Histoire coloniale et postcoloniale

Nous contacter

Accueil > racisme, antisémitisme, xénophobie > les étrangers > législation > vers la fin de la pénalisation du séjour irrégulier

vers la fin de la pénalisation du séjour irrégulier

vendredi 6 mai 2011

La Cour de justice de l’Union européenne a rendu le 28 avril 2011 une décision importante qui met en cause la pénalisation du séjour irrégulier qu’elle estime contraire aux objectifs de l’UE.

Il n’est plus possible, depuis jeudi 28 avril, d’emprisonner un étranger au seul motif qu’il est en situation irrégulière. Il peut toujours être placé dans un centre de rétention en attendant son expulsion, mais plus en prison, même s’il n’a pas obéi à un ordre de quitter le territoire. La décision de la Cour de justice de l’union européenne, à Luxembourg, a cueilli à froid le gouvernement français qui emprisonne les sans-papiers depuis 1938. Mais elle est d’application immédiate, et les étrangers qui purgent une peine pour séjour irrégulier sont donc aujourd’hui détenus arbitrairement. (La suite sur le blog de Franck Johannès)

[Mise à jour] – Le ministère de l’intérieur a estimé que la France n’est pas concernée par cette décision, alors que le garde des sceaux a indiqué le 4 mai que la décision de la Cour de justice de l’Union européenne était « en cours d’analyse ». Le Syndicat de la magistrature a saisi le ministère de la justice en lui dressant une lettre ouverte.

[Mis en ligne le 29 avril 2011, mis à jour le 6 mai]


Communiqué ADDE, FASTI, GISTI, PRATIQUES, SAF, SMG, SM

Vers la fin de la pénalisation du séjour irrégulier

La Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) a rendu, ce 28 avril, un arrêt de portée considérable, qui marque un coup d’arrêt majeur aux politiques de pénalisation des étrangers en situation administrative irrégulière, en vigueur dans nombre d’États membres dont la France.

Monsieur EL DRIDI avait fait l’objet d’une mesure d’expulsion prise par le préfet de Turin (Italie), suivie d’un ordre d’éloignement auquel il ne s’était pas conformé. Poursuivi devant la juridiction pénale italienne, il était passible d’une peine de un à cinq ans d’emprisonnement pour le simple fait de s’être maintenu sur le territoire italien malgré cet ordre. Saisie de son cas, la Cour d’appel de Trente a opportunément demandé à la CJUE si cette législation pénale n’était pas contraire aux dispositions de la directive du 16 décembre 2008 fixant les procédures à appliquer au retour des ressortissants étrangers en séjour irrégulier.

Rappelant que cette dernière établit « une gradation des mesures à prendre en vue de l’exécution de la décision de retour » et qu’elle « subordonne expressément le recours à des mesures coercitives au respect des principes de proportionnalité et d’efficacité », la Cour confirme qu’une législation prévoyant une peine d’emprisonnement pour le seul motif qu’un étranger se trouve présent de manière irrégulière sur le territoire malgré l’ordre qui lui a été donné de la quitter est contraire à la directive.

Or, la législation française n’a rien à envier aux dispositions de la loi italienne. Le Code de l’entrée et du séjour des étrangers punit en effet de trois ans d’emprisonnement le fait de se soustraire à l’exécution d’un arrêté d’expulsion, d’une mesure de reconduite à la frontière ou d’une obligation de quitter le territoire français ou de revenir sur le territoire malgré une décision d’interdiction.

Ainsi, ce sont chaque année plusieurs milliers de personnes qui comparaissent devant les tribunaux et sont condamnées à des peines d’emprisonnement uniquement du fait de leur situation administrative.

Dès aujourd’hui, les juges français, liés par cette décision de première importance, doivent « laisser inappliquée » toute disposition légale contraire à l’arrêt de la Cour, c’est-à-dire refuser de condamner à l’emprisonnement tout étranger qui ne s’est pas conformé à une décision administrative ou judiciaire d’éloignement.

Dès demain, il appartiendra au gouvernement de mettre la législation française en conformité avec le droit de l’Union en supprimant purement et simplement toute peine d’emprisonnement. Il faut à cet égard espérer que les arguments pitoyables qui avaient été utilisés pour tenter de contrer les arrêts de la Cour européenne des droits de l’Homme sur la garde à vue (qui, c’est bien connu, ne s’appliquaient qu’à la Turquie…) ne refleuriront pas.

La France avait jusqu’au 24 décembre 2010 pour transposer la « directive retour ». Le projet de loi de transposition, dont l’examen s’achève, sera soumis à une commission mixte paritaire dans les prochains jours. Le gouvernement va donc devoir réviser sa copie avant même de l’avoir achevée : c’est en effet une de ses marques de fabrique que de n’avoir, une fois de plus, absolument rien anticipé de l’arrêt qui a été rendu hier…

Pour nos organisations en revanche, la décision du 28 avril 2011 marque une victoire déterminante dans le combat qu’elles mènent depuis toujours contre la conception punitive de la politique migratoire, conception que l’actuel gouvernement n’a cessé de légitimer.

Paris, le 29 avril 2011

Organisations signataires :

  • ADDE (Avocats pour les défense des droits des étrangers)
  • Fasti (Fédération des associations de soutien aux travailleurs immigrés)
  • Gisti
  • La Cimade
  • Pratiques, les cahiers de médecine utopique
  • SAF (Syndicat des avocats de France)
  • SMG (Syndicat de la médecine générale)
  • Syndicat de la magistrature

Compléments