Le manifeste pour la ré-appropriation des mémoires confisquées

publié le 9 octobre 2005

Enfants d’immigrés et de harkis, même combat ! C’est le message pacifique que Fatima Besnaci-Lancou, fille de harki, a diffusé jeudi 23 septembre 2004, veille de la Journée nationale d’hommage aux harkis, célébrée, depuis 2001.

Le Manifeste que vous trouverez ci-dessous a été rendu public par Fatima Besnaci-Lancou, auteure du livre témoignage Fille de harki [1]
et présidente de l’association Harkis et droits de l’homme. Cet appel, ouvert à la signature, se présente comme une contribution à la réconciliation franco-algérienne.

Le Manifeste se dresse contre la « simplification de l’histoire » qui a classé parmi « les bons » et « les méchants » des gens qui, « par choix, hasard ou nécessités », se sont retrouvés face à face pendant la guerre d’Algérie.

[Première mise en ligne le 26 septembre 2004,
mise à jour le 9 octobre 2005.]

Le manifeste pour la ré-appropriation des mémoires confisquées

Nous, filles et fils de parents d’origine algérienne, descendants de harkis et descendants d’immigrés, souhaitons ensemble nous approprier notre histoire et en assumer toutes ses parts d’ombres et de lumière. À l’heure où la France et l’Algérie s’apprêtent à signer un traité d’amitié, nous souhaitons être acteurs de cette réconciliation qui ouvrira une nouvelle page dans la relation entre les deux pays.

Nos parents, par choix, hasards ou forcés se sont trouvés dans des camps différents durant la guerre d’Algérie. De part et d’autre de la Méditerranée, les acteurs de cette guerre ont été classés selon une dualité simpliste : les bons d’un coté et les mauvais de l’autre.

Cette simplification de l’histoire a pris racine et a généré des itinéraires parallèles, sans parole, entre les harkis et les immigrés alors que tout les unissait.

Nos parents sont :

- TOUS sont d’anciens colonisés administrés par le code de l’indigénat.
- TOUS portent en eux leur exil.
- TOUS se sont réfugiés dans le silence ou l’amnésie, transmettant au mieux des mémoires partielles et des non dits.
- TOUS ont souffert, d’une rupture cimentée par la culpabilité, les uns de devoir vivre en France alors qu’ils avaient un pays indépendant et les autres d’avoir « choisi » un pays qui les a abandonnés à leur sort tragique en 1962.
- TOUS ont été relégués et parqués : pour les harkis et leurs enfants ce furent les hameaux forestiers ou les sinistres camps indignes de la France. Pour les immigrés ce furent d’abord les bidonvilles, puis les cités de transit et les banlieues construites à la périphérie des villes.
- TOUS ont participé à la (re)construction et au rayonnement de la France, à son économie et à sa démographie, acceptant les travaux les plus pénibles mais demeurant, malgré leurs sacrifices, marginalisés et discriminés.
- Tous rêvent d’une Algérie plurielle, réconciliée et prospère et d’une France plus juste, plus solidaire, plus reconnaissante et plus fraternelle.

C’est pourquoi, nous refusons désormais le récit parcellaire de la guerre d’Algérie et l’occultation totale du drame des harkis, révélatrice d’une histoire coloniale non assumée en France et instrumentalisée en Algérie.

A force d’ignorer partiellement ce qui a fait notre l’histoire, nous avons laissé libre cours à tous les fantasmes, à toutes les peurs qui ont contribué à creuser le fossé entre les Français et les Algériens et particulièrement entre les Harkis, les immigrés et leurs descendants. Les passions, les rancœurs, les haines, ainsi que les contentieux divers continuent d’entraver ce travail de mémoire, pourtant nécessaire à tous.

C’est pourquoi, il est de notre devoir et de notre responsabilité de nous mobiliser pour inscrire notre histoire commune dans la mémoire collective de l’Algérie et de la France, pour réécrire enfin notre histoire, une histoire assumée de part et d’autre de la Méditerranée.

Nous avons besoin de retisser la trame de cette mémoire confisquée, de cette filiation occultée. Nous sommes déterminés à faire en sorte que les Français et les Algériens acquièrent une connaissance globale de ce passé douloureux mais partagé. Il nous faut établir la vérité historique, toute la vérité, et faciliter le travail des historiens des deux rives.

C’est dans l’intérêt des deux pays, de leur cohésion nationale, que ce travail de mémoire doit se faire, et c’est à ce prix qu’une réconciliation franco-algérienne solide, respectueuse des identités et des mémoires de chacun, pourra voir le jour.

Nous, héritiers de cette histoire, descendants d’Algériens, commémorerons, ENSEMBLE deux dates symboliques, fil d’Ariane de ce passé enfin assumé : la journée du 25 septembre dédiée aux harkis et celle du 17 octobre 1961. En reliant les deux dates, nous voulons assumer notre héritage dans la reconnaissance, la dignité et la fraternité.




Ce manifeste a l’appui des associations suivantes :

Ligue de l’enseignement,
Humana Algérie, La Seyne (83)
section LDH de Toulon (83)




(format pdf - 13.7 ko - 04/10/2004)

Pour le signer vous pouvez le télécharger au format PDF


Premiers signataires :


Fatima Besnaci-Lancou, éditrice, écrivain
Yazid Sabeg, chef d’entreprise
Khedidja Bourcart, maire-adjoint de Paris
Ghaleb Bencheikh, présentateur émission « Islam » A2
Hadjila Kemoum, écrivain
Mouloud Mimoun, cinéaste
Dalila Kerchouche, écrivain
Moussa Khédimellah, sociologue
Bétoul Fekkar-Lambiotte, fonctionnaire internationale
Djamila Azrou-Isghi, maire-adjoint Strasbourg
Nabile Farès, écrivain
Leïla Sebbar, écrivain
Ali Aïssaoui, médecin, président d’UNIR
Amar Assas, dirigeant d’entreprises sociales
François Touazi, fonctionnaire
Zaïr Kedadouche, élu (mairie de Paris 17ème)
Charles Kerchouche, chef de projet
Fadila Méhal, Fonctionnaire,
Tassadit Houd, cadre supérieur,
Samia Messaoudi, journaliste,
Smaïl Boufhal, enseignant, élu,
Soraya Saa, fonctionnaire,
Mouloud Aounit, secrétaire général du MRAP,
Arav Benyounes, écrivain
Nadia Amiri, infirmière, chercheuse
Ziad Goudjil, éducateur
Khamsa, libraire « les yeux d¹Elsa » au Havre
Salah Baadache, président du collectif 83 des associations de harkis du Var,
Tewfik Allal, éditeur
Salah Amokrane, conseiller municipal à Toulouse
Rabah Zénoun, journaliste TV
Naïma Abbassi
Nora Aceval, conteuse, écrivain, présidente de l’association herbe-verte
Fatima Aït Kaci, chef de projet
Toufik Baalache, chargé de mission à la Ligue de l¹enseignement
Akli Mellouli, chef de projet, élu à Bonneuil
Nasser Arroum, responsable associatif
Aïcha Barry, enseignante
Fatiha Moebs, sans profession
Achoura Slamani, retraitée
Lila Besnaci, directrice commerciale
Souâd Behaddad, journaliste, écrivain
Marnia Belhadj, maître de conférence, sociologue
Abdelhamid Berkane, journaliste, rédacteur en chef-adjoint
Farida Berritane, directrice artistique
Farid Boudjellal, artiste
Fatima Boukhélou, doctorante en littérature
Malika Chafi, sociologue
Rachid Mokrane, conseiller technique
Mehdi Aouda, chef de projet politique de la ville
Hocine Tandjaoui, écrivain
Bachir Hadjadj, retraité
Mehdi Lallaoui, cinéaste, écrivain
Amar Chalabi, éducateur,
Reza Khobzaoui, fonctionnaire,
Linda Bourbia, cadre administratif
Karima Hakkar, étudiante
Malika Lamouri, étudiante
Samia Khellout
Houary Nouri, coiffeuse
Cherbi Nouri, agent de sécurité
Leïla Ben-Mahfoud, agent de service
Fatema Zouglhami
Dalila Banson, coiffeuse
Leila Benarous
Zaïa Moumen, secrétaire, présidente de l’association Humana Algérie à La Seyne (83)
Amar Chalabi, éducateur à Roubaix,
Fatima Zouglhami
...

Contact : http://www.harki.net/.

[1Fille de harki, avec une préface de Jean Daniel et Jean Lacouture, éd. de l’Atelier, seconde édition septembre 2005, 13 €.