Histoire coloniale et postcoloniale

Nous contacter

Accueil > racisme, antisémitisme, xénophobie > Israël/Palestine > Gaza > humaniser et non légitimer la guerre

humaniser et non légitimer la guerre

dimanche 31 août 2014, par la rédaction

Le CICR — Comité international de la Croix-Rouge — , créé en 1863, œuvre dans le monde entier pour fournir une assistance humanitaire aux personnes frappées par un conflit ou une situation de violence armée et faire connaître les règles qui protègent les victimes de la guerre.

On peut se demander, avec Sylvain Thévoz, conseiller municipal de la ville de Genève, si la participation du CICR, aux côtés de l’INSS (The Institute for National Security Studies), « l’une des institutions militaires les plus influentes en Israël, à une conférence au titre pour le moins cynique sur "les défis de la guerre dans des zones densément peuplées" », est bien conforme à son mandat. Nous reprenons en bas de cette page la lettre ouverte de Sylvain Thévoz au directeur du CICR demandant au CICR de renoncer à sponsoriser cette conférence.

CICR : humaniser la guerre ou la sponsoriser ?

par Sylvain Thévoz, Conseiller municipal de Genève, le 28 août 2014 [1]


Genève et le monde entier fêtent cette année les 150 ans d’existence de cette institution crée par Henry-Dunant sur le champ de bataille de Solférino. Les drapeaux du CICR ont belle allure sur le pont du Mont Blanc. Comme genevois, élu au conseil municipal de la Ville de Genève, je suis fier de cette institution qui porte haut le nom de notre ville aux quatre coins de la planète, envoie des hommes et des femmes au péril de leur vie parfois dans des zones instables ou en guerre pour fournir protection et assistance aux victimes de conflits armés et d’autres situations de violence, apporter une aide humanitaire dans les situations d’urgence.

Monsieur Yves Daccord, directeur du CICR, présentait dans la Tribune de Genève de ce lundi les objectifs éminemment louables du CICR d’humaniser la guerre. Cette phrase d’humaniser la guerre a fait écho en moi à une pétition [2] lancée le 27 juillet pour demander au CICR de renoncer à participer aux côtés de l’INSS (The Institute for National Security Studies), l’une des institutions militaires les plus influentes en Israël, à une conférence au titre pour le moins cynique sur "les défis de la guerre dans des zones densément peuplées".

Alors que plus de 2130 humains ont péri dans la bande de Gaza sous les missiles de Tsahal dont 577 enfants broyés sous les bombes à haute précision, en regard de 64 soldats israéliens et de 4 civils, il semble difficile d’adhérer à l’idéologie d’une guerre propre et chirurgicale défendue par l’INSS. L’INSS formate le discours politique en Israël sur les questions de "sécurité". Il est donc pour le moins troublant qu’après plus de 40 jours de bombardements israéliens à Gaza ayant vu la destruction d’hôpitaux, d’écoles, de mosquées et d’une quantité astronomique de maisons, le CICR maintienne sa participation à la co-organisation d’un tel événement prévu tout d’abord le 4 septembre et repoussé désormais au 2 décembre comme annoncé sur le site de l’INSS [3].

Il y a 1.8 millions de personnes à Gaza répartis sur une surface de 360km². Cela fait une densité de 4726 habitants au kilomètre carré. Prétendre vouloir relever le défi de la guerre dans des zones densément peuplées est une mascarade ou pire, du cynisme. Y participer, de la part du CICR, m’interpelle fortement.

Sponsoriser une conférence à Tel-Aviv sur le bon usage de la guerre ?

L’INSS est avant tout un institut qui a pour objectif de couvrir et légitimer les crimes de guerre commis par les forces armées israéliennes. Le directeur de l’INSS, Amos Yadlin est un ex-général des forces armées israéliennes ayant servi durant des années au plus haut niveau à la tête des forces de renseignements d’Israël (Israeli Military Intelligence Directorate). Il a joué un rôle proéminent dans les crimes de guerre commis à Gaza en 2008 et 2009 et lors de l’attaque du Mavi Marmara (Le 31 mai 2010 le Mavi Marmara, bateau sur lequel ont embarqué des militants propalestiniens a cherché à rejoindre Gaza. Il est arraisonné par l’armée israélienne. 9 militants des droits de l’homme sont tués lors de l’opération.)

Bien sûr, c’est la mission même du CICR d’aller à la rencontre des criminels de guerre et de ceux qui en sont soupçonnés, de parler avec toutes les parties, sans états d’âme afin de protéger la vie et la dignité des victimes de conflit armés et d’autres situations de violence, leur porter assistance. Mais est-il pour autant nécessaire de légitimer leurs conduites et par là renforcer leur influence ?

Sponsoriser une conférence sur le bon usage des roquettes à Gaza ?

Le CICR l’affiche sur son site : la confidentialité est une des valeurs cardinales de l’institution. Pourquoi passer alors à l’exhibition concernant cette conférence ? Comment imaginer la manière dont cela est perçu par les palestiniens de Gaza toujours sous les bombes (3 tués à ajouter au compteur aujourd’hui) et par toute personne attachée aux valeurs de la neutralité ? Et puis : combien de palestiniens ont-ils été invités à cette conférence déjà ? Il est problématique pour le CICR, et donc pour Genève, de s’afficher ostensiblement avec l’une des parties en conflit et d’aller même jusqu’à sponsoriser une conférence internationale sur les défis de la guerre dans les zones densément peuplées. Que penserait-on du CICR s’il sponsorisait une conférence à Gaza sur le bon usage des roquettes afin d’humaniser la guerre ?

Pour le droit des humains pas le droit du plus fort

Certes, le travail du CICR exige de mener des tractations derrière des portes closes et de travailler avec toutes les parties en présence, mais quel rapport avec celui de se montrer et faire récupérer sur le site web de l’INSS en sponsorisant à Tel Aviv une conférence ? L’INSS est ravi de placer l’annonce de l’événement conjoint avec le CICR sur son site web ; récupérer l’événement à son avantage. Quel gain en tire le CICR et quels sont ces objectifs ?

Parler avec des criminels de guerre est une chose, leur sponsoriser des conférences en est une autre. Alors que le CICR fête ses 150 ans, a-t-il, dans les vapeurs de sa fête, oublié quelques uns de ses principes de base ?

De la politique de confidentialité à celle de l’exhibitionnisme ?

Comme citoyen genevois, admirateur de l’institution du CICR, je suis gêné et emprunté que notre institution s’affiche d’une manière aussi ostensible avec le belligérant d’un conflit. S’agit-il d’un changement de politique, visant à passer de la politique de confidentialité à celle de l’exhibitionnisme ? Ou est-ce l’expression d’un choix de soutien qui a été fait ? Auquel cas l’impartialité, la neutralité et l’indépendance du CICR, sa marque intime, son pedigree, s’en trouvent mis à mal.

Le CICR doit maintenant rapidement se positionner, soit en refusant de sponsoriser cette conférence à Tel-Aviv, soit en s’expliquant sur les raisons qui l’ont poussé à le faire ainsi qu’à maintenir sa présence en ces lieux. Humaniser la guerre, c’est un magnifique slogan, mais si cela signifie vivre avec la destruction de civils et collaborer avec une institution qui légitime cette guerre, c’est très grave.

Sylvain Thévoz


Lettre ouverte au directeur du CICR [4]

Cher Monsieur Daccord,

Monsieur le directeur Général du CICR

Je vous écris pour une question précise et politique. Je vous fais parvenir ci-joint un texte publié sur le site de la Tribune de Genève touchant au soutien qu’accorde le CICR à l’organisation d’une conférence à Tel-Aviv sur « les défis de la guerre dans les zones densément peuplées ».

Je m’étonne, dans ce billet, de votre partenariat avec l’INSS (The Institute for National Security Studies) et donc du crédit donné à une institution ayant pour objectif de couvrir et légitimer les crimes de guerre commis par les forces armées israéliennes. Le directeur de l’INSS, Amos Yadlin, a joué un rôle proéminent dans les crimes de guerre commis à Gaza en 2008 et 2009. Il tient des meetings réguliers avec le président israélien, le premier ministre israélien, le commandant des armées, et le ministre de la défense israéliens pour planifier des stratégies de combat. L’INSS est intimement lié à l’appareil militaire et stratégique israélien.

Une conférence unilatérale, inefficace, et légitimant la guerre

S’agit-il vraiment, selon vous, dans ce genre de conférence, d’humaniser la guerre ? Et si oui, comment expliquez-vous malgré les deux éditions précédentes de cette conférence, leur échec complet, au vu du bilan terrible en victimes humaines de l’été 2014 à Gaza (2’130 morts dont 577 enfants) ? Ma question : le CICR peut-il vraiment continuer de soutenir et financer une conférence unilatérale et inefficace en légitimant des faiseurs de guerre ?

J’ai lu attentivement votre entretien dans la Tribune de Genève de ce lundi [5]. Votre terme « d’humaniser la guerre » m’a questionné. Je me demande s’il est souhaitable et même possible « d’humaniser la guerre ». C’est bien entendu une très vaste question. J’aurai plutôt tendance à répondre non. La guerre doit être combattue. Pas humanisée. Votre expérience et l’engagement constant et respectable du CICR me poussent à vous faire confiance sur la ligne que vous choisissez. Vous vous étonnerez peut-être de la transparence et l’ouverture avec laquelle j’amène cette discussion sur la place publique. Cela fait sûrement rupture et peut-être désordre avec les pratiques diplomatiques des bons offices et de la discrétion. Toutefois, je crois que si les choses changent peu, les temps évoluent, et si les pratiques de la confidentialité et de la diplomatie derrière des portes closes ont du bon, il est nécessaire aussi, en démocratie, que les choses se déroulent dans la transparence et soient débattues à l’air libre. Je trouve choquante la non-réponse du CICR à la pétition lancée début juillet par des citoyen-ne-s du peuple palestinien demandant au CICR de se retirer de cette conférence. Paradoxalement, le CICR prétend aider un peuple, et en même temps il ne lui répond pas et nie sa demande. Cela me pousse à vous interpeller ouvertement.

C’est bien entendu la mission même du CICR d’aller à la rencontre des criminels de guerre et de ceux qui en sont soupçonnés, de parler avec toutes les parties, sans état d’âme, mais est-il pour autant nécessaire de légitimer leurs conduites et par là de renforcer leur influence ? Ce n’est pas le participation et le dialogue qui est ici en cause. C’est le fait que le CICR co-organise un tel événement qui est non seulement problématique mais contraire aux principes du CICR. « Le mieux » (plus d’humanisme) ne serait-il pas là le mortel ennemi du bien (ne pas légitimer la guerre)" pour citer Montesquieu ? Que penserait-on du CICR s’il sponsorisait une conférence à Gaza sur le bon usage des roquettes afin d’humaniser la guerre ? En s’affichant pareillement comme organisateur de cette conférence aux côtés de colonels et de faiseurs de guerre, le CICR trahit ses principes d’impartialité, de neutralité, et d’indépendance que nous fêtons fièrement à Genève à l’occasion des 150 ans de cette magnifique institution. Le nom de notre ville et sur une emblème que vous associez étroitement aux généraux d’une armée coloniale. Pouvez-vous aussi, en passant, m’indiquer, en tant que co-organisateur, pourquoi cette conférence, initialement prévue le 4 septembre à Tel-Aviv, a été déplacée au 2 décembre 2014 ?

Je souhaiterai des réponses de votre part à ces questions. Il est important désormais que le CICR se positionne. Soit en envoyant au diable les citoyens palestiniens et leur pétition en maintenant votre financement et votre participation à cette conférence à Tel-Aviv, en expliquant alors qu’elles sont les raisons qui vous poussent à le faire ainsi qu’à maintenir votre présence en ces lieux, soit, et je le souhaite, vous refusez de sponsoriser cette conférence et reprenez une posture neutre, impartiale. Humaniser la guerre, c’est un magnifique slogan, mais si cela signifie vivre avec la destruction de civils et collaborer avec une institution qui légitime cette guerre, c’est très grave, et cela déshumanise l’humanité.

Le CICR n’a bien entendu pas pour mission de supprimer ou d’empêcher les guerres. A-t-il pour autant fonction de la légitimer et de lui rendre un vernis humaniste en lustrant les pompes de ceux qui la font ? Il est peut-être important (pour qui ?) que le CICR dialogue et participe à ce genre d’événement, mais qu’il en soit le sponsor et co-organisateur donne beaucoup trop de légitimité et de crédit aux faiseurs de guerre. Cela entame l’impartialité et la neutralité de cette institution.

La guerre ne s’arrêtera bien entendu pas du fait des institutions humanitaires, mais on peut se poser la question aussi de savoir si, par certains choix, elle ne se prolonge pas parfois du fait de trop de complaisance de la part de celles-ci.

Je vous prie de trouver ci-joint le lien de la pétition [2] provenant de citoyens palestiniens et du monde entier demandant au CICR de renoncer à sponsoriser la 3e conférence internationale sur les défis de la guerre dans des zones densément peuplées à Tel-Aviv, et demandant au CICR de prononcer des excuses du fait d’avoir co-organisé, participé, et financé les conférences précédentes qui se sont déroulées sous les mêmes auspices, sur le même sujet, et pour des résultats sur le terrain tout aussi nuls. Pour ma part, je la soutiens totalement.

Avec mes meilleures salutations et l’expression de mon entière considération.

Sylvain Thévoz, Conseiller municipal Socialiste, Ville de Genève



[2Lien pour signer la pétition demandant au CICR de renoncer à sponsoriser la 3e conférence internationale sur les défis de la guerre dans des zones densément peuplées :
https://www.change.org/p/mr-de-maio....

[3Le site de l’INSS :http://www.inss.org.il.