Histoire coloniale et postcoloniale

Nous contacter

Accueil > les nostalgiques de la colonisation > Aix-en-Provence - Maryse Joissains-Masini > les propos indignes de Maryse Joissains

les propos indignes de Maryse Joissains

jeudi 10 mai 2012

Maryse Joissains, maire d’Aix-en-Provence et députée UMP-droite populaire, a déposé mercredi 9 mai 2012 un recours devant le Conseil constitutionnel pour demander l’annulation de l’élection de François Hollande comme président de la République.

Elle invoque trois arguments : le dépassement des comptes de campagne, la ? « propagande médiatique » pour le candidat socialiste face au lynchage médiatique de Nicolas Sarkozy, et enfin, le soutien « illicite » de la CGT en faveur de François Hollande. Selon la maire d’Aix-en-Provence, avec ses « petits bras », François Hollande « ?n’a pas les qualités d’un chef d’Etat et ne mérite pas de prendre les rênes d’un grand pays comme la France ? ».

Une lettre ouverte, reprise ci-dessous, a été lancée pour protester contre ces propos indignes.
Signez-la et faites-la circuler


Maryse Joissains enregistrée le soir du 6 mai 2012.


Lettre ouverte à Maryse Joissains

Lettre ouverte à Madame Joissains,
Députée de la Nation, Maire d’Aix-en-Provence, Présidente de la CPA

Madame la députée-maire,

Au soir du 6 mai, vous vous êtes exprimée en tant qu’élue de la République pour commenter le résultat de l’élection présidentielle.

Lors d’une interview, vous avez notamment déclaré « Même si M. Hollande est proclamé président de la République, je ne pense pas qu’il soit légitime parce qu’il y arrive après un combat anti-démocratique comme on ne l’a jamais vu dans ce pays (...) Par voie de conséquence, je ne me sens pas liée par ce président de la République que j’estime illégitime. »

Vous avez, par ailleurs, lourdement dénigré le physique du nouveau président de la République, et indiqué que la République serait, nous vous citons, « en danger ».

D’autre part, évoquant vos adversaires politiques, vous avez parlé de « zoulous », ce qui semblait être pour vous une grave insulte.

Ces propos sont extrêmement graves et fortement choquants. Venant d’une élue qui porte les importantes responsabilités locales et nationales qui sont les vôtres et qui, comme tout-e élu-e de la République, a un devoir d’exemplarité permanent, ils sont doublement outrageants et outranciers. Quel contraste avec l’attitude de l’actuel président de la République qui s’affiche, dans un salutaire esprit de concorde, aux côtés de son successeur pour commémorer la victoire contre la barbarie nazie.

Le président François Hollande a été élu démocratiquement, il est le président de toutes les Françaises et de tous les Français, sa légitimité acquise dans les urnes ne saurait être remise en cause par quiconque.

Si, comme tout-e citoyen-ne vous avez parfaitement le droit d’avoir vos opinions politiques, vous ne pouvez pas vous arroger celui de vous mettre au dessus des lois ni au dessous d’un respect républicain que vous devez à vos adversaires politiques.

Nous, élu-e-s, militant-e-s, citoyen-ne-s aixois-e-s et du Pays d’Aix avons été indigné-e-s par ces propos que nous condamnons fermement. Nous ne les laisserons pas passer. La République doit être digne.

Nous vous demandons de mettre le débat à un autre niveau en revenant sur ces propos indignes qui déshonorent Aix-en-Provence et en avilissent l’image.

Nous ne laisserons dégrader ni l’attractivité de notre cité ni notre honneur d’élu-e et/ou de citoyen-ne de la République par ce qu’il faut bien qualifier de propos injurieux.

Nous vous demandons des excuses pour avoir méprisé la République, remis en cause le chef de l’État élu et sa future majorité présidentielle et porté atteinte à l’image et à l’honneur de notre ville, de ses habitant-e-s et de ses élu-e-s.

Nous demandons enfin par la présente lettre à ce que l’UMP prenne ses responsabilités. Monsieur Copé, Secrétaire général de ce parti, doit prendre les mesures qui s’imposent pour condamner fermement ces propos.


Premiers signataires :

AGOPIAN Jacques, AMBROGGIANI Lucien, CIOT Jean-David, DAVENNE Chantal, DELHAYE Annick, DE PERETTI François-Xavier, EINAUDI Michèle, FOULQUIER Luc, GUERRERA Hervé, GUIEU Gérard, GUINDE André, HUBERT Benoît, HUBERT Claudie, JEAN Rémy, LECUIVRE Jacky, LENFANT Gaëlle, MARANINCHI Christian, MEDVEDOWSKY Alexandre, PURGUETTE Léo, SKRIVAN Fleur, VALETA Marie-José

Pour signer la lettre ouverte à Maryse Joissains

Maryse Joissains-Masini en juillet 2009 ( AFP/Anne-Christine Poujoulat)