Histoire coloniale et postcoloniale

Nous contacter

Accueil > l’Algérie > Philippeville, 20 août 1955 > un nouvel éclairage sur les massacres d’août 1955, par Claire (...)

un nouvel éclairage sur les massacres d’août 1955, par Claire Mauss-Copeaux

jeudi 17 mars 2011, par la rédaction

Vous trouverez ci-dessous deux comptes rendus du livre de Claire Mauss-Copeaux [1] sur les massacres d’août 1955 dans le Constantinois : celui de Walid Mebarek publié le 16 mars 2011 dans le quotidien algérien El Watan, et celui de Florence Beaugé dans l’édition du 1er mars 2011 du quotidien Le Monde.

Par ailleurs, dans son livre – voir les pages 164 à 168 –, Claire Mauss-Copeaux met en doute le récit que Maurice Faivre a donné comme témoignage des événements d’Aïn Abid. Dans un texte mis en ligne sur le site EtudesColoniales [2] le 21 janvier dernier, deux jours après que le livre ait été disponible en librairie, Maurice Faivre reconnaît : « Je n’ai donc pas été témoin des atrocités d’Aïn Abid ». Cette déclaration importante ayant disparu du site EtudesColoniales, nous la reprenons ci-dessous dans son intégralité.

[Mis en ligne le 2 mars 2011, mis à jour le 17]


Que s’est-il passé le 20 Août 1955 ?

par Walid Mebarek, El Watan, le 16 mars 2011


Une enquête universitaire fouillée, conduite par l’historienne Claire Mauss-Copeaux, apporte de nouveaux éléments sur l’insurrection du 20 Août 1955.

On parle très peu en France des grandes dates de la guerre d’Algérie. Il est donc intéressant de se pencher sur un ouvrage qui vient de paraître à Paris aux éditions Payot, collection Histoire. L’universitaire Claire Mauss-Copeaux, publie Algérie, 20 Août 1955, insurrection, répression, massacres. Une enquête autant qu’une étude qui apporte des précisions importantes sur cette date-clé de la lutte de Libération nationale. Que s’est-il exactement passé en Algérie le 20 août 1955, quand, à midi précise, des soldats de l’Armée de libération nationale, branche armée du FLN, appuyés par la population, ont attaqué simultanément les agglomérations situées dans le quadrilatère délimité par Collo, Philippeville, Guelma et Constantine ?

En France, la déformation de l’information a mis en scène « un massacre généralisé perpétré par les Algériens ». Qu’en est-il, et que sait-on réellement des semaines suivantes, où la répression et les représailles se soldèrent par la mort de milliers de civils algériens ?
L’historienne de la guerre d’Algérie et des violences de guerre, loin des visions erronées de la propagande et de l’exagération, remet de l’ordre dans les données sur cet événement qui est l’un des plus marquants de la guerre d’Algérie.

Claire Mauss-Copeaux a mené une longue et minutieuse recherche, croisant des archives incontestables avec le témoignage des survivants des deux bords. L’éditeur indique ainsi qu’elle « éclaire les massacres commis, aussi bien par des nationalistes algériens que par les forces de l’ordre françaises. Un livre riche en révélations sur un tragique exemple de désinformation et de rumeurs.
Un ouvrage utile, car tous les éclairages des historiens sont à recevoir, comme la construction de la vérité sur un conflit meurtrier dont on célèbrera l’année prochaine le cinquantenaire de la fin.

Walid Mebarek


"Algérie, 20 août 1955. Insurrection, répression, massacres", de Claire Mauss-Copeaux : répression démesurée

par Florence Beaugé, Le Monde daté du 1er mars 2011


Que s’est-il passé en Algérie, le 20 août 1955, quand des soldats de l’Armée de libération nationale, le bras armé du FLN, ont attaqué simultanément, avec l’aide de la population, les localités situées entre Collo, Philippeville, Guelma et Constantine ? Y a-t-il eu, comme on le dit depuis, un massacre généralisé perpétré par les Algériens ? Et que sait-on de l’ampleur des représailles qui ont suivi ?

L’historienne de la guerre d’Algérie, Claire Mauss-Copeaux, lève le voile sur cet événement, qui est survenu dix ans après les manifestations nationalistes pacifiques de Sétif et Guelma. Faute d’archives aisément disponibles, cette période de la guerre d’Algérie n’avait pas été étudiée par les historiens.

Claire Mauss-Copeaux a mené son enquête comme un détective, en utilisant toutes sortes de sources et de matériaux. Le terrain tout d’abord. Elle a longuement arpenté la région où se sont déroulées l’insurrection et la répression. Elle a aussi rassemblé des récits d’acteurs, de témoins et de survivants, et croisé les informations apportées par les archives militaires, la presse de l’époque et les registres de décès de l’état civil de l’année 1955.

A partir de toute cette matière, et en veillant à replacer l’événement dans son contexte, l’historienne a éclairé les zones d’ombre, devenues sources des rumeurs les plus folles ces dernières années, en raison du travail de sape mené par les activistes de la mémoire.

Deux massacres d’Européens ont bien été perpétrés par les insurgés dans deux villages du Constantinois : à El Alia, 35 villageois ont été tués, et 7 villageois à Ain Abid. Les 29 autres victimes comptabilisées ont péri en divers endroits, dans des circonstances rarement précisées, lors d’une succession de crimes mais "non d’un crime de masse ", précise Mme Mauss-Copeaux. Le tableau faisant état d’un massacre généralisé des Européens dans le Constantinois, tel qu’il a souvent été rapporté par les médias français, est donc sans rapport avec la réalité.

Instrumentalisées par certains, les deux tueries d’El Alia et Ain Abid ont été érigées en surévénements, avec un objectif : masquer l’insurrection du Constantinois et, surtout, dissimuler les terribles représailles qui se sont abattues bien au-delà du mois d’août sur la population civile de la région. La violence a été extrême et générale, partagée par les militaires et les civils engagés dans les groupes d’"autodéfense".

Des représailles à froid

Combien de civils algériens ont péri dans cette répression d’une ampleur démesurée ? Impossible de le dire avec certitude, répond Claire Mauss-Copeaux. Si l’on se fie aux estimations officieuses de militaires français, 7 500 Algériens auraient été tués entre le 20 et le 25 août. Mais cette estimation ne tient compte que des hommes tués au cours des affrontements et des ratissages. "Il ne faut pas oublier les autres victimes, massacrées par les milices ou tuées après le 25 août ", insiste-t-elle.

Quoi qu’il en soit, beaucoup de ces opérations de représailles ont été menées non pas à chaud - comme par ce père d’une famille dont tous les membres avaient été massacrés, mais à froid, par des militaires obéissant aux directives de leur hiérarchie et décimant, pendant plusieurs semaines, des civils sans défense.

Il n’est dans ce cas "plus question d’émotion", mais d’une volonté délibérée "d’écraser le nationalisme adverse" et de terroriser la population algérienne, souligne Claire Mauss-Copeaux. Pour l’historienne, le crime de guerre atteint alors des dimensions exceptionnelles : "Il est proche du crime contre l’humanité."

Florence Beaugé


Les erreurs de Claire Mauss-Copeaux
une historienne mal informée

général Maurice FAIVRE


vendredi 21 janvier 2011

je n’aime pas raconter mes campagnes, mais les critiques inexactes de Claire Mauss-Copeaux m’y obligent. J’ai lu avec consternation et amusement ses critiques dans son ouvrage sur le 20 août 1955.

Elle se réfère uniquement à des déclarations faites à Patrick Rotman, dans lesquelles je ne fais pas un historique, mais indique quelques activités auxquelles j’ai participé, sans en préciser les dates exactes.

Si elle avait fait des recherches sérieuses, elle aurait trouvé des références plus précises, dans mes ouvrages et dans le livre de J.-C. Jauffret : Ces officiers qui ont dit non... [cr dans la Revue historique des armées]

Mon expérience de chef 2ème Bureau à Baden et Strasbourg m’ayant habitué à recouper la masse des informations recueillies, mon souci d’historien a été de vérifier la foule d’informations documentaires, consultées au SHAT et au SDECE (sur les services secrets et les supplétifs), au CARAN (comité des Aff. algériennes et Commission de sauvegarde du droit et des libertés), aux archives diplomatiques de Paris et Nantes, au CAOM et au CDHA d’Aix, au CICR à Genève, aux archives de la gendarmerie à Le Blanc, ainsi que dans les fonds privés qui m’ont été ouverts (Ely, Messmer, Debré, Delouvrier, Olié, Gambiez, Schoen, Servier, V. Cros).

Je suis très méfiant, contrairement aux errements de Claire Mauss-Copeaux, Camille Lacoste-Dujardin, Lalaoui, Dalila Kerchouche, Fatima Besnaci et beaucoup d’autres, aux témoignages recueillis plus de 20 ans après les faits auprès d’acteurs dont le parti pris idéologique et l’amnésie sont évidents.

Ayant recueilli avant la plupart des autres historiens des données inédites, je revendique donc ma qualité de scientifique, aussi impartial qu’on peut l’être ; j’évite de me référer à mes souvenirs de combattant, mais reconnais que mes connaissances militaires me donnent un avantage sur les historiens civils qui n’ont pas l’expérience de l’armée, et dont certains disent n’importe quoi.
Je n’ai abordé cette expérience que dans un paragraphe de Un village de Harkis, l’Harmattan, 1994, page 165. Je reconnais également qu’il m’arrive d’être partial quand je traite des harkis et des EMSI, dont j’admire le combat.
Ceci répond à la première critique de Claire Mauss-Copeaux.

Erreur chronologique

La deuxième erreur concerne la chronologie. Je n’étais pas au Khroubs en 1955, mais à Constantine où je suis arrivé le 22 août 1955. Je n’ai donc pas été témoin des atrocités d’Ain Abid, mais j’ai rapporté le récit de Marie Elbe, éminente journaliste d’Alger. Compagne d’un journaliste parisien célèbre, elle a publié cette relation dans Historia magazine n°13 de Courrière ; il est vrai que le fils Mello dément une partie de ces atrocités.

Je suis arrivé au Khroubs en mars 1957, en qualité de lieutenant, chef du sous-quartier du Khroubs et du 5ème escadron du 8ème Hussards. C’est à cette époque que nous avons construit des logements sociaux à Guettar el Aiech. Le 2 octobre 1957, j’ai surpris une katiba au repos sur les pentes du djebel Ouasch, agréable promenade des Constantinois, avant « les évènements ». Je n’ai jamais raconté cette opération qui a abouti à l’élimination de cette katiba, au prix de pertes sévères (2 officiers, 1 sous-officier, 2 T6 au tapis).

Il est exact que les SAS n’existaient pas en août 1955, mais la 3ème erreur est de croire que seules les SAS faisaient de l’action sociale. Les unités du quadrillage étaient actives en ce domaine. À Constantine le colonel Gribius construisait en 1956 une cité pour reloger les habitants des bidonvilles, c’est un de mes sous-lieutenants qui transportait chaque matin les ouvriers sur le chantier.

Pendant la bataille d’Alger, Massu créait la Cité ouvrière de Maison Carrée et le centre FPA de Kouba. Il appuyait l’action sociale de son épouse, fondatrice de l’Association Jeunesse et du Foyer de Yaouled du docteur Sangline, des Foyers de Bouzareah et Cheragas, et animatrice du Mouvement de solidarité féminine (MSF) ; elle organisait des colonies de vacances à Moumour près de Pau, développées en 1963 en centres de formation à Gelos et Montaut.

À la fin de 1957 étaient créées les Equipes médico-sociales itinérantes, dépendant des 5ème Bureaux de Secteur militaire, et non des SAS.

En juin 1958, le général Salan créait le groupement des Jeunes Batisseurs, et en décembre le Service de Formation de la Jeunesse algérienne (SFJA) dirigé par le général Gribius, puis par Dunoyer de Segonzac, dont les moniteurs étaient formés à Issoire et Nantes. Trois centres militaires de formation professionnelle fonctionnaient en métropole. Toutes ces activités sont décrites dans L’action sociale de l’armée en faveur des Musulmans, l’Harmattan 2007.

Voici enfin ce qu’écrit l’historien Jean-Charles Jauffret : « Un autre chef de harka a plusieurs fois témoigné à propos du respect scrupuleux qu’il a toujours eu pour la dignité des Algériens musulmans, sans lesquels il n’aurait pu recruter ses harkis : le général Maurice Faivre. Saint-Cyrien ayant choisi la cavalerie, il découvre l’Algérie en 1955 après trois ans passés au Maroc.

« Il vit au milieu de la population musulmane, en compagnie de son épouse, sans protection. Plus tard en 1960-1961, commandant le 4ème escadron du 20ème régiment de dragons, chef de la harka et du groupe d’autodéfense (1) de Beni-Dracene, dans la Kabylie des Babors, il évite toute exaction, ce que confirme le témoignage d’un officier ayant servi sous ses ordres (2).

« Il croit alors en une communauté algérienne jouissant des mêmes droits pour ses populations algérienne et européenne. »

Maurice Faivre



[1Claire Mauss-Copeaux,
Algérie, 20 août 1955. Insurrection, répression, massacres, publié aux Éditions Payot, en janvier 2011.