Histoire coloniale et postcoloniale

Nous contacter

Accueil > la reconnaissance du passé colonial > Généralités > troisième commémoration à Marseille de l’“autre 8 mai”

troisième commémoration à Marseille de l’“autre 8 mai”

mercredi 11 mai 2011, par la rédaction

Pour la troisième année consécutive, l’Espace Franco-Algérien PACA a commémoré, avec ses amis, les massacres du 8 mai 1945 en Algérie.

Répondant à l’appel de l’association, une petite centaine de personnes se sont rassemblées aux Mobiles (en haut de la Canebière) pour déposer une gerbe en mémoire des milliers de victimes de Sétif, Guelma et Kherrata, en mai 1945. Plusieurs membres de la section de Toulon de la LDH étaient venus participer à cette cérémonie d’hommage ainsi qu’aux tables-rondes qui l’ont suivie au cours de l’après-midi.

Chaque année des cérémonies officielles commémorent la victoire sur l’Allemagne nazi. Souhaitons que, les années prochaines, les commémorations y associent le souvenir des massacres commis par la France dans le Constantinois en mai 1945.

[Mis en ligne le 6 mai 2011, mis à jour le 11]


La section de Toulon de la LDH était présente ( de gauche à droite : Martine, Soraya, François, Mounir et Hakim)

Dimanche 8 mai 2011, l’Espace franco-algérien PACA commémore à Marseille les massacres du 8 mai 1945 en Algérie

  • 10h30 : Rassemblement sur la place Léon Blum (les Mobiles-haut de la Canebière) en hommage aux victimes des massacres en Algérie (Sétif, Guelma, Kherrata).
  • 13h45 : au CRDP (Centre régional de documentation pédagogique) - 31 boulevard d’Athènes - Marseille (1er),

    sur le thème Déni sur l’histoire du passé colonial et ses conséquences (du 8 mai 1945 à aujourd’hui) :

- projection d’extraits du film L’autre 8 mai de Yasmina Adi et de sujets vidéos réalisés par Med’in Marseille
- tables rondes et débats animés par le politologue Vincent Geisser et Med’ in Marseille
- exposition de photos prises à Guelma et Skikda et intitulée Des lieux pour la mémoire.

Un collectif d’associations et de syndicats (Quartiers Nord/Quartiers Forts, la LDH Toulon et la LDH Marseille 15-16, L’Association Culturelle Amazigh, Le Collectif Solidarité Maghreb, Les Pieds Noirs progressistes, …) s’était associé à la démarche de l’Espace Franco-algérien, demandant que toutes les mémoires soient traitées de façon équitable, pour qu’on puisse enfin tourner la page vers un avenir apaisé et réconcilié.

Les tables-rondes

Le site Med’in Marseille a publié des comptes-rendus des trois tables-rondes de l’après-midi :

  • Colonisation française en Algérie – « Un devoir de vérité et de reconnaissance du passé s’imposent », avec des interventions de Martine Timsit – son intervention est reprise à part – et de François Nadiras, tous deux de la LDH de Toulon, puis de Jacques Pradel, président de l’Anpnpa : http://www.med-in-marseille.info/sp....
  • La commémoration des massacres du 8 mai 45 – « Il y a nécessité d’évoquer l’Histoire avec transparence, même si cela doit faire mal à la France » – a donné lieu à un débat animé par le politologue Vincent Geisser, autour des questions : comment concilier les deux 8 mai 45 ? Comment se situent les élus locaux sur ces 2 commémorations, l’une officielle, l’autre non ? Quels sont leurs projets politiques à ce sujet ? : http://www.med-in-marseille.info/sp....
  • La dernière table-ronde, « Le cri de Sétif résonne à Marseille comme un cri d’égalité », était consacréee au positionnement des Français issus de l’immigration postcoloniale vis-à-vis des massacres du 8 mai 45 en Algérie ; plus précisément, comment les élus marseillais possédant cette double identité vivent-ils la « non commémoration officielle » de cet autre 8 mai ?
    http://www.med-in-marseille.info/sp....