“Ulysse clandestin”, de Thomas Lacoste

publié le 16 juillet 2010

Un film pour la nécessaire suppression du ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale (93’), produit par La Bande Passante.

Avec la participation des historiens Pap Ndiaye, Gérard Noiriel, Tzvetan Todorov et Sophie Wahnich, des anthropologues Michel Agier, Marcel Detienne, Françoise Héritier et Emmanuel Terray, des sociologues Luc Boltanski et Eric Fassin, tous membres du Collectif pour la suppression du ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale.

Le poing sur l’identité nationale [1]

Depuis 2007, le réalisateur Thomas Lacoste produit des documentaires politiques salutaires à partir de propos d’intellectuels, qu’il met à disposition gratuitement sur Internet. Son dernier film, Ulysse Clandestin, s’intéresse au statut des immigrés en France et dénonce la dangerosité du ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale.



C’est un antidote aux apéros « saucisson et pinard » que nous mitonne l’extrême droite. Un film qui ne cherche pas à monter une communauté contre une autre, mais qui nous permet de réfléchir tous ensemble, paisiblement, au statut des immigrés en France. Son auteur, Thomas Lacoste, est une sorte d’anti-Eric Besson. Il se méfie des débats ras du zinc qui finissent en bastons identitaires. Pendant la campagne présidentielle de 2007, il était parti avec sa caméra sonder une vingtaine d’intellectuels (Réfutations). L’année suivante, il bricolait un doc sur la réforme des universités (Universités, le grand soir), puis un autre décryptant les menaces sur les libertés publiques (Rétention de sûreté. Une peine infinie).

Cette fois, pour Ulysse clandestin, il interviewe, sur la longueur, en plan fixe, les historiens Tzvetan Todorov, Pap Ndiaye, Gérard Noiriel, l’anthropologue Françoise Héritier, le sociologue Eric Fassin... Projeté ici et là, mis en ligne sur Dailymotion, ce film offre une succession de points de vue qui mettent l’actualité en perspective (les immigrés italiens sifflaient déjà La Marseillaise en 1889) et pointe in fine l’incohérence du ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale. Le film réclame clairement sa suppression. Est-ce une œuvre politique ? Oui. Militante aussi, au meilleur sens du terme : il s’agit moins de propagande que de contre-expertise critique. Thomas Lacoste diffuse tous ses montages gratuitement, au nom du savoir et de l’idée qu’il se fait d’un citoyen.




Un film pour la nécessaire suppression du ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale (93’) [2]





La création d’un ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale était en soi un acte d’une violence inouïe. Le débat sur l’identité nationale, et toutes les dérives verbales qui l’ont accompagné, ont confirmé les plus sombres prophéties. La prochaine étape dans ce parcours de l’ignominie sera la présentation du projet de loi Besson en septembre 2010 qui dégradera encore un peu plus la condition des immigrés en France.

Il est primordial de réagir, sans attendre. Et pour cela comprendre, comprendre les enchaînements qui conduisent à cette régression, comprendre le contexte dans lequel se déploie ce nationalisme dangereux en France et un peu partout en Europe, et à quelles sources il s’alimente.


On l’aura compris, le film-frontières de Thomas Lacoste Ulysse clandestin est aussi un engagement pour un certain nombre de valeurs, simples mais essentielles : hospitalité et accueil, droit d’asile, respect de l’autre et de la différence, du commun et du multiple, du partage et de la redistribution. Les sociologues, anthropologues, historiens et philosophes qui témoignent dans ce film livrent des analyses méticuleusement agencées afin de lancer un salutaire combat : la suppression nécessaire et définitive du ministère de la honte !

[1Source : « Le poing sur l’identité nationale », Télérama le 25 juin 2010.

[2Extrait de la présentation du film : http://yonne.lautre.net/spip.php?ar....