Les mouvements nationalistes

publié le 13 décembre 2019
le 23 août 1955, Marcel Frapolli, maire de Fort-National, était assassiné en Kabylie

En août 2005, Jean-Pierre Frapolli nous a adressé un texte intitulé « Il y a cinquante ans, le 23 août 1955, notre père, Marcel Frapolli, maire de Fort-National, était assassiné en Kabylie ».

Nous le publions aujourd’hui avec son accord, en y ajoutant quelques notes.

 
Mohammed Harbi : les violences de la guerre d’indépendance algérienne

Un service de renseignement français écrivait dans son bulletin de novembre-décembre 1954 que les « fellagas » avaient reçu les « conseils pratiques » suivants : « interdire viols, massacres de femmes, enfants, vieillards, ne pas profaner les lieux à caractère religieux. Un homme désarmé ne doit pas mourir mais être fait prisonnier, respecter les étrangers... » [1]

Mais le FLN n’a pas su encadrer et organiser l’insurrection algérienne afin d’éviter qu’elle soit marquée par des violences incontrôlées, comme le souligne l’historien algérien Mohammed Harbi dans un entretien (datant de 2002) avec Gilles Manceron que
nous reprenons ci-dessous. Ancien responsable du FLN lors de la guerre de libération algérienne qu’il persiste à penser inévitable, Mohammed Harbi a été de ceux qui ont tenté d’y promouvoir d’autres formes de lutte que la seule action militaire et qui ont posé la question des objectifs politiques et des cibles de la violence. Emprisonné après le coup d’État de Boumediene, il est l’auteur de travaux décisifs sur l’histoire du FLN.

 
Les Juifs algériens dans la lutte anticoloniale, par Pierrre-Jean Le Foll-Luciani,

Le nouvel ouvrage de Pierre-Jean Le Foll-Luciani, Les juifs algériens dans la lutte anticoloniale. Trajectoires dissidentes (1934-1965), est issu de sa thèse de doctorat. Il est basé sur des entretiens biographiques menés avec 40 anciens militants, sur des sources privées et sur des fonds d’archives souvent inexplorés. Il met en lumière les ressorts de ces trajectoires dissidentes en les articulant à une réflexion générale sur le rapport des juifs algériens à la question coloniale. Au prisme de cette entrée minoritaire, il s’agit aussi de construire une histoire par le bas des juifs d’Algérie, du communisme algérien et, plus généralement, de la société algérienne colonisée et nouvellement indépendante. [2]



 
Il y a 60 ans, le congrès de la Soummam

Les 25 et 26 août prochains : un colloque international consacré au Congrès de la Soummam est organisé par la commune d’Akfadou, sur le lieu où le congrès s’était tenu en 1956.

Ci-dessous, à la suite d’un article du Matin d’Algérie, présentant ce colloque, les résumés de leurs interventions que deux des historiens intervenants, Dalila Aït-El-Djoudi et Gilles Manceron, nous ont permis de reprendre.

 
Du nouveau sur le nationalisme algérien : l’UDMA et les udmistes, par Malika Rahal

L’historienne Malika Rahal publie L’UDMA et les Udmistes, contribution à l’histoire du nationalisme algérien, aux éditions Barzhak. L’UDMA est l’Union Démocratique du Manifeste Algérien, parti fondé en 1946 par Ferhat Abbas. Ce livre bouscule une histoire dominante du nationalisme algérien dans laquelle, selon l’auteure, l’apport de ce mouvement a été occulté. Nous publions la présentation de l’éditeur, ainsi que des extraits de ce livre et l’article que lui a consacré le quotidien algérien El Watan. (mise à jour le 29 septembre 2017)

 
Analyser le mouvement nationaliste algérien avec lucidité

Nedjib Sidi Moussa fait partie de la nouvelle génération des chercheurs qui font progresser la connaissance de l’histoire de l’Algérie contemporaine, il est spécialiste en particulier des messalistes et du MNA pendant la guerre d’indépendance nationale. Sa thèse sur le mouvement messaliste, à paraître au second semestre 2018, ne cherche ni à le réhabiliter, ni à le stigmatiser. Dans cet entretien réalisé par Imad Boubekri et publié par Reporters, le 2 novembre 2017, que nous publions avec son accord, il examine sans idéalisation ni dévalorisation les différents courants du mouvement national algérien dans sa lutte pour l’indépendance.

 
Un article de Benjamin Stora revisite le passé franco-algérien

Le passé de la guerre d’indépendance ne cesse de faire retour en Algérie à l’occasion du hirak, un mouvement populaire inédit qui remet en question les hégémonies et les récits qui ont commencé à se mettre en place dans ce pays durant cette guerre. L’histoire vient percuter l’actualité récente. Alors que le 12 décembre 2019 a eu lieu une élection présidentielle contestée, Benjamin Stora rappelle que la veille, le 11 décembre, est l’anniversaire d’un autre épisode qui a vu, en 1960, l’irruption du peuple algérien sur le devant de l’histoire.

 
Messali Hadj, père oublié du nationalisme algérien

Dans l’histoire du nationalisme algérien, un point d’interrogation demeure : comment et pourquoi le père fondateur, Ahmed Mesli, dit Messali Hadj, a-t-il pu être désavoué, puis combattu, par ses fils spirituels, alors même qu’il avait été le premier à poser comme objectif non plus un aménagement du système colonial, mais la lutte pour l’indépendance ?

Un article de l’historien Alain Ruscio, publié dans Le Monde diplomatique de juin 2012 [*].

 
Oran, avril 1949 : hold-up à la grande poste, par Benjamin Stora & Renaud de Rochebrune

Dans leur ouvrage consacré à La guerre d’Algérie vue par les Algériens [3], Benjamin Stora et Renaud de Rochebrune font figurer en bonne place l’attaque de la grande poste d’Oran en avril 1949 : il s’agissait pour de jeunes nationalistes de trouver de l’argent afin de pouvoir financer les activités à venir de l’organisation spéciale (OS), bras armé du PPA-MTLD.

Ci-dessous l’extrait du premier chapitre de ce livre, où les deux auteurs narrent cet épisode peu connu de l’histoire du mouvement national algérien.

 
Décembre 1960 : Alger manifeste pour l’indépendance

C’est un épisode important de la guerre d’indépendance algérienne mais il est rarement évoqué dans les médias. Le 11 décembre 1960, alors que les maquis nationalistes sont en grande partie décimés par les opérations militaires du général Challe, des milliers d’Algériens investissent les quartiers européens d’Alger, arborant le drapeau vert, blanc et rouge, et scandant des slogans favorables au FLN et au Gouvernement provisoire de la république algérienne (GPRA).

Ces manifestations vont s’étendre et embraser l’ensemble du territoire algérien. Réprimées dans le sang par l’armée et la police françaises, elles montrent que la population “indigène” reste en majorité favorable au combat et aux idées des indépendantistes.

Deux historiens, Daho Djerbal et Gilles Manceron reviennent sur ces événements.

 
Richesse et pluralité du mouvement national algérien, par Benjamin Stora

Auteur d’une trentaine d’ouvrages sur l’histoire de l’Algérie et du nationalisme algérien, biographe de Messali Hadj et de Ferhat Abbas, Benjamin Stora explore depuis plus de trente ans le nationalisme algérien en en disséquant les continuités et les ruptures, les réalisations et les drames. Dans un entretien donné au Quotidien d’Oran et publié le 6 juillet 2013, il met en lumière les cheminements longs, complexes et sinueux qui aboutiront au FLN. Nous reprenons ci-dessous la version de cet entretien relue et corrigée par l’auteur.

Benjamin Stora est Professeur des universités à Paris 13. Dernier ouvrage paru : Voyages en postcolonies, Vietnam, Algérie, Maroc, éd. Stock 2012. A paraître, avec Jean-Baptiste Péretié : Camus brûlant, Septembre 2013, éd. Stock.

 
2016, le colloque d’Akfadou sur le congrès de la Soummam

Il y a 60 ans, s’est tenu dans les montagnes de Kabylie le congrès de la Soummam, réunissant les principaux responsables de la guerre d’indépendance algérienne de l’intérieur du pays (la délégation du FLN au Caire n’étant pas venue). Ce fut un moment unique de réflexion sur la nation algérienne et la participation de ses différentes composantes à la lutte pour l’indépendance. Sur les modalités de cette lutte, il a affirmé en particulier la primauté du politique sur le militaire.

Les 25 et 26 août 2016, sur les lieux où s’est tenu ce congrès, un public nombreux et attentif a pris part à des échanges sereins mais passionnés sur une réunion importante dont les travaux ont eu tendance à être oubliés ensuite [4].
De nombreux médias algériens ont rendu compte du colloque [5].
Nous reproduisons ci-dessous l’article que lui a consacré le quotidien Liberté. [6]