Histoire coloniale et postcoloniale

Nous contacter

Accueil > racisme, antisémitisme, xénophobie > le Front national > les “valeurs” de la droite populaire

les “valeurs” de la droite populaire

lundi 9 juillet 2012

Les dernières élections législatives se sont traduites par une véritable hécatombe pour la Droite populaire qui a perdu la moitié de ses élus. Ce résultat les incitera-t-il à mettre en cause leur stratégie de rapprochement avec le Front national ?

En effet, beaucoup de ceux qui se sont trouvés en ballottage difficile à l’issue du premier tour des législatives ont suivi l’exemple de Nadine Morano qui a outrageusement dragué l’électorat frontiste [1] :
« Je n’ai aucun état d’âme à en appeler aux électeurs du FN. C’est pas une question d’accord, c’est une question de partage de nos valeurs. [2] »
Mais, comme elle, nombre des droit’popu sortant ont été malgré tout battus – ils avaient oublié que “les électeurs préfèrent l’original à la copie”.

Cependant, le mal est fait : la proximité idéologique – le « partage des valeurs » – affichée pour des motivations électoralistes a contribué à banaliser un peu plus la thématique de l’extrême droite...

Vous trouverez ci-dessous, après un rappel de ses résultats électoraux, une synthèse de l’idéologie de la Droite populaire.

La Droite populaire et les élections

Elle a été sévèrement étrillée lors des élections législatives de juin 2012 : un député sortant sur deux a été battu.

La vingtaine de députés qui ont survécu aux élections du 17 juin 2012 :

Yves ALBARELLO, Seine et Marne –
Jean-Claude BOUCHET, Vaucluse –
Valérie BOYER, Bouches du Rhône –
Jean-Pierre DECOOL, Nord –
Nicolas DHUICQ, Aube –
Sauveur GANDOLFI SCHEIT, Haute Corse –
Franck GILARD, Eure –
Christophe GUILLOTEAU, Rhône –
Patrick LABAUNE, Drôme –
Lionnel LUCA, Alpes Maritimes –
Thierry MARIANI, Français de l’étranger –
Philippe MEUNIER, Rhône –
Alain MOYNE-BRESSAND, Isère –
Jacques MYARD, Yvelines –
Bernard REYNES, Bouches du Rhône –
MICHEL TERROT, Rhône –
Dominique TIAN, Bouches-du-Rhône –
François VANNSON, Vosges –
Patrice VERCHERE, Rhône –
Philippe VITEL, Var –
Michel VOISIN, Ain.

La vingtaine de députés sortant ayant perdu leur siège lors des élections de juin 2012 :

Elie ABOUD (Hérault) –
Brigitte BAREGES (Tarn-et-Garonne), maire de Montauban –
Patrick BEAUDOUIN (Val-de-Marne), maire de Saint-Mandé –
Claude BODIN (Val-d’Oise) –
Patrice CALMEJANE (Seine-Saint-Denis) –
Bernard CARAYON (Tarn) –
Eric DIARD (Bouches-du-Rhône) –
Paul DURIEU (Vaucluse) –
Jean-Michel FERRAND (Vaucluse) –
Jean-Paul GARRAUD (Gironde) –
Jacqueline IRLES (Pyrénées-Orientales) –
Maryse JOISSAINS MASINI (Bouches du Rhône), maire d’Aix –
Daniel MACH (Pyrénées-Orientales) –
Richard MALLIE (Bouches-du-Rhône) –
Christine MARIN (Nord) –
Georges MOTHRON (Val-d’Oise) –
Eric RAOULT (Seine Saint Denis), maire du Raincy –
Jacques REMILLER (Isère) –
Jean-Marc ROUBAUD (Gard) –
Jean-Pierre SCHOSTECK (Hauts-de-Seine) –
Christian VANNESTE (Nord).

Jean ROATTA (Bouches-du-Rhône) et Daniel SPAGNOU (Alpes de Haute Provence), devenus eurodéputés, ne se représentaient pas.

Le programme

La Droite populaire s’est officiellement constituée le 14 juillet 2010, jour de la proclamation de sa charte, mais son programme s’esquissait depuis plusieurs années. Il comportait notamment :

  • la suppression de l’article 2 de la loi Taubira qui demande que les programmes scolaires accordent « à la traite négrière et à l’esclavage la place conséquente qu’ils méritent »
  • le renforcement des contrôles face à l’immigration
  • le soutien de la loi de prévention de la délinquance

Quelques personnalités et leurs œuvres

Elie ABOUD et la mémoire de l’OAS

Président du groupe d’étude parlementaire aux rapatriés, Elie Aboud n’a pas hésité à se joindre, le 26 mars 2009, à un rassemblement au cimetière neuf de Béziers devant une stèle ornée d’une plaque dédiée à quatre anciens membres des commandos de l’OAS. Quelques mois plus tard il inaugurait un rond-point de Béziers dédié au bachaga Boualam. Cet activisme nostalgérique ne lui a pas permis de sauver son siège de député de Béziers.

Brigitte BARÈGES aurait été "ravie" de l’élection de Marine Le Pen

La maire de Montauban, Brigitte Barèges, dont la réélection dépendait des voix des électeurs FN, s’est distinguée entre les deux tours, en déclarant qu’elle serait "ravie" que Marine Le Pen l’emporte dimanche dans la circonscription d’Hénin-Beaumont [4]. Toutes deux ont été battues au second tour ...

Patrice CALMEJANE favorable aux “voisins vigilants”

Maire de Villemomble (Seine-Saint-Denis), Patrice Calmejane est à l’initiative d’une proposition de loi visant à « associer les habitants à la surveillance de leur quartier. »
Il est également favorable à une forme de préférence nationale : il a fait voter par son conseil municipal le règlement d’un concours réservé aux jeunes de nationalité française [5].

Bernard CARAYON

Ex-membre du GUD, le maire de Lavaur regrette le temps où les enfants des écoles accueillaient le président de la République, mais il a tancé l’archevêque de Toulouse coupable à ses yeux d’avoir rapproché le sort fait aux Roms aujourd’hui de celui réservé aux Juifs en 1942.

Jean-Paul GARRAUD partage des convictions avec le FN

Le député sortant de Gironde, a suscité la polémique en s’interrogeant, dans l’entre-deux-tours, sur "la pertinence du maintien d’un cordon sanitaire autour du FN", arguant d’un "certain nombre de convictions communes avec le FN, notamment sur le souci de préserver notre identité française" [6].

Maryse JOISSAINS-MASINI partage des valeurs avec le FN

Les déclarations de la maire d’Aix-en-Provence sont célèbres. L’une des plus récentes est d’avoir estimé “illégitime” l’élection de François Hollande.
En situation de ballottage difficile à l’issue du premier tour des élections législatives, elle avait assuré "avoir toujours défendu" les valeurs de Marine Le Pen : "Il y a des idées qui sont partagées par le Front national et par les électeurs de la droite républicaine : le respect de la France par exemple, et celui de l’identité républicaine" [7]. Les Aixois n’ont pas apprécié ...

Lionnel LUCA et l’histoire

Député des Alpes-Maritimes, Lionnel Luca soigne la frange nostalgérique de son électorat. C’est lui qui a orchestré la violente campagne contre le film Hors-le-loi. Sans avoir vu le film, il avait accusé Rachid Bouchareb de "falsifier" l’histoire et de "raviver les blessures" » de manière "irresponsable".
Il est vrai que Lionnel Luca se targue d’avoir mis à jour "une autre vérité" à propos des événements de mai 1945 à Sétif [8]

Thierry MARIANI et les tests ADN

Le député de la 11e circonscription (Asie, Russie, Océanie) des Français de l’étranger a attaché son nom à un article de loi mort-né. Thierry Mariani s’est en effet beaucoup dépensé pour que la loi 2007-1631 du 20 novembre 2007 relative à la maîtrise de l’immigration, à l’intégration et à l’asile, institue l’ADN comme moyen de preuve de filiation pour les candidats étrangers au regroupement familial. Mais aucun décret d’application de l’article 13 n’a permis la mise en pratique de ces tests dont Nicolas Sarkozy a déclaré que le principe était "stupide".

Philippe MEUNIER compare l’immigration à une colonisation

Après sa réélection le 17 juin 2012, le député du Rhône a dénoncé « une immigration qui prend l’allure d’une colonisation » et appelé l’UMP à « en tirer toutes les conséquences notamment en terme d’alliances »... avec le FN [9].

On notera que son communiqué du 3 juillet 2012, dénonçant la suppression de la franchise instaurée pour pouvoir bénéficier de l’AME, n’a été signé que par une dizaine de membres de la Droite populaire : Jean-Claude BOUCHET – Valérie BOYER – Jean-Pierre DECOOL – Nicolas DHUICQ – Christophe GUILLOTEAU – Lionnel LUCA – Philippe MEUNIER – Jacques MYARD – Bernard REYNES – Patrice VERCHERE – Philippe VITEL [10].
Les temps sont durs !

Éric RAOULT et le « devoir de réserve »

Marie Ndiaye répondant à la question « Vous sentez-vous bien dans la France de Sarkozy ? » avait notamment déclaré en août 2009 :
« Je trouve cette France-là monstrueuse. Le fait que nous ayons choisi de vivre à Berlin depuis deux ans est loin d’être étranger à ça. Nous sommes partis juste après les élections, en grande partie à cause de Sarkozy ».
Après que le prix Goncort lui ait été attribué en novembre 2009, Éric Raoult, maire du Raincy (Seine Saint-Denis), a demandé au ministre de la Culture de rappeler la romancière à un « devoir de réserve ».
Les électeurs se sont chargés de rappeler le fougueux député à un devoir de réserve ...

Bernard REYNÈS et la délation

“Surveillez-vous les uns les autres” pourrait être la devise du député-maire de Châteaurenard (Bouches du Rhône). On connaît les dégâts commis au nom de la sécurité dans la commune de La Crau (Var) : les référents anonymes et la transmission d’informations concernant les collégiens à la gendarmerie et à la mairie.

Jean-Marc ROUBAUD et le délit de blasphème

Le maire de Villeneuve-lez-Avignon a déposé une proposition de loi « visant à interdire les propos et les actes injurieux contre toutes les religions ».

Dominique TIAN et la lutte contre la fraude sociale

La fraude sociale comporte deux parties d’importances inégales : d’un côté la fraude aux prestations sociales qui ne représente que 2 à 3 milliards d’euros par an, de l’autre, la fraude aux prélèvements, qui concerne essentiellement le manque à gagner dû au travail au noir et qui représente entre 8 et 15 milliards d’euros, selon le rapport remis le 29 juin 2011 par Dominique Tian.
Mais ses propositions – levée du secret professionnel et assermentation des agents de Pôle emploi, et mise en place d’une carte vitale biométrique – se sont focalisées sur les fraudes aux prestations.

Philippe VITEL et la prévention de la délinquance

Nul n’a su mieux que le député toulonnais trouver les mots justes pour défendre à l’Assemblée nationale le projet de loi qui devait devenir la loi de prévention de la délinquance.


[5SOS Racisme a déposé plainte pour discrimination raciale : http://www.liberation.fr/politiques....

[10Voir le communiqué de Philippe Meunier, Prime aux clandestins