Histoire coloniale et postcoloniale

Nous contacter

Accueil > Roms et gens du voyage > Hollande, Valls et les Roms > roms & riverains, une politique municipale de la race

roms & riverains, une politique municipale de la race

vendredi 13 juin 2014

Pour e ?viter race, mot par trop malsonnant, on admet pluto ?t que la « question rom » est une affaire de culture. De fait, la culture rom, sorte d’errance sans but dans un paysage d’ordures, de boue et de rats, est difficilement compatible avec « la no ?tre ». D’ou ? leur vocation – a ? ne pas se ?journer chez nous, a ? e ?tre expulse ?s vers leurs pays d’origine ou ? ils trouveront plus facilement leurs marques. Un livre paraît qui montre comment l’E ?tat franc ?ais, empe ?che ? par ses propres lois de traiter les Roms, citoyens europe ?ens, comme il traite les sans papiers tunisiens ou maliens, de ?le ?gue aux municipalite ?s la ta ?che de de ?molir les camps et de chasser leurs habitants. Il montre comment, pour ce faire, maires et adjoints s’appuient sur un re ?el ou suppose ? « ras-le-bol » des riverains. Il montre aussi, circulant comme des fanto ?mes, les enfants roms, par terre avec leur me ?re sur un carton rue du Temple ou cheminant dans la nuit sur le bord de la nationale pour gagner l’e ?cole d’une commune e ?loigne ?e qui accepte de les recevoir.

Un livre pour voir ce que nous avons chaque jour sous les yeux et tenter de comprendre la surprenante mansuétude dont bénéficient les élus locaux quand ils sont confrontés à ce genre de difficulté. Ci-dessous une présentation du livre par Éric Fassin.

[Ajouté le 13 juin 2014] – Lire l’article « Roms et riverains : une politique municipale de la race » d’Isabelle Ligner, publié sur le site Dépêches Tsiganes.

[Mis en ligne le 24 février 2014, mis à jour le 13 juin]


Roms & riverains. Une politique municipale de la race
par Aure ?lie Windels & Carine Fouteau & E ?ric Fassin & Serge Guichard  [1]
Ed. La Fabrique, le 20 février 2014, 240 pages - 13 euros.


"Notre intérêt bien compris est-il de
maintenir les Roms dans une telle marginalité ?"

par Eric Fassin, blog.franceTVinfo, le 19 février 2014


Des familles roms attaquées à l’acide place de la République à Paris, des incendies, souvent d"origine inconnue, qui se multiplient dans les campements précaires ...

Un rapport de la Ligue des droits de l’Homme publié mi-janvier indique ainsi que « 22 camps roms (abritant un total de 2.157 personnes) ont été touchés par des incendies en 2013, contre 11 camps (1.065 personnes) en 2012 », souligne Le Journal du Dimanche [2].

Violences et événements dramatiques vécus par les Roms ont pourtant moins de retentissement médiatique et politique, en pleine campagne municipale, que les nuisances qu’ils sont supposés engendrer.

Et s’il était temps d’écouter d’autres voix ? Dans Roms & Riverains. Une politique municipale de la race, le sociologue Eric Fassin, les journalistes Carine Fouteau, Aurélie Windels, le militant Serge Guichard (membre fondateur de l’Association de Solidarité en Essonne avec les familles roumaines roms) plaident pour qu’on rende enfin décentes les conditions de vie de ces Européens venus de Bulgarie et de Roumanie. Et donc libres de circuler en Union européenne, même s’ils fuient la misère.

Faut-il qu’ils retrouvent la même misère ici ? Qu’"on les condamne à une vie radicalement différente de la nôtre, en les privant d’hygiène, d’école, de travail" pour expliquer ensuite qu’ils sont fondamentalement "différents" et ne sauraient s’intégrer ? Ou changer de politique ? Entretien avec l’un des auteurs, le sociologue Eric Fassin.

  • L’expression "riverains", dites-vous, recouvre une construction médiatique et politique ?

Les Roms sont pris aujourd’hui dans une opposition rhétorique : les "bobos", nous dit-on, ont le luxe de jouer les belles âmes parce qu’ils sont éloignés de la réalité sociale ; au contraire, les "riverains" seraient forcément exaspérés parce qu’ils sont sur le terrain.

Or ce discours populiste est démenti par l’enquête empirique : loin d’appartenir toujours aux classes populaires, les "anti-roms" peuvent être aussi des "bobos". Surtout, les "riverains" sont partagés : bien sûr, certains rejettent ces populations ; mais les associations de défense des Roms sont le plus souvent locales : ce sont aussi des voisins.

  • Vous parlez de choix politiques qui ne se présentent pas comme tels. Que voulez-vous dire ?

Pour faire de la politique avec la "question rom", on dit qu’on ne fait pas de politique ! On nous explique ainsi : "l’État se contente de répondre à la demande des élus locaux". Et à l’approche des élections municipales, les maires rejettent la responsabilité de leurs décisions sur l’exaspération des riverains : "les élus se contentent de répondre à la demande de leurs électeurs !"

Or donner ou non accès à l’eau, inscrire les enfants à l’école et installer des toilettes sèches, ou refuser de le faire, ce sont des choix politiques. Ainsi, pourquoi des élus locaux choisissent-ils de ne pas ramasser les poubelles d’un bidonville, au risque d’exaspérer les riverains ? Pour dissuader les Roms de s’installer durablement.

Résultat : on reproche aux Roms leur manque d’hygiène. On les maintient dans des bidonvilles, en faisant obstacle à la scolarisation de leurs enfants, et après, on dit qu’ils ne s’intègrent pas.

  • A l’inverse, vous citez des actions positives d’intégration de familles roms dans certaines municipalités.

Oui, comme à Hellemmes dans le Nord, où le maire à permis l’installation de cinq familles roms [voir ce visuel du Monde, Entre rejet et solidarité], ou bien encore à Indre en Loire-Atlantique [où le regard a changé sur les Roms, selon Libération ou à Gardanne près de Marseille. Ces municipalités ont décidé d’accueillir volontairement, et dans des conditions décentes, quelques familles. C’est un pari politique fondé sur l’espoir qu’en prenant les électeurs par l’intelligence, et non par la peur, on peut être réélu : on verra bientôt ce qu’il en est !

On dira bien sûr : "on ne peut pas accueillir toute la misère du monde". Mais les Roms dont on parle sont en France 15 à 20 000 seulement (pour 36 000 communes, et 65 millions d’habitants). Ce sont des Roumains et Bulgares récemment arrivés qui vivent dans des bidonvilles. Ce chiffre est stable : on est donc loin de l’invasion !

  • Néanmoins la mendicité, par exemple, peut gêner ou insupporter des gens, qui feront ensuite pression sur les élus. C’est une réalité, non ?

Des gens, oui, mais pas les gens. Et surtout, pourquoi cette mendicité ? Parce que le marché du travail reste très fermé aux Roms, même si, théoriquement, il s’ouvre à eux désormais. Ils sont donc condamnés à la mendicité, mais aussi au ramassage de la ferraille, et autres activités para-légales.

Il ne s’agit donc pas de nier qu’il y ait de la prostitution, des mafias, etc. – tous les maux qui accompagnent la misère. Mais la politique menée va-t-elle résoudre ces problèmes, ou les aggraver ? La question que devraient soulever les responsables est donc la suivante : notre intérêt bien compris est-il maintenir une population qui a vocation à rester en Europe dans une telle marginalité ?C’est vrai à court terme : nettoyer un bidonville coûte plus cher que de l’équiper. Et à long terme, vaut-il mieux scolariser ces enfants, ou les condamner à la mendicité ou au vol ?

  • La gauche au pouvoir s’inscrit dans la continuité de la droite de Nicolas Sarkozy ?

En août 2010, à l’époque du discours de Grenoble [sur la sécurité], la gauche s’oppose à la droite : même Manuel Valls dénonce Nicolas Sarkozy ! Or on voit que « l’été rom » de 2012 [où Manuel Valls, devenu ministre de l’Intérieur, justifie les évacuations des camps de Roms] ressemble à s’y méprendre à celui de 2010. C’est d’ailleurs ce qui donne l’illusion qu’il ne s’agit pas d’une véritable politique : on peut croire que droite et gauche, en faisant la même chose, ne font que gérer une situation, et non mener une politique.

Il y a donc bien une continuité, sur ce sujet comme sur d’autres – en particulier économiques. Et ce n’est pas sans rapport.Pour une politique néolibérale, les Roms ne valent rien, ce sont des "vauriens". On les condamne à une vie invivable, dans des décharges ; c’est les traiter comme des déchets économiques : on les jette. Et en même temps, politiquement, on les rejette : c’est à cela qu’ils servent – ce sont des boucs-émissaires.

  • Vous estimez que la politique menée ne conduit à rien ?

On veut faire partir les Roms. Mais ils sont Européens ; on ne peut donc pas les expulser comme des Africains. D’où une politique qu’on peut appeler "auto-expulsion" : si on les traite suffisamment mal, ils finiront bien par partir d’eux-mêmes ! Il faut donc leur rendre la vie plus pénible en France que dans leur pays d’origine. On les condamne ainsi à une vie radicalement différente de la nôtre, en les privant d’hygiène, d’école, de travail. Ensuite, on constate qu’ils sont différents de nous, et l’on nous dit qu’ils ne peuvent ou ne veulent pas s’intégrer ! Et cette différence qu’on leur a assignée finit par justifier de les traiter différemment… Bref, c’est un cercle vicieux.

________________________________

Tenir des propos anti-Roms ne les empêchera pas d’être réélus

par Eric Nunès, Le Monde.fr, le 15 février 2014


En politique, il y a un temps pour les postures et un temps pour la campagne. En décembre 2013, ils étaient plusieurs grands élus et cadres de l’UMP à exprimer leur indignation après un dérapage verbal de Luc Jousse, maire UMP de Roquebrune-sur-Argens (Var), visant des Roms. A l’occasion d’une réunion de quartier, l’édile avait semblé regretter l’intervention rapide des secours dans un camp de Roms incendié. Les propos avaient été enregistrés et diffusés sur les réseaux sociaux.

Il s’agit de « propos très graves, parfaitement indignes d’un élu de la République, inconcevable », s’étrangle alors Hubert Falco, sénateur UMP du Var et maire de Toulon. Plus sévère encore, Jean-François Copé, président de l’UMP, le 11 décembre, au micro de France Info, se dit favorable à l’exclusion de l’élu local du parti et ajoute : « Ces comportements sont inacceptables et n’ont rien à voir avec les valeurs que nous défendons. »

A cinq semaines du premier tour des élections municipales, l’heure n’est plus à l’indignation, mais à la campagne. Le maire de Roquebrune-sur-Argens, est toujours membre de l’UMP, il est même investi par le parti et mène campagne pour sa réélection, avec comme mission de porter les « valeurs » chères à Jean-François Copé. L’UMP n’est pas le seul parti à préférer poser un voile sur un sujet sensible, particulièrement en période de campagne.

BOURDOULEIX CANDIDAT

En juillet 2013, c’était Gilles Bourdouleix, alors député UDI et maire de Cholet (Maine-et-Loire) qui déclarait qu’« Hitler [n’avait] peut-être pas tué assez » de gens du voyage. Ces paroles avaient provoqué un tollé dans les états-majors des partis politiques. Au sein du parti centriste, les cadres puis Jean-Louis Borloo, président de l’UDI avaient condamné les propos et exigé l’exclusion de M. Bourdouleix du parti centriste. Ce dernier les prend de vitesse et démissionne. Poursuivi pour « apologie de crime contre l’humanité », l’élu est condamné, jeudi 23 janvier, à 3 000 euros d’amende avec sursis par le tribunal correctionnel d’Angers. Une sanction qui n’empêche en rien Gilles Bourdouleix de solliciter un quatrième mandat.

Candidat à sa succession, le maire est à la tête d’une liste majoritairement composée par l’équipe municipale sortante. Membre (non inscrit) de l’opposition parlementaire, Gilles Bourdouleix bénéficie toutefois de la mansuétude de l’UMP et de l’UDI. Sans soutenir officiellement celui-ci, les dirigeants des deux partis lui ont néanmoins ouvert le chemin vers un quatrième mandat consécutif en prenant soin de n’investir aucun candidat pour la conquête de la mairie de Cholet.

UN « GUIDE PRATIQUE » OFFERT AUX MAIRES

La gestion de l’accueil des Roms ou des gens du voyage est souvent un facteur d’exaspération pour les riverains, qui sont également des électeurs. Une équation bien comprise par Christian Estrosi, député UMP des Alpes-Maritimes et maire de Nice. Le 7 juillet 2013, il appelle les maires de France à « la révolte » contre la présence illégale de gens du voyage sur les terrains communaux et vante sa politique locale pour s’en débarrasser. Une méthode qu’il expose dans un « guide pratique » que la mairie de Nice aurait gracieusement adressé aux 3 500 villes de France disposant d’une police municipale. Un coup de communication pour le candidat Estrosi, expert pour surfer sur les thèmes sur lesquels il sait son électorat sensible. Selon un sondage Ipsos-Steria publié vendredi 31 janvier dans le journal Direct Matin, Christian Estrosi serait réélu avec 58% des voix.


[1- Aure ?lie Windels est journaliste et coordinatrice du collectif Cette France-la ?.
- Carine Fouteau est journaliste a ? Mediapart.
- E ?ric Fassin est professeur a ? Paris 8 (de ?partement de Science politique et Centre d’e ?tudes fe ?minines et d’e ?tudes de genre) et chercheur a ? l’IRIS et au LabTop / CRESPPA
- Serge Guichard est militant, membre fondateur de l’Association de solidarite ? en Essonne avec les familles roumaines roms (Asefrr).