Patrick Buisson

publié le 22 décembre 2009
Patrick Buisson, adolescent, refusait de rendre hommage aux victimes de l’OAS

Patrick Buisson est l’un des conseillers les plus écoutés de Nicolas Sarkozy : « pour ma gauche, j’ai Guaino, pour ma droite, j’ai Buisson », aurait-il déclaré [1], ajoutant : « je lui dois d’avoir été élu... » [2].

Nicolas Sarkozy a tenu à lui marquer sa reconnaissance en lui remettant personnellement sa décoration dans l’ordre de la Légion d’honneur, en septembre dernier. Parmi les articles de presse qui ont accompagné cet hommage, celui de Carole Barjon rappelait qu’en mars 1962, Patrick Buisson, âgé alors de 13 ans, avait été de ceux qui, dans les établissements scolaires, avaient refusé de s’associer à l’hommage national aux six inspecteurs des centres sociaux éducatifs, victimes le 15 mars 1962 de la barbarie de l’OAS.

Le fils d’un de ces fonctionnaires assassinés a écrit à Patrick Buisson pour lui demander comment il se situait aujourd’hui par rapport à cet acte de l’adolescent qu’il a été. N’ayant pas reçu de réponse à sa demande répétée, et après en avoir averti le destinataire, Jean-Philippe Ould Aoudia a décidé de rendre publique sa démarche.

 
Les habits neufs de Patrick Buisson, par Mohammed Harbi

Le “conseiller spécial” du président Sarkozy a publié récemment un album consacré à La Guerre d’Algérie, qui présente « une vision apologétique de l’Algérie coloniale et de l’action des militaires », et qui a bénéficié d’une promotion de la part des pouvoirs publics – voir notre article.

L’historien Mohammed Harbi réagit en rappelant que «  les “haines rentrées” alimentent la discorde entre les peuples toujours à leur détriment ». [3]

 
La guerre d’Algérie française de Patrick Buisson

On ne présente plus Patrick Buisson, ardent conseiller de Nicolas Sarkozy, de la chaîne Histoire et des cabinets Publifact et Publiopinion, naguère de l’hebdomadaire d’extrême-droite Minute. Si l’histoire vraie s’écrit en confrontant des documents d’origines différentes, le luxueux album de Buisson ne montre que des photos militaires françaises conçues comme armes de guerre psychologique.

Deux historiens, Gilbert Meynier et Mohammed Harbi, analysent ci-dessous l’album La guerre d’Algérie, 1954-1962 où Patrick Buisson raconte l’Algérie dont il a rêvé [4].

Ce texte a été repris sur LEMONDE.FR le 22 décembre sous une forme abrégée, avec les signatures de 7 universitaires.

[Mise en ligne le 13 décembre 2009, complétée le 22 décembre]