

Nous appelons donc à un rassemblement
suivi d’une manifestation
à Marignane,
le 6 Juillet 2005

L’heure et le lieu exacts restent à déterminer.

Courrier du secrétaire général de l’UNSA Education (Patrick Gonthier)
adressé le 7 juin 2005
à Gilles de Robien, Ministre de l’Education Nationale.

Ivry, le 7 juin 2005


La municipalité de Marignane a attribué à l’« Association
de défense des intérêts moraux des anciens détenus
politiques de l’Algérie Française » (ADIMAD) un espace
dans le cimetière communal afin d’ériger une stèle à la
mémoire de militants de l’OAS. Parmi ceux-ci Roger
Degueldre qui a fait exécuter six inspecteurs de
l’enseignement dont l’Association des Amis de Max
Marchand, de Mouloud Feraoun et de leurs compagnons

perpétue la mémoire. Une salle du ministère de
l’Education Nationale porte d’ailleurs le nom de Marx
Marchand, Mouloud Feraoun et leurs compagnons.

L’UNSA Education, vous demande, Monsieur le Ministre,
d’intervenir auprès du Premier Ministre français afin qu’il prenne les mesures nécessaires pour préserver la
mémoire des victimes de ces commandos. Parmi ces
victimes figurent des personnels de votre ministère.

A l’occasion de son assemblée générale tenue le 22 mai 2005 à Guérigny, le
comité départemental de la FNACA de la Nièvre a adopté la motion suivante :

" Les délégués de l’AGD réunis le 22 mai 2005 à Guérigny s’indignent de
constater le silence des autorités de l’Etat devant l’érection de stèles
dédiées aux prétendus martyrs de l’Algérie française, qui, en réalité,
étaient des déserteurs ou des traitres à la République qui ont tiré sur des
militaires français et tenté d’asssassiner le Président de la République".

Motion adressée au Préfet et aux Parlementaires du département.

[1La Marseillaise, le 21 juin 2005.