Histoire coloniale et postcoloniale

Nous contacter

Accueil > racisme, antisémitisme, xénophobie > le Front national > le Front national et l’immigration

le Front national et l’immigration

lundi 30 septembre 2013

Dans les textes de l’extrême-droite, le mot “immigré” désigne systématiquement soit une personne originaire du Maghreb ou de l’Afrique sub-saharienne, ou qui en a l’apparence, soit une personne de confession musulmane, ou présumée l’être.

Le Front national fait une véritable fixation sur ces “immigrés” et sur l’immigration. On ne sait s’il s’agit de ce que le corps médical qualifie de trouble obsessionnel compulsif – un TOC collectif – mais il faut constater que cela l’amène à considérer comme avérées des affirmations inexactes – de ce point de vue, la fille Le Pen est bien dans les traces de son père.

Nous reprenons ci-dessous (en italique) des déclarations de Marine Le Pen et des extraits de son programme [1] qui illustrent les remarques précédentes.

Un communiqué de Marine Le Pen, datant du 11 janvier 2011 est particulièrement significatif [2] :

« Marine Le Pen, vice-présidente du Front National, demande un changement de cap à 180 degrés de la politique d’immigration française. Pour des raisons identitaires, économiques et sociales, il est plus que temps de stopper l’immigration. La France détient le triste record du nombre d’entrées sur son territoire. Il faut que cela cesse, dans l’intérêt du peuple français, mais aussi des immigrés auxquels nous n’avons que la misère à offrir. »

Derrière la langue de bois on retrouve l’obsession du Front national. Dans ce communiqué publié quelques jours avant son élection comme présidente du FN, Marine Le Pen affirme pour le déplorer que la France est l’un des pays où le nombre d’entrées de migrants serait le plus important :

  • « La France détient le triste record du nombre d’entrées sur son territoire »

FAUX – En réalité la France est l’un des pays développés qui a accueilli la plus faible proportion d’immigrés au cours des deux dernières décennies.

La proportion de personnes étrangères résidant en France sans y être nées était de 8,4 % en 2008 – 10,8 % au Royaume-Uni, 13,9 % en Suède et de 14,1 % en Espagne.
Depuis 1995, la part des étrangers a augmenté six fois moins en France qu’en Espagne, 3,5 fois moins qu’au Royaume-Uni et 1,8 fois moins qu’en Allemagne.
Avec le Japon, la France est l’un des pays développés qui a le plus maintenu ses frontières fermées.

Enfin, la France n’est pas particulièrement généreuse envers les réfugiés. En 2010, à titre d’exemple, l’Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides) n’a agréé que 13,6 % des requêtes qui lui étaient soumises, contre 23 % pour son équivalent allemand et 30,7 % pour la Suède. [3]

On retrouve le même fantasme pour le nombre de naturalisations :

  • On distribue « la nationalité française à tour de bras » a déclaré Marine Le Pen en août 2010 [4]

FAUX – En fait, le nombre de naturalisations est en très nette baisse : il se situait entre 130 000 par an de 2007 à 2010, 115 000 en 2011, et 97 000 en 2012 [5].

Autre argument répété ad nauseam, le « coût » de l’immigration :

  • « L’immigration coûte chaque année à l’Etat entre 35 et 70 milliards d’euros », a affirmé Marine Le Pen en octobre 2012 [6].

FAUX – L’immigration est une très bonne affaire pour l’économie française : certes, les immigrés reçoivent 47,9 milliards d’euros de l’État, mais ils lui en reversent de différentes façons 60,3 milliards. Cela laisse un solde positif de 12,4 milliards d’euros au bénéfice des finances publiques. [7]

En effet, une équipe de chercheurs de l’université de Lille a réalisé pour le compte du ministère des Affaires sociales une étude sur les coûts de l’immigration pour l’économie nationale ; ils ont remis leur rapport en 2009. Les 47,9 milliards d’euros que coûte l’immigration au budget de l’Etat (2009) sont ventilés comme suit : retraites, 16,3 milliards d’euros ; aides au logement, 2,5 milliards ; RMI, 1,7 milliard ; allocations chômage, 5 milliards ; allocations familiales, 6,7 milliards ; prestations de santé, 11,5 milliards ; éducation, environ 4,2 milliards.
De leur côté, les immigrés reversent au budget de l’Etat, par leur travail, des sommes beaucoup plus importantes : impôt sur le revenu, 3,4 milliards d’euros ; impôt sur le patrimoine, 3,3 milliards ; impôts et taxes à la consommation, 18,4 milliards ; impôts locaux et autres, 2,6 milliards ; contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) et contribution sociale généralisée (CSG), 6,2 milliards ; cotisations sociales, environ 26,4 milliards d’euros.

Les mêmes fantasmes fleurissent sur le programme du FN

  • L’immigration légale sera réduite de 200 000 entrées par an à 10 000 entrées par an en privilégiant les talents qui permettront le rayonnement de notre pays et l’innovation.

IRRÉALISABLE – La mise en pratique de cette mesure entraînerait une remise en cause du regroupement familial [8]. Dans ces conditions, la France ne respecterait plus le droit de vivre en famille garanti par la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’Homme et des libertés fondamentales de 1950.

Un autre problème de taille n’est pas évoqué dans le programme de Marine Le Pen : comment envisage-t-elle de gérer les 40 000 conjoints étrangers de Français qui entrent légalement chaque année en France. Faudra-t-il en venir à contingenter les mariages de Français[e] avec des étrangers ?

  • La priorité nationale sera appliquée à tous les Français, quelle que soit leur origine.

ANTICONSTITUTIONNEL
La « priorité nationale » est le nom donné par Marine Le Pen au concept de « préférence nationale » que défendait Jean-Marie Le Pen. N’oublions pas que la Constitution française reconnaît l’égalité de tous devant la loi, notamment par la référence à la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.

En 1998, Catherine Mégret, maire FN de Vitrolles a tenté de mettre en place une allocation de naissance de 5 000 francs, réservée aux parents français ou ou citoyens de l’Union européenne. L’allocation a été jugée illégale par le tribunal administratif de Marseille, et l’épouse de Bruno Mégret a été condamnée au pénal, peine confirmée en appel puis en cassation.

  • Suppression de l’Aide médicale d’État, réservée aux migrants clandestins et qui leur permet de se faire soigner gratuitement en France.

IRRESPONSABLE
La suppression de l’Aide médicale d’État aux clandestins (dispositif permettant aux personnes en situation irrégulière et sans ressources d’accéder
gratuitement aux soins médicaux) serait anti-humaniste. De plus, elle ferait peser un risque sanitaire sur l’ensemble de la population dans la mesure où cela conduirait une partie de celle-ci à ne plus être traitée médicalement.

  • Les manifestations de soutien aux clandestins seront interdites.

ANTIDÉMOCRATIQUE – Le droit de manifester est un droit fondamental des pays démocratiques.