Histoire coloniale et postcoloniale

Nous contacter

Accueil > la reconnaissance du passé colonial > La répression en France en 2019 et le précédent de la guerre d’Algérie

Le retour de dispositifs liberticides

La répression en France en 2019 et le précédent de la guerre d’Algérie

samedi 20 avril 2019

Pour Fanny Layani, enseignante en lycée, doctorante en histoire à l’université Paris-I, les dispositifs policier et judiciaire à l’œuvre en France en 2019 contre les contestataires ne sont pas sans rappeler les méthodes utilisées pendant la guerre d’Algérie contre les indépendantistes. Dans un article publié dans l’hebdomadaire "Politis", elle pointe que des mesures liberticides comparables à celles prises pendant la guerre d’Algérie visent désormais, de ce côté de la Méditerranée, tout mouvement social, dont celui des gilets jaunes.

Répression : le précédent algérien

par Fanny Layani, publié dans Politis, le 11 avril 2019. Source

Fanny Layani, enseignante en lycée et doctorante en histoire à l’université Paris-I, consacre sa thèse, sous la direction de Raphaëlle Branche, à la détention politique des militants de l’indépendance algérienne entre 1954 et 1962. Elle y évoque en particulier la place des prisons de Fresnes dans le dispositif de répression et la richesse de leurs archives. Elle est l’autrice de « Les prisons de France métropolitaine en guerre d’Algérie, théâtre de l’affrontement avec le FLN », in Chevandier, Chr., Larralde, J.-M., Tournier, P.-V., Enfermements, justice et libertés, aujourd’hui et hier, ici et ailleurs, L’Harmattan, 2014.

Ce qui se passe actuellement en Algérie semble renverser l’adage : dans les rues d’Alger ou d’Oran, le vif saisit le mort.

Le peuple algérien, pris d’un dégagisme gonflé d’espoir, clame sa soif de changement, et les cortèges sont les plus importants depuis la célébration de l’indépendance. Le mouvement revendique désormais ouvertement sa volonté de tout à la fois reprendre et boucler le processus entamé en 1954, et ce contre le système FLN, désormais à bout de souffle tout autant que l’avatar du moment, l’ancien président Bouteflika. Pour autant, de l’autre côté de la Méditerranée, c’est bien le mort qui saisit le vif. La répression policière et judiciaire qui vise désormais tout mouvement social (gilets jaunes en premier lieu) reprend en quelque sorte les dispositifs liberticides installés pendant la guerre d’Algérie.

L’atteinte à la sûreté de l’État, qui motive certaines des « fiches S » massivement utilisées de nos jours, était aussi le chef d’inculpation usuel des militants de l’indépendance algérienne entre 1954 et 1962, et l’inclusion des dispositions de l’état d’urgence dans le droit commun donne à l’État des moyens de répression d’une intensité inédite depuis les pouvoirs spéciaux votés en 1956. D’où l’intérêt de revenir sur les modalités de la répression des années de la guerre d’Algérie en territoire métropolitain, pour éclairer celle qui s’abat aujourd’hui, et de comprendre comment les réprimés ont pu s’organiser pour résister.

De 1954 à 1962, 10 000 Algériens au moins furent incarcérés dans les prisons de métropole. Du simple sympathisant arrêté en possession de tracts, effectuant quelques semaines de préventive avant d’écoper d’un non-lieu, aux ministres du GPRA (Gouvernement provisoire de la République algérienne) dont l’avion est détourné par les services français en novembre 1956, en passant par les membres de l’Organisation spéciale arrêtés les armes à la main pour avoir frappé des intérêts français ou œuvré dans le cadre de la guerre fratricide que se mènent Front de libération nationale et Mouvement national algérien, tous ont en commun d’être indistinctement considérés comme « terroristes ».

La répression à leur encontre est telle que les Algériens sur le territoire métropolitain, qui représentent 22 % des prisonniers contre moins de 1 % de la population générale, deviennent majoritaires dans certaines prisons, d’autant que l’administration pénitentiaire les rassemble, par crainte d’une contagion politique des droits communs autant que pour des raisons pratiques d’adaptation de leur régime de détention. En effet, à force d’obstination, les détenus politiques algériens obtiennent de haute lutte et au moyen de deux longues grèves de la faim collectives, durant l’été 1959, un régime de détention adapté dit « régime A », octroyé par le garde des Sceaux le 4 août. Ces nouvelles dispositions leur permettent d’aboutir à une certaine autogestion dans les lieux de détention, où ils sont suffisamment nombreux pour que la direction ait intérêt à chercher l’apaisement, suscitant l’ire du Premier ministre, Michel Debré, et d’une part importante de la classe politique, qui déplorent le « laxisme » de l’administration pénitentiaire. Ainsi, à Fresnes, à Loos ou aux Baumettes, c’est un comité de détention élu par les détenus qui se constitue en interlocuteur unique d’une direction plus pragmatique qu’impuissante, et qui administre concrètement leur quartier : gestion collective des pécules et du « cantinage », organisation de cours d’alphabétisation, de mathématiques, de géographie ou de langues étrangères, représentations théâtrales, discipline interne, circulation de l’information, etc.

S’il handicape clairement le fonctionnement de la fédération de France du FLN, dont nombre de cadres finissent derrière les barreaux, le caractère massif de cette répression offre aussi au FLN un outil idéal de propagande internationale. Faisant appel à ce que le monde compte de grandes voix, du pape à Nikita Khrouchtchev, il finit par obtenir en novembre 1961, au beau milieu d’une troisième grève de la faim massive des détenus, le vote d’une résolution des Nations unies condamnant la France pour le traitement qu’elle réserve à ces détenus, notamment en leur refusant le statut de prisonniers politiques.

Fanny Layani

Abonnez-vous à Politis