Histoire coloniale et postcoloniale

Nous contacter

Accueil > racisme, antisémitisme, xénophobie > Israël/Palestine > Israël > la France doit voter pour que la Palestine devienne le 194e État des Nations (...)

action collective

la France doit voter pour que la Palestine devienne le 194e État des Nations unies

vendredi 23 septembre 2011

La Plateforme des ONG françaises pour la Palestine, dont la LDH fait partie, demande que la France vote pour l’entrée de la Palestine aux Nations unies.
Auparavant, la Ligue des droits de l’Homme avait adressé une lettre ouverte au Président de la République appelant le gouvernement français, l’Union européenne et ses États membres à soutenir de leur vote la reconnaissance par les Nations unies de l’État de Palestine.

Les personnalités du groupe The Elders, présidé par l’archevêque Desmond Tutu, interviennent dans le même sens.

[Mis en ligne le 15 septembre 2011, mis à jour le 23]


Communiqué de la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine

La France doit voter pour l’entrée de la Palestine aux Nations unies

L’entrée de la Palestine au sein des Nations unies renforcera grandement sa position dans l’ordre juridique international.
Vendredi 23 septembre, Mahmoud Abbas, en tant que président de l’OLP, demandera officiellement l’admission de l’Etat de Palestine comme membre des Nations unies.

Parce que la paix passe par l’application du droit, la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine, demande solennellement au gouvernement français de voter en faveur de l’entrée de la Palestine au sein des Nations unies sur la base des frontières du 4 Juin 1967, avec Jérusalem-Est pour capitale et sans préjudice des droits des réfugiés palestiniens.

A ce jour 117 Etats ont explicitement reconnu l’Etat de Palestine. La France n’en fait pas encore partie. Elle doit répondre maintenant aux vœux de la grande majorité des Français qui demande cette reconnaissance. Voter pour l’admission de l’Etat de Palestine comme membre de l’ONU est un acte politique fort qui renforcera grandement sa position dans l’ordre juridique international. C’est une nécessité qui permettra de vraies négociations entre deux parties à statut égal.

Paris le 23 septembre 2011,

Plateforme des ONG françaises pour la Palestine
14, passage Dubail 75010 Paris (00 33) 1 40 36 41 46
contact@plateforme-palestine.orgwww.plateforme-palestine.org


Membres

- AFPS – ASSOCIATION FRANCE PALESTINE SOLIDARITE
- AJPF – ASSOCIATION POUR LA PROMOTION DES JUMELAGES ENTRE VILLES DE FRANCE ET CAMPS PALESTINIENS
- AURDIP – ASSOCIATION DES UNIVERSITAIRES POUR LE RESPECT DU DROIT INTERNATIONAL EN PALESTINE
- CBSP – COMITE DE BIENFAISANCE ET DE SECOURS AUX PALESTINIENS
- CCFD-TERRE SOLIDAIRE – COMITE CATHOLIQUE CONTRE LA FAIM ET POUR LE DEVELOPPEMENT
- CEDETIM
- CEMEA – CENTRES D’ENTRAINEEMNT AUX METHODES D’EDUCATION ACTIVE
- CICUP – COLLECTIF INTERUNIVERSITAIRE POUR LA COOPERATION AVEC LES UNIVERSITES PALESTINIENNES
- CIMADE
- COMITE GAZA JERUSALEM MEDITERRANEE
- CVPR-PO – COMITE DE VIGILANCE POUR UNE PAIX REELLE AU PROCHE-ORIENT
- ERM-SERVICES – ENFANCE RESEAU MONDE /SERVICES
- FEDERATION ARTISANS DU MONDE
- FSGT – FEDERATION SPORTIVE ET GYMNIQUE DU TRAVAIL
- GENERATION PALESTINE
- GREF – GROUPEMENT DES RETRAITES ET EDUCATEURS SANS FRONTIERE
- LDH – LIGUE DES DROITS DE L’HOMME
- LIFPL – LIGUE INTERNATIONAL DES FEMMES POUR LA PAIX ET LA LIBERTE
- MRAP – MOUVEMENT CONTRE LE RACISME ET POUR L’AMITIE ENTRE LES PEUPLES
- MOUVEMENT DE LA PAIX
- PAX CHRISTI
- SECOURS CATHOLIQUE-CARITAS FRANCE
- SIDI – SOLIDARITE INTERNAITONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L’INVESTISSEMENT
- TDH – TERRE DES HOMMES FRANCE
- UJFP – UNION JUIVE FRANÇAISE POUR LA PAIX

Observateurs

- ACAT – ACTION DES CHRETIENS POUR L’ABOLITION DE LA TORTURE
- AFRAN SAUREL
- AEDH – AGIR ENSEMBLE POUR LES DROITS DE L’HOMME
- AMNESTY INTERNATIONAL
- ASSOCIATION POUR JERUSALEM
- Collectif Judéo-Arabe et Citoyen pour la Paix
- COORDINATION SUD
- CRID – CENTRE DE RECHERCHE ET D’INFORMATION SUR LE DEVELOPPEMENT
- FRANCAS
- GAIC – GROUPE D’AMITIES ISLAMO-CHRETIENNE
- HI – HANDICAP INTERNATIONAL
- MDM – MEDECINS DU MONDE
- MIR – MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA RECONCILIATION
- RITIMO

Lettre ouverte

à Monsieur Nicolas Sarkozy
Président de la République

Monsieur le Président,

Plus de soixante ans après l’adoption d’un plan de partage de la Palestine, si l’Etat d’Israël a été effectivement créé, l’Etat palestinien n’existe toujours pas. Les différentes résolutions des Nations unies sont restées lettres mortes et le peuple palestinien, en Cisjordanie comme à Gaza, continue à supporter occupation et blocus. La colonisation israélienne ne s’est jamais arrêtée,
même pendant la période où les accords d’Oslo ont été appliqués. Aujourd’hui, contre toute légalité internationale, le Golan est passé sous souveraineté israélienne, des pans entiers de la Cisjordanie sont de fait annexés et les quartiers palestiniens de Jérusalem sont rongés par une colonisation rampante parce qu’Israël a fait de cette ville sa capitale exclusive, là aussi au mépris
du droit.

Dans quelques jours, l’Assemblée générale des Nations unies sera saisie d’une demande de reconnaissance de la Palestine en tant que membre de l’ONU. Cette reconnaissance ne permettra pas à elle seule de résoudre le conflit actuel ni de faire cesser l’occupation israélienne. En même temps, elle permettra de réaffirmer ce qui tend à être oublié : le droit des Palestiniens à un Etat souverain dans des frontières aussi sûres et reconnues que celles de l’Etat d’Israël.

Cette reconnaissance de la Palestine en tant qu’Etat, membre de la communauté internationale, permettra surtout de restituer aux négociations leur point de départ : les frontières de 1967, et non la politique d’annexion de fait suivi depuis plus de soixante ans par les différents gouvernements
israéliens.

S’insérant dans l’immense revendication démocratique qui se lève partout dans la région, la reconnaissance d’un Etat palestinien fera des représentants du peuple palestinien des acteurs de plein droit de la communauté internationale, avec les mêmes droits mais aussi avec les mêmes responsabilités et ouvre de nouvelles possibilités en faveur de la paix.

Nous appelons le gouvernement français, l’Union européenne et ses Etats membres à soutenir de leur vote la reconnaissance par les Nations unies de l’Etat de Palestine.

Nous vous informons que cette lettre sera rendue publique.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de ma haute considération.

Paris, le 12 septembre 2011

Pierre Tartakowsky
président de la LDH [1]


The Elders / Les Anciens soutiennent
l’appel adressé par les Palestiniens aux Nations unies

L’Union européenne devrait adopter une position commune forte
 [2]

le 13 Septembre 2011

The Elders warmly welcome the Palestinian leadership’s efforts to seek support for recognition of Palestinian statehood by the United Nations and believe that such a move is capable of changing the dynamics in the stalled Middle East peace process in a positive direction.

With the US and Israeli governments publicly opposed to the principle of seeking UN endorsement of Palestinian statehood, the position of the European Union will be key to the prospects of a resolution, whether it is introduced in the UN Security Council or General Assembly, or possibly both bodies.

The Elders have written to the Foreign Ministers of the 27 member states of the EU urging them to adopt a strong common position in favour of a resolution that would endorse the legitimate right of the Palestinian people to statehood. Such a move would in fact be in line with European Council Conclusions of December 2009 which call for “a two-state solution with the State of Israel and an independent, democratic, contiguous and viable State of Palestine, living side by side in peace and security” and the EU’s “readiness, when appropriate, to recognise a Palestinian state.”

Qui sont The Elders / Les Anciens ?

The Elders / Les Anciens est un groupe indépendant de personnalités, rassemblées en 2007 par Nelson Mandela afin de travailler ensemble à la paix et au respect des droits de l’homme.

Il est constitué de Martti Ahtisaari, Kofi Annan, Ela Bhatt, Lakhdar Brahimi, Gro Brundtland, Fernando Henrique Cardoso, Jimmy Carter, Graça Machel, Mary Robinson et Desmond Tutu (Président). Nelson Mandela et Aung San Suu Kyi sont membres d’honneur.

Mary Robinson, ancienne Présidente de l’Irlande et ancienne Haut-commissaire des Nations unies pour les droits de l’homme, a déclaré :

“We urge the EU to assume its responsibilities on a subject of vital importance for the Middle East and for the EU’s future relations with its neighbours in the Mediterranean region.
“This move has added importance in light of the dramatic changes underway in much of the Arab world, in favour of dignity, democracy and freedom.”
Only 12 months ago US President Barack Obama used his annual address to the UN to declare that he looked forward to welcoming Palestine to the ranks of the world body’s members by the start of this next Session. Unfortunately, the bilateral negotiations that might have produced this desired result have not been possible, due in large part to the continued expansion of Israeli settlements on the occupied territories of the West Bank and East Jerusalem.

Mary Robinson


_________________________


L’ancien Président Jimmy Carter a déclaré :

“Any future peace negotiations between Israel and the Palestinians must start on a fresh basis, one based firmly on international law and universal human rights.
“All settlements on occupied territories have repeatedly been declared by the international community to be illegal under international law.
“To give peace in the Holy Land a chance, all construction in the West Bank and East Jerusalem intended solely for Jewish occupants must halt immediately.”

Jimmy Carter


_________________________


L’ancien ministre algérien des affaires étrangères, Lakhdar Brahimi a déclaré :

“The occupation must end. And the way the negotiations have been conducted until now cannot continue. Any return to business-as-usual is unacceptable and doomed to failure.
“When they resume, future peace negotiations should be meaningful and serious, with clear parameters and an agreed deadline for their conclusion.”
The Elders believe that any negotiations that resume following action at the UN should aim to define the boundaries of a Palestinian state based on 1967 borders, with its capital in East Jerusalem. Such an accord could entail equal land swaps to allow for minor adjustments.

Lakhdar Brahimi


_________________________


L’ancien président finlandais Martti Ahtisaari a déclaré :

“Fair and robust external mediation will be an essential ingredient as under present circumstances, the parties are unlikely to be able to reach an agreement on their own.
“In this regard, a positive and united stand over the anticipated UN resolution by the European Union, Israel’s largest trading partner, would give it leverage to play a bigger political role to help resolve the conflict.”

Martti Ahtisaari


_________________________


L’archevêque Desmond Tutu, président des Anciens, a déclaré :

“For over two decades, negotiations have been more about process than real substance, leading to understandable disillusionment and frustration among Palestinians and all those who seek a just and lasting peace agreement.
“It has been almost 65 years since the UN agreed to the creation of two states – this solution has been delayed for far too long.”

Desmond Tutu



[1LDH - 138, rue Marcadet 75018 PARIS - e-mail : ldh@ldh-france.org
Tél : (33) 01 56 55 51 00 – Fax : (33) 01 42 55 51 21