Histoire coloniale et postcoloniale

Nous contacter

Accueil > les nostalgiques de la colonisation > les pieds-noirs > l’association des pieds-noirs progressistes et leurs amis

l’association des pieds-noirs progressistes et leurs amis

lundi 9 février 2015, par la rédaction

Les Pieds-Noirs, comme la plupart des groupements humains, ne constituent pas une communauté homogène et il n’existe pas d’association qui puisse se targuer de les représenter tous.

Une association s’est constituée en novembre 2008 pour rassembler les Pieds-Noirs de sensibilité “progressiste”. Nous leur donnons la parole ci-dessous afin de leur permettre d’exprimer leur motivation et leurs intentions. Pour les contacter, voir leur site internet http://www.anpnpa.org.

Déclaration d’intention des membres fondateurs de l’Association nationale des Pieds-Noirs progressistes et leurs amis [1]

Pieds noirs originaires d’Algérie, nous avons avec des amis fondé « l’Association Nationale des Pieds Noirs Progressistes et leurs Amis », le 8 novembre 2008.

Depuis l’arrivée en France, chacun s’est positionné dans les débats sur la société française en fonction de sa situation sociale et de son cheminement politique personnels. Mais nous partageons tous la même analyse du système colonial imposé par la France au peuple algérien et le même engagement pour un avenir d’estime et d’amitié entre français et algériens, et de coopération entre les deux états. Plus de quarante-cinq ans après l’accession de l’Algérie à l’indépendance et après plusieurs espoirs déçus d’une réconciliation durable entre les deux pays, nous estimons qu’il est temps de faire entendre notre voix.

Les membres fondateurs de l’ANPNPA ne se reconnaissent pas dans les associations de rapatriés existantes. Les « amicales » rassemblant les originaires de telle ou telle ville pour des échanges de souvenirs de jeunesse, sont nostalgiques mais généralement sympathiques. La plupart des autres associations, revendiquant une représentativité qu’elles n’ont pas, nient les injustices du passé, et s’opposent à toute réconciliation entre la France et l’Algérie. Faute de contradiction organisée à l’action de ces associations, les pieds-noirs ont trop longtemps été présentés comme une communauté uniforme qui, après avoir profité du système colonial, serait animée d’une vaine nostalgie de l’Algérie française, et serait hostile à tout rapprochement des deux peuples.

L’ANPNPA a une vision radicalement différente et entend le faire savoir. Ses membres fondateurs sont issus de familles généralement installées de longue date en Algérie, et ont pour la plupart vécus les derniers temps du colonialisme et de la guerre d’indépendance. Ils s’estiment porteurs d’une mémoire qu’ils tiennent à faire partager et dont ils demandent la prise en compte par l’histoire.

L’ANPNPA souhaite contribuer à une réconciliation sincère et durable entre français et algériens et inciter les responsables des deux états à adopter une politique d’entente et de coopération fondée sur la spécificité des relations franco-algériennes marquées par 130 années de domination coloniale et d’affrontements, mais aussi par une longue fréquentation des peuples.

Les membres de l’ANPNPA fondent leurs convictions sur une analyse lucide et objective du passé et leur engagement sur les enjeux d’un avenir qu’ils croient souhaitable et possible.

En ce qui concerne le passé :

- IIs condamnent sans réserve le système colonial qui a été imposé par l’état français, avec à l’époque un large consensus national, aux populations d’Algérie. Ils dénoncent les injustices de ce système, les crimes et les violences qu’il a commis et engendrés pour s’instaurer, se maintenir et résister au désir de libération du peuple algérien.

- Ils rappellent aussi que des hommes et femmes, venus de France comme d’autres pays européens, qui ont vécu sous l’emprise de ce système et en ont été les instruments souvent inconscients et parfois les victimes, ont fait œuvre utile pour le progrès du pays et de ses populations.

- Ils rappellent que nombreux furent ceux et celles qui dénoncèrent les injustices dont ce système était la cause et qui militèrent pour son abrogation. Certains tirèrent les conclusions ultimes de leur engagement, en participant à la lutte armée, quand celle-ci s’avéra pour eux la seule issue possible. D’autres, sans aller jusqu’à ces positions extrêmes, militèrent pour une politique d’autodétermination préservant les chances d’une coexistence future.

- Ils rappellent que pour la plupart d’entre eux, comme d’ailleurs pour de nombreux militants nationalistes algériens, l’accession de l’Algérie à l’indépendance n’impliquait pas nécessairement une rupture avec la France mais pouvait au contraire inaugurer entre les deux pays et les deux peuples des relations nouvelles d’entente et de coopération.

- Ils dénoncent et condamnent sans réserve l’action de l’OAS qui par sa politique d’assassinats et de destructions aveugles a conduit les pieds noirs au désespoir et les a poussés à l’exode.

- Ils attendent des historiens l’écriture dépassionnée d’un passé aux multiples facettes, histoire qu’il est temps de transmettre aux nouvelles générations de France et d’Algérie, pour leur montrer que malgré ses drames, ses affrontements et ses violences, elle autorise la construction d’un avenir solidaire.

En ce qui concerne l’avenir :

- Ils estiment que du fait de leurs engagements passés et de leur attachement toujours très fort à l’Algérie, qui reste d’une certaine manière « leur pays », ils ont un rôle à jouer dans la construction de cet avenir, en étant plus que d’autres des « passeurs » de connaissance, d’estime et d’amitié.

- Ils entendent militer pour un renforcement de relations humaines entre les citoyens des deux pays et en France entre français de souche, résidents algériens et français d’origine algérienne. À cet égard, ils réclament une plus grande liberté de circulation des personnes entre les deux pays et dénoncent l’amalgame fait entre immigration durable et circulation temporaire des personnes.

- Ils entendent militer également pour l’instauration entre l’Algérie et la France de relations de partenariat exemplaires, exemptes de facteurs de domination et valorisant les complémentarités des deux pays afin de bâtir, ensemble et dans l’intérêt mutuel de leurs peuples, un avenir durable de prospérité partagée.

- Ils entendent dénoncer les manœuvres de toutes natures des nostalgiques du passé, figés sur des positions rétrogrades et revanchardes, et par contre soutenir ou proposer des initiatives allant dans le sens de la réconciliation et la solidarité.

Les fondateurs de l’ANPNPA estiment que les pieds noirs qui partagent ces convictions et cet espoir sont nombreux. Ils les appellent à rejoindre l’ANPNPA et à y amener leurs amis