Histoire coloniale et postcoloniale

Nous contacter

Accueil > l’Algérie > massacres en France > Première reconnaissance officielle du massacre d’Algériens à Paris, le 14 (...)

Première reconnaissance officielle du massacre d’Algériens à Paris, le 14 juillet 1953

mardi 18 juillet 2017, par la rédaction

Ce massacre était connu des historiens [1], mais jusqu’à présent aucune institution officielle française ne l’avait reconnu officiellement. Voila qui est fait par la Ville de Paris... 64 ans après l’événement !

En 1953, pour célébrer la fête nationale, le PCF, la CGT et les organisations proches, ont organisé un défilé populaire. Comme d’habitude, les Algériens forment un cortège autonome, encadré par le MTLD, derrière un immense portrait de leur leader, Messali Hadj, alors en résidence surveillée. Les mots d’ordre sont clairs : « À bas le colonialisme  », « Nous voulons l’indépendance ». Le drame se déroule à la fin de la manifestation, place de la Nation. Une police chauffée à blanc exige le retrait du portrait de Messali. Devant le refus des Algériens, une charge violente commence. Soudain, un cri : « Ils ont tiré à balles réelles !  » L’affrontement est bref, mais extrêmement violent. Le bilan est lourd pour les manifestants : 7 morts, 6 Algériens et un Français, 48 autres manifestants blessés par balles.

Ci-dessous, le texte diffusé le 14 juillet 2017 par Algeria Watch, suivi d’un article du journal El Watan dans son édition du 15 juillet.

Première reconnaissance officielle du massacre d’Algériens à Paris, le 14 juillet 1953

Algeria Watch, le 14 juillet 2017

« À la mémoire des sept manifestants tués et des nombreux blessés, victimes de la répression du 14 juillet 1953. Six militants nationalistes algériens du Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques et un membre de la CGT ont été tués ce jour-là. » Tel est le texte de la plaque qui a été dévoilée le 6 juillet dernier sur l’un des murs du pavillon sud de la « barrière du Trône », place de la Nation à Paris, à quelques dizaines de mètres des lieux du massacre.

Le dépôt de cette plaque faisait suite au vote du Conseil de Paris décidant cette reconnaissance, le 18 janvier 2017, à l’initiative de Nicolas Bonnet Oulaldj, président du groupe communiste-Front de gauche au Conseil de Paris.

L’événement est important, car c’est la première fois qu’une instance officielle française reconnaît ce massacre jusque-là largement occulté, lors duquel la police tira de sang-froid sur le cortège pacifique des militants du MTLD, comme le documentariste et journaliste Daniel Kupferstein l’a relaté en détail, à l’issue d’une longue enquête, dans son film Les Balles du 14 juillet 1953 (2014), prolongé par son livre publié sous le même titre en mai 2017.

Le 6 juillet 2017, en présence d’une centaine de personnes (dont des membres des familles des victimes, venus spécialement d’Algérie), la maire PS du XIIe arrondissement, Catherine Baratti-Elbaz, dans un discours très sobre, a salué la mémoire des militants massacrés en déclarant : « Il ne peut y avoir de paix sans justice et nous souhaitons leur rendre justice aujourd’hui en gravant cette vérité. »

Catherine Vieu-Charier, adjointe de la Ville de Paris chargée de la mémoire, a pris le relais en déclarant notamment : « C’est au nom de nos valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité que les manifestants dénonçaient le colonialisme et l’oppression. Et c’est à ce titre que sept de ces militants de la liberté et de l’émancipation humaine ont perdu la vie. En honorant leur mémoire sur cette place, dont le nom fait symboliquement écho à leur revendication d’indépendance, place de la Nation, ces quelque lignes gravées dans la pierre nous invitent à tirer les leçons de cette blessure de l’histoire. »

Enfin, avant le dévoilement de la plaque, Daniel Kupferstein a prononcé un discours plus direct encore, dénonçant clairement les crimes et les mensonges des policiers assassins, ainsi que la parodie de justice qui les a couverts et le négationnisme des politiques qui, à l’époque, ont contribué à effacer la mémoire de ce drame.

Après la reconnaissance par la Ville de Paris, puis par l’État, du massacre d’Algériens à Paris le 17 octobre 1961, cette reconnaissance de celui du 14 juillet 1953 marque une étape importante. Mais loin d’être suffisante : c’est l’ensemble de crimes de la colonisation française en Algérie qui doivent être officiellement reconnus par la République, et dénoncés comme des crimes contre l’humanité.

__________________

14 juillet 1953 : Un massacre à inscrire dans la mémoire franco-algérienne

El Watan, le 15 juillet 1953

Alors que Paris célébrait hier avec faste sa Fête nationale, coïncidant cette année avec le centième anniversaire de l’entrée des américains dans la Première Guerre mondiale, en présence du président Donald Trump, il est des 14 juillet tragiques, à telle enseigne qu’ils sont effacés des mémoires, mais que des hommes pétris de valeurs et de principes de justice et d’équité œuvrent à restituer à la mémoire des hommes et à l’histoire.

C’est le cas du 14 juillet 1953 qu’un homme, citoyen français, a déterré, sans jeu de mots, il s’agit de Daniel Kupferstein, réalisateur et documentariste. Grâce à ce citoyen français, homme de gauche, nourri de valeurs humanistes, le massacre de six nationalistes algériens, (Abdelkader Draris, Mouhoub Illoul, Larbi Daoui, Amar Tadjadit, Abdallah Bacha et Tahar Madjène), tombés sous les balles des forces de l’ordre alors qu’ils défilaient pacifiquement pour la libération de Messali Hadj et l’indépendance de l’Algérie et avec eux un militant communiste français, Maurice Lurot, a été dévoilé.

A l’instar de femmes et d’hommes, à l’exemple de Jean-Luc Einaudi auquel on doit — entre autres des livres remarquables sur des militants algériens d’origine européenne de l’indépendance de l’Algérie, comme Maurice Laban ou Fernand Iveton, sur la torture à travers La ferme Améziane — le magistral Le 17 octobre 1961. Un massacre à Paris, le mérite de Daniel Kupferstein est d’avoir sorti de l’oubli un épisode douloureux de l’histoire algéro-française.

L’un et l’autre ne sont pas historiens de formation, mais leur démarche est à verser au compte de la construction d’une relation humaine franco-algérienne qui serait fondée sur la reconnaissance d’hommes et de femmes qui ont œuvré au recouvrement de la dignité humaine, de la souveraineté du peuple algérien et qui rappelle que des Français se sont opposés hier au régime colonial et œuvrent aujourd’hui à la reconnaissance des méfaits de la colonisation par l’Etat français. De la tragédie du 14 juillet 1953, Daniel Kupferstein a d’abord fait un documentaire en 2014, prolongé par un livre édité par La Découverte sous le titre Les balles du 14 juillet 1953. Le massacre oublié de nationalistes algériens à Paris.

« Le 14 juillet 1953, la gauche communiste et syndicale française célèbre la Fête nationale, comme c’est la tradition, par une manifestation à Paris. Y participent, à la fin du cortège, plusieurs milliers de militants du Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD) en Algérie. Quand ils arrivent place de la Nation, des heurts se produisent et les policiers tirent froidement sur les manifestants algériens. Six d’entre eux sont tués, ainsi qu’un militant de la CGT. Et on compte des dizaines de blessés par balles », note l’éditeur.

Pendant un demi-siècle, ce drame va être effacé des mémoires et des représentations, en France comme en Algérie. « Pour comprendre les raisons de cette amnésie et faire connaître les circonstances de l’événement », Daniel Kupferstein a conduit une longue enquête, pendant quatre ans.

Elle lui a permis de réaliser un film en 2014, que ce livre prolonge et complète par des témoignages inédits de nombreux acteurs de l’époque. A l’initiative de Nicolas Bonnet Oulaldj, président du groupe communiste de la mairie de Paris, une décision a été approuvée par le Conseil de Paris, lors de sa séance du mardi 31 janvier 2017, de déposer une plaque en mémoire des 7 manifestants décédés lors de cette triste et tragique journée du 14 juillet 1953 (El Watan du 3 février 2017).

Cette plaque a été apposée début juillet place de la Nation. Il a fallu attendre une lettre de M. Lurot dans L’Humanité Dimanche et le film de Daniel Kupferstein pour que « le voile se lève sur cette manifestation et les morts qu’elle a déplorés », avait rappelé le conseiller communiste. Et d’ajouter : « Leurs drapeaux, les portraits brandis de Messali Hadj, les slogans prononcés avaient été interdits, mais leur attitude était pacifique. Et ils n’étaient pas armés. »

A cette occasion, Catherine Vieu-Charier, adjointe à la mémoire et au monde combattant au Conseil de Paris, avait relevé « la nécessité de transmettre une histoire complète et douloureuse ». « Il ne s’agit pas de prendre parti ou de juger. » Ceci afin de renforcer « les bases d’une relation sereine avec l’Algérie sans occulter les zones d’ombre » et « construire ensemble un avenir de paix ».

Un fait d’histoire à ajouter au patrimoine commun algéro-français, à regarder et reconnaître avec lucidité et sérénité alors que le président Macron doit se rendre dans les prochaines semaines en Algérie. Si l’Etat français a une obligation et un devoir de reconnaissance, l’Etat algérien, lui aussi, se doit de s’approprier et de transmettre aux Algériens toute leur histoire.

Les balles du 14 juillet 1953. Le massacre policier oublié de nationalistes algériens à Paris
Préface de Didier Daeninckx. La Découverte, mai 2017, 256 p., 18 €.

[1Par exemple, Emmanuel Blanchard l’évoque longuement dans son ouvrage La police parisienne et les Algériens paru en septembre 2011