Histoire coloniale et postcoloniale

Nous contacter

Accueil > les nostalgiques de la colonisation > à Perpignan, l’Algérie est toujours française > non à l’hommage à Perpignan aux assassins de l’OAS

communiqué de la LDH

non à l’hommage à Perpignan aux assassins de l’OAS

dimanche 7 juin 2009, par la rédaction

Au moment où était publié le communiqué ci-dessous de la LDH, la préfecture des Pyrénées-Orientales prenait un arrêté tendant à l’interdiction de toute manifestation au cimetière du Haut-Vernet, depuis le samedi 6 juin à 18h jusqu’au dimanche soir 7 juin 2009.

[mis en ligne le 5 juin, mis à jour le 6 juin et corrigé le 7 juin 2009 à 10h]


Communiqué de la LDH

Non à l’hommage à Perpigan aux assassins de l’OAS

Chaque année depuis 2003, une association d’anciens activistes de l’OAS nommée Adimad invite à la veille du 7 juin à un rassemblement à l’intérieur du cimetière du Haut-Vernet à Perpignan devant une stèle érigée à la gloire des fusillés de l’OAS.

La date correspond à l’anniversaire de l’exécution en 1962 de deux membres d’un commando de l’OAS, Albert Dovecar et Claude Piegts, qui avaient participé le 31 mai 1961 à l’assassinat du commissaire central d’Alger, Roger Gavoury.

La stèle honore aussi Roger Degueldre, qui a notamment organisé l’assassinat le 15 mars 1962 à Alger de six enseignants des centres sociaux éducatifs, ainsi que Jean-Marie Bastien-Thiry, qui a dirigé le 22 août 1962 l’attentat du Petit-Clamart contre le président de la République, le général de Gaulle.

La LDH appelle tous les démocrates à se rassembler à l’entrée du cimetière autour de représentants des familles touchées par les assassinats de l’OAS pour demander que, comme la stèle identique qui a été enlevée en 2008, après une décision de justice, du cimetière de Marignane, ce monument soit retiré du lieu public que constitue ce cimetière.

Paris, le 5 juin 2009