Histoire coloniale et postcoloniale

Nous contacter

Accueil > après les empires coloniaux > la France et l’Afrique > Rwanda et Burundi > génocide des Tutsi : pour une reconnaissance des responsabilités (...)

génocide des Tutsi : pour une reconnaissance des responsabilités françaises

vendredi 5 avril 2013, par la rédaction

Un appel repris du site Mémorial98

Génocide des Tutsi : pour une reconnaissance des responsabilités françaises

À la veille du 19e anniversaire du début du génocide des Tutsi au Rwanda, le 6 avril 1994, un événement judiciaire d’importance vient de se produire, suite au long combat des réscapés et des associations. Un membre de l’armée rwandaise de l’époque, Pascal Simbikangwa, devrait être le premier Rwandais poursuivi en France pour son rôle présumé dans le génocide de 1994, après avoir été interpellé à Mayotte. Comme le Parquet l’avait fait il y a quelques semaines, les juges d’instruction du Tribunal de grande instance de Paris (TGI) ont décidé de renvoyer cet ancien militaire rwandais devant la cour d’assises pour « complicité de génocide » et de crimes contre l’humanité. Sur la vingtaine de plaintes déposées à Paris par le Collectif des parties civiles pour le Rwanda (CPCR), c’est la première fois qu’un dossier va aussi loin.

Alain Gauthier Président du Collectif des parties civiles pour le Rwanda (CPCR) a déclaré : « Les choses bougent véritablement et j’espère qu’on va aller dans un avenir proche vers d’autres procès. Le génocide des Tutsis a été perpétré, il y a bientôt vingt ans et jusqu’à maintenant la France n’avait jugé personne. Il est urgent vraiment que non seulement ce premier procès ait lieu mais que beaucoup d’autres procès suivent aussi rapidement parce que le temps raisonnable est déjà dépassé depuis tellement longtemps. »

A l’approche du 20e anniversaire de ce génocide qui vit la mort de 800 000 personnes massacrées sans que les gouvernements ni l’ONU n’interviennent, il faut faire la lumière sur les complicités d’autorités françaises dans la préparation du génocide et sa mise en œuvre. Alors que les manipulations judiciaires à caractère négationniste ont été balayées (voir Rwanda : une claque aux négationnistes) François Hollande et le gouvernement doivent assumer le passé trouble de la France au Rwanda. Il serait insupportable de devoir attendre une reconnaissance pendant 51 ans comme pour le massacre des Algériens à Paris du 17 Octobre 1961.

Nous soutenons toutes les initiatives qui vont dans le sens de cette reconnaissance, comme celle du collectif citoyen.

Nous appelons comme chaque année à rejoindre les commémorations du génocide organisées à l’initiative de l’association Ibuka France dans plusieurs villes : Montpellier, Paris, Lille, Bordeaux, Toulouse, Strasbourg, Rennes, Cluny, Lyon, Dieulefit, Rouen ...

On notera cette année une concomitance des dates avec la journée de commémoration des morts de la Shoah pendant laquelle aura lieu notamment la traditionnelle lecture des noms des déportés dans l’enceinte du Mémorial de la Shoah à Paris du dimanche 7 avril 2013 à 19h30 au lundi 8 avril à 18h.

Un colloque international co-organisé avec le Mémorial de la Shoah sur le thème : "Le génocide des Tutsi au Rwanda. 1993 : Que savait-on un an avant le génocide ?" aura lieu dimanche 26 mai 2013, de 9h30 à 18h00,
dans ce même Mémorial, 17 Rue Geoffroy l’Asnier, 75004 Paris, Métro Pont Marie (ligne 7) ou Saint Paul (ligne 1)

Mémorial98