Histoire coloniale et postcoloniale

Nous contacter

Accueil > l’Algérie > l’affaire Audin > vendredi 22 juin, à la BNF : remise du prix Maurice Audin et (...)

vendredi 22 juin, à la BNF : remise du prix Maurice Audin et colloque

jeudi 14 juin 2012, par la rédaction

Il y a cinquante-cinq ans, Maurice Audin disparaissait... Arrêté et torturé en juin 1957 à Alger par des parachutistes français, Maurice Audin n’a jamais été revu vivant, et sa famille ne connaît toujours pas le sort qui lui a été réservé. Pour ne pas oublier, l’Association Maurice Audin a créé un Prix de Mathématiques qui récompense chaque année deux lauréats : un mathématicien algérien et un mathématicien français.

La cérémonie de remise de ces prix, pour les sessions 2011 et 2012, aura lieu vendredi 22 juin 2012, à 14 heures, dans un des auditoriums de la Bibliothèque nationale de France, site François Mitterrand. Elle sera suivie d’un colloque : “Cinquante ans après la fin de la guerre d’Algérie”.

A cette occasion, nous publions ci-dessous la lettre signée par François Hollande, alors candidat à la présidence de la République, adressée le 26 mars 2012 à Gérard Tronel, président de l’Association Maurice Audin.

Le programme de la cérémonie n’est pas encore fixé dans tous ses détails, mais dans son organisation il comprendra deux parties : la première sera consacrée à la remise des prix par Monsieur le Professeur Wendelin Werner, Président du Jury. La seconde partie sera un colloque au cours duquel interviendront des témoins, des avocats, des historiens, des journalistes qui évoqueront les problèmes non résolus dans les relations franco-algériennes, cinquante ans après la fin de la guerre d’Algérie. La durée totale de la cérémonie n’excèdera pas trois heures.

PALMARES POUR LES SESSIONS 2011 ET 2012

  • Pour la session 2011
    - Yacine Ait Amrane, Maître de conférences à l’USTHB, Alger, pour l’Algérie,
    - Amine Asselah, Professeur à l’Université Paris Est-Créteil, pour la France.
  • Pour la session 2012
    - Tarik Touaoula, Maître de conférences à l’Université de Tlemcen, pour l’Algérie,
    - Djelil Chafai, Professeur à l’Université Paris Est-Marne-la-Vallée, Institut Universitaire de France, pour la France.

COLLOQUE : CINQUANTE ANS APRES LA FIN DE LA GUERRE D’ALGERIE

Les intervenants actuellement prévus qui ont donné leur accord sont :

  • Henri Alleg, journaliste, écrivain, auteur de "La Question",
  • Roland Rappaport, avocat du collectif communiste défenseurs des combattants algériens,
  • Mohamed Harbi, historien,
  • Raphaëlle Branche, historienne,
  • Jean-Luc Einaudi, historien,
  • Nathalie Funès, journaliste, écrivaine,
  • Benjamin Stora, historien.

Lettre adressée à Gérard Tronel, président de l’Association Maurice Audin [1].

Paris, le 26 mars 2012

Monsieur,

J’ai bien reçu votre courrier et vous en remercie.

Je tiens, d’abord, à saluer l’action de votre association qui continue d’agir pour que la vérité soit enfin reconnue officiellement par l’État. Maurice Audin, jeune professeur de mathématiques à l’Université d’Alger, membre du Parti Communiste Algérien, a été torturé, puis déclaré, contre toute vraisemblance, « évadé » par l’armée française, en 1957. Une des nombreuses « disparitions », qui constituent la pire cruauté que l’on puisse infliger aux proches des suppliciés, privés d’une sépulture permettant de faire leur deuil.

Je n’oublie pas, par ailleurs, qu’Albert Camus et Jean-Paul Sartre, intellectuels engagés, n’ont eu de cesse de défendre, leur vie durant, les victimes de détention arbitraire ou de sévices graves. Récemment, Le Nouvel Observateur s’est procuré un document inédit révélant, pour la première fois, l’identité probable du meurtrier de Maurice Audin.

Je crois utile que la France présente des excuses officielles au peuple algérien. Ce, pour plusieurs raisons. Rappelons, pour mémoire, que le 8 mai 1945 ne fut pas seulement marqué par la victoire des Alliés sur l’Allemagne et la fin de la Seconde Guerre Mondiale en Europe, mais aussi par le début des massacres de Sétif où furent perpétrées des répressions sanglantes en réponse aux émeutes survenues dans le département de Constantine. Lesquelles visaient clairement à réclamer la reconnaissance dans la République française. Elles firent plusieurs dizaines de milliers de morts, côté algérien.

Cette date a servi de référence à l’insurrection de 1954 qui a donné lieu à la Guerre d’Algérie (1954-1962). Depuis lors, ce pays n’eut de cesse de réclamer son indépendance, au même titre que ses deux voisins, la Tunisie et le Maroc. Ce qui valut au président de Gaulle, le 16 septembre 1959, de prononcer un discours remarqué, dans lequel il évoqua le droit des Algériens à l’autodétermination.

Mais si les Français de la métropole acceptèrent globalement une décision inéluctable - l’esprit mondial était alors à la décolonisation -, nos compatriotes d’Algérie manifestèrent leur désapprobation.

Il fallut attendre, ensuite, le 19 mars 1962 pour que la France accepte le principe de l’Indépendance de l’Algérie, via les Accords d’Évian, après huit années de guerre et de nombreux évènements, dont la fameuse semaine des barricades à Alger - action de l’OAS, tentative de putsch des généraux.

Le bilan est naturellement terrible. Côté algérien, les pertes humaines sont évaluées à 500 000 victimes environ, contre 24 614 militaires, côté français, parmi lesquels 5 000 « Français musulmans ». 2 788 civils français furent également tués auxquels il faut ajouter 3 018 enlèvements. La guerre d’Algérie est un drame, avec ses déchirures, ses vies brisées, ses destins broyés.

Vous vous souvenez peut-être qu’en hommage aux Algériens morts lors de la manifestation du 17 octobre 1961, j’ai déposé une gerbe, le 17 octobre 2011, au pont de Clichy, où des Algériens furent jetés à la Seine, il y a cinquante ans, par des policiers, placés sous les ordres de Maurice Papon, préfet de police. Au cours de cette commémoration, j’ai tenu à témoigner ma solidarité aux enfants et petits-enfants des familles endeuillées par ce drame. Il faut que la vérité soit dite. Reconnaître ce qui s’est produit. Ce jour-là, j’ai agi en tant que socialiste.
À l’avenir, ce sera sans doute à la République de le faire.

Mais, au-delà de cette démarche, mon souhait, si je suis élu, est d’apaiser et de normaliser les relations entre la France et l’Algérie. Et ce, alors que nous allons célébrer, cette année, le cinquantième anniversaire de l’indépendance algérienne. Ce sera l’occasion de rappeler le passé l’Histoire et ses douleurs multiples.

Il ne faut pas nous figer dans une commémoration qui sera forcément différente dans l’évocation du souvenir, en Algérie et en France. Nous devons être dans une relation de confiance mutuelle et dans la construction de projets communs. Tant de liens humains, culturels et économiques nous unissent.

[...]

J’espère vous avoir convaincu et vous prie de croire, Monsieur, à l’assurance de toute ma considération.

François Hollande



Pour se rendre à la Bibliothèque nationale de France, le meilleur moyen est le métro : à la station Bibliothèque François Mitterrand, suivre la signalétique à l’intérieur de la station ; il est conseillé d’entrer par l’entrée EST, qui débouche dans le grand hall où se situent les auditoriums – un fléchage indiquera l’auditorium.


[1Cette lettre est reprise ici dans son intégralité, à l’exception des deux derniers paragraphes qui traitaient de la proposition de loi pénalisant la négation du génocide arménien.