Histoire coloniale et postcoloniale

Nous contacter

Accueil > racisme, antisémitisme, xénophobie > racisme, antisémitisme > arabes, musulmans, Islam... > profanation d’une salle de prières musulmane à Draguignan

communiqué de la LDH de Draguignan

profanation d’une salle de prières musulmane à Draguignan

vendredi 18 mai 2012

Après la profanation de tombes musulmanes à Carros et l’agression à Amiens de deux personnes âgées qui se rendaient à une mosquée, ce troisième acte anti-musulman commis en moins d’un mois confirme les inquiétudes exprimées dans son dernier rapport par la Commission nationale consultative des droits de l’homme devant la montée du racisme anti-musulman.

Communiqué de la section de Draguignan de la LDH

Profanation d’une salle de prières

La section de Draguignan de la Ligue des droits de l’Homme exprime sa très vive indignation suite à la profanation de la salle de prières dans les locaux qu’occupe l’association des amis du Maghreb.

Les tags insultants (croix gammées et initiales non décryptées) qui ont été bombés sur le sol et les bâtiments, sont la preuve de la persistance d’une idéologie raciste et xénophobe.

Nous voyons là une conséquence des discours stigmatisant sans cesse étrangers, immigrés et Français issus de l’immigration.

La section de Draguignan de la Ligue des droits de l’Homme :

- Apporte à l’Association des Amis du Maghreb, les Musulmans et tous les citoyens qui se sentent souillés par cet acte odieux, son total soutien.

- Elle s’associera à toute action citoyenne en réponse à ces ignominies.

Draguignan, le 18 mai 2012

Florence LEROUX-GHRISTI
Avocate au barreau de Draguignan
Présidente de la Section LDH-Draguignan


Des croix gammées oranges ont été peintes à la bombe sur les portes de la salle de prière, du jardin et dans la cour du bâtiment (photo Louise Audibert)

Draguignan : des croix gammées peintes devant une salle de prière musulmane

[Libération.fr, le 17 mai 2012 15:31.]


[AFP] – Des croix gammées orange et des inscriptions qui n’ont pas été décodées à ce stade de l’enquête ont été peintes dans la nuit de mercredi à jeudi à l’entrée d’une salle de prière musulmane à Draguignan (Var), a-t-on appris de sources concordantes.

« Des croix gammées et deux inscriptions F.A et F.A.R ont été découvertes devant une salle de prière », a déclaré à l’AFP la procureure de Draguignan, Danielle Drouy-Ayral.

Selon la même source, « aucune revendication » n’a été faite.

« Nous n’avons pas de piste mais immédiatement une enquête a été ouverte par le commissariat de police de Draguignan », a ajouté la magistrate, précisant qu’« en l’état, aucune plainte n’avait été déposée ».

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a, dans un communiqué, « condamné avec la plus grande fermeté la profanation de la mosquée de Draguignan par des inscriptions nazies ».

Des actes anti-musulmans récurrents

« Cet acte intervient après la profanation de tombes musulmanes à Carros (Alpes-Maritimes, NDLR) le 29 avril et l’agression de deux personnes âgées, alors qu’elles se rendaient à une mosquée d’Amiens (Somme, NDLR), le 5 mai dernier », écrit le président du CFCM, Mohammed Moussaoui.

Tout en exprimant son soutien « aux responsables et sa solidarité avec l’ensemble des musulmans de Draguignan fortement indignés par cet acte xénophobe », il exhorte « les musulmans de France à la vigilance et à la sérénité face à la multiplication de ces actes de provocation lâches et méprisables ».

Le CFCM appelle par ailleurs « les pouvoirs publics à mobiliser tous les services concernés pour identifier au plus vite les auteurs de ces actes et les déférer devant la justice ».

_________________________________

Le carré musulman de Carros profané

[Islamophobie.net, le 30 avril 2012.]


A Carros, dans les Alpes Maritimes, ce sont des tombes et un mur du carré musulman qui ont été tagués et profanés dimanche dans la nuit. Dans cette commune, où Marine Le Pen est arrivée en tête lors du scrutin présidentiel, c’est le premier incident de ce genre.

Les vandales, à l’orthographe approximatif, ont dégradé les tombes avec une bombe de peinture rose fluo, en y inscrivant "Arabe dehor", "Vive Le Pen" et en y dessinant des croix gammées à l’envers...

Le maire de la ville, PS, s’est déclaré scandalisé : "C’est toute une communauté qui est atteinte, c’est aussi toute la communauté carrossoise qui est touchée mais nous ne voulons pas que la haine soit attisée et je note le comportement digne des communautés : responsables des harkis et des Français musulmans ont appelé au calme".

Une enquête a été ouverte pour "violation de sépultures avec la circonstance aggravante qu’une communauté est visée en raison de son origine ethnique et de sa religion" et le maire a d’ores et déjà déclaré qu’il se constituerait partie civile.