à La Colonie, à l’Ecole normale supérieure, au Centre Condorcet à Aubervilliers, en Guadeloupe…

De riches rencontres pour nous aider à comprendre l’héritage du passé colonial

publié le 21 janvier 2020 (modifié le 16 février 2020)

Les études sur l’histoire coloniale et sur les traces qu’elle a laissées en France sont bien vivantes, en dépit des lamentations de ceux que ce travail nécessaire dérange dans leurs certitudes. Nombreux sont les chercheuses et les chercheurs travaillant sur ces sujets. Et leurs recherches sont indispensables à la compréhension d’une partie des difficultés de la société française — qui connait aussi d’autres formes de racisme et d’exclusion. Plusieurs rencontres sont organisées : à La Colonie, à l’Ecole normale supérieure et au centre Panthéon-Sorbonne, à l’Hôtel-de-ville de Paris et au Centre Condorcet à Aubervilliers, ainsi qu’aux archives de la Guadeloupe. Des échanges utiles pour nous aider à assumer l’héritage du passé colonial.

A La Colonie, le 21 janvier 2020, lancement du livre de Cloé Korman,
Tu ressembles à une juive : discussion entre elle et l’historien Pap Ndiaye à propos du racisme en France

La Colonie
le 21 janvier 2020, de 18h30 à 20h30
128, rue la Fayette, 75010 Paris

La romancière Cloé Korman et l’historien Pap Ndiaye ont rendez-vous à La Colonie pour débattre du racisme en France. Dans un récit très personnel, Tu ressembles à une juive, publié en janvier 2020, l’écrivaine rejoint le propos de Pap Ndiaye dans La Condition noire, celui de revendiquer une identité insaisissable et qui veut exister en-dehors des stigmates et de la violence. Ils parleront du droit de se rêver autre comme du droit à dire qui l’on est à travers la littérature, la peinture, les médias — tous les moyens de représentation qui sont aussi des moyens de conquérir l’égalité.

Cloé Korman
est écrivaine et enseigne au collège Jean-Pierre Timbaud à Bobigny. Elle est l’auteure de trois romans publiés aux éditions du Seuil : Les Hommes-couleurs, prix du Livre Inter en 2010, Les Saisons de Louveplaine (2013) et Midi (2018), et de l’essai Tu ressembles à une juive (janvier 2020).

Pap Ndiaye
est professeur des universités à l’Institut d’études politiques de Paris (histoire nord-américaine) et directeur du département d’histoire. Il est spécialiste d’histoire sociale des Etats-Unis, particulièrement des minorités. Il s’intéresse également aux situations minoritaires en France (histoire et sociologie des populations noires). Normalien, agrégé et docteur en histoire, diplômé de l’université de Virginie (M.A.), il a enseigné en France (EHESS) et aux Etats-Unis (université de Pennsylvanie, New York University, Northwestern University). Il travaille actuellement à une histoire mondiale des droits civiques au 20e siècle, en envisageant cette question dans une perspective transnationale. Il enseigne un cours d’histoire des Etats-Unis et un cours d’histoire des Empires au 20e siècle, ainsi qu’un séminaire de master d’histoire (Introduction to US history : recent research trends).


A l’Ecole normale supérieure et au centre Panthéon-Sorbonne, les 24 et 25 janvier 2020, un colloque sur « Race et sang dans les sources depuis le XVIIe siècle : le cas de la France et de ses colonies »

Les vendredi 24 et samedi 25 janvier 2020 à l’Ecole Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm 75005, et au centre Panthéon de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris 5e.

6e rencontres du Grand séminaire d’histoire des Outre-mer, organisées par l’Association d’étude de la colonisation européenne (APECE) avec le soutien du Conseil Régional d’Ile-de-France, de la Dilcrah (Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine LGBT), de l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine (CNRS, Ecole normale supérieure, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), du fonds de dotation Henri Grégoire Germain Porte, et de la fondation esclavage et réconciliation (FER).

Comment les termes de race, mais aussi de sang, auquel le premier est initialement étroitement associé, sont utilisés dès les débuts de la colonisation.

La présentation et le programme du colloque

Programme

Vendredi 24 janvier 2020 8 h 45 - 12 h 30
Salle Dussane
École normale supérieure
45 rue d’Ulm Paris 5e

Race et sang dans les dictionnaires et imprimés (XVIII-XIXe siècles)

Erick Noel, Université des Antilles : Du sang au sang mêlé : les occurrences d’un terme et de ses dérivés dans la production littéraire des Lumières.
Discutante : Marion Godfroy, chercheuse associée à l’IHMC (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).
Pierre Serna, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : La question de la racialisation et l’animalisation des Africains dans les dictionnaires d’histoire naturelles de 1765 à 1844 à partir d’une étude sémantique des entrées.
Discutant : Pierre Boulle, Université McGill, Montréal.

L’usage de la race dans les colonies esclavagistes françaises (XVII-XIXe siècles)

Frédéric Régent, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : Usage du terme race dans les sources des Antilles avant l’abolition de l’esclavage.
Discutant : Jean-Paul Zuniga, EHESS.
Bruno Maillard, chercheur associé Université de La Réunion : Usage du terme race aux Mascareignes avant l’abolition.
Discutante : Anne Lafont, EHESS.

Vendredi 24 janvier 2020 14 h 30 - 18 h
Amphi II B
12 place du Panthéon
Paris 5e

Race, sang et pouvoir dans le royaume de France (XVIIe-XVIIIe siècles)

Elie Haddad, CRH (CNRS, EHESS) : Sang, race, ancienneté : distinction et conflits de légitimité dans la noblesse française au XVIIe siècle.
Discutant : Jean-Frédéric Schaub, EHESS.
Christy Pichichero, George Mason University : Race, pouvoir, et intersectionnalité en France au XVIIIe siècle.
Discutante : Silyane Larcher, CNRS.

La race en France au XIXe siècle

Claude-Olivier Doron, Université Paris-Diderot : La race chez les libéraux et les saint-simoniens dans le 1er XIXe siècle en France.
Discutant : Bernard Michon, Université de Nantes.
Carole Reynaud-Paligot, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : La racialisation de l’identité nationale : la race gauloise au XIXe siècle.
Discutant : Clément Thibaud, EHESS.

Samedi 25 janvier 2020 8 h 45 - 12 h
Amphi II B
12 place du Panthéon
Paris 5e

Race et deuxième empire colonial

Eric de Mari, Université de Montpellier : La race dans le droit colonial du second empire colonial
Discutant : Fredrik Thomasson, Uppsala University, Suède.
Christelle Lozère, Université des Antilles : L’usage de race dans l’exposition des colonies fin XIXe début XXe siècle.
Discutant : Jean-François Klein, Université du Havre.

L’usage du mot race dans les « vieilles colonies » avant 1939.

Dominique Chathuant, chercheur associé au CERHiC, EA 2616 (URCA-Université de Reims) : Les parlementaires noirs, la race et le sang, au premier XXe siècle.
Discutante : Cécile Bertin, Université des Antilles.
Caroline Seveno, Université des Antilles : Le milieu enseignant en contexte colonial et l’usage du mot race d’après le rapport du congrès intercolonial de 1932.
Discutant : Vincent Cousseau, Université de Limoges.

Samedi 25 janvier 2020 14 h 30 - 18 h 30
Amphi II B
12 place du Panthéon
Paris 5e

La race sans le racisme

Anne Ulrich-Girollet, Université de Bourgogne : L’usage du terme race dans les écrits de Schoelcher.
Discutant : Emanuelle Sibeud, Université Paris 8
Claude Blanckaert, CNRS : Race sans racisme ? Les dialectiques du Musée de l’Homme (1930-1960).
Discutant : Alain Froment, Muséum d’Histoire naturelle.

Sortir de la race après 1945

Angéline Escafré-Dublet, Université Lumière Lyon 2 : Pratiques de distinction. L’identification des Français musulmans d’Algérie dans les recensements de 1954 et 1962.
Discutant : Jean-Luc Chappey, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
• Pierre Darlu, Muséum national d’Histoire naturelle, CNRS : Du sang à l’ADN, qu’en est-il de la race ?
Discutante : Magali Bessone, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Conclusions

Jean-Luc Bonniol, Université Aix-Marseille.
Claude-Olivier Doron, Université Paris-Diderot.

Dernière minute : En raison du mouvement social, la séance du colloque prévue le vendredi 24 janvier dans l’après-midi est ventilée sur le vendredi matin et le samedi matin, selon le programme joint. Nous vous prions de nous excuser de la gêne occasionnée.

Marine Nagapin, chargée de communication du colloque.
colloque race et sang dans les sources depuis le xviie siecle (format pdf - 615.5 ko - 24/01/2020)


A Paris et Aubervilliers, les 23 et 24 janvier 2020, un colloque sur
« Images et imaginaires au Moyen-Orient et en Afrique du Nord »


Le programme de ce colloque organisé par le Cercle des chercheurs sur le Moyen-Orient (CCMO). Accès libre. Inscriptions.




Quatre rencontres à La Colonie

L’inconscient post-colonial


Entretien avec Sophie Mendelsohn et Livio Boni
par Sarah Al-Matary, publié par La vie des idées, le 10 janvier 2020

La psychanalyse risque-t-elle de perdre son identité en s’ouvrant au monde ? C’est au contraire hors de l’Occident qu’elle s’est renouvelée, contribuant même aux processus d’émancipation politique. Ce décentrement, utile à tous, replace la discipline au cœur des sciences humaines.

Lire l’entretien


Une conférence à la Guadeloupe

LE VÉCU RELIGIEUX DES ESCLAVES AUX ANTILLES FRANÇAISES AU XVIIème SIÈCLE : PERSPECTIVES DE RECHERCHES

Conférence par Astrid Girault,
doctorante de l’Université de Montréal.

le 21 janvier 2020 à 18h30
aux Archives départementales
Rue des Archives, Bisdary (Gourbeyre) Guadeloupe
Contacts : tél. 05 90 81 13 02 ; courriel : shg@wanadoo.fr ou archives@cg971.fr
Entrée libre et gratuite.

De quelle façon les esclaves ont-ils intégré la religion catholique, quelles furent leurs pratiques de cette religion. Comment l’ont-ils transformée avec des apports traditionnels africains. Quel est le rôle des ces pratiques religieuses dans la formation d’une culture créole spécifique, comment des éléments traditionnels africains ont pu être transposés ou recomposés.


Aimé Mpane, Olympia II, 2013. Peinture murale sur pièces de contreplaqué, 91,3 x 121,9 cm. Exposée au Musée d’Orsay dans l’exposition Le modèle noir.