Histoire coloniale et postcoloniale

Nous contacter

Accueil > racisme, antisémitisme, xénophobie > le Front national > à Cogolin, le premier adjoint est violent

à Cogolin, le premier adjoint est violent

samedi 3 mai 2014

Cogolin, avec Fréjus et Le Luc, fait partie des trois villes du Var qui ont été gagnées par le FN aux élections municipales du 30 mars dernier.
La joie du nouveau maire aura été de courte durée : des difficultés s’annoncent du côté de l’Office de tourisme et d’animation culturelle. Et on apprend par la presse que le premier adjoint de Cogolin, policier municipal à Cannes, est déjà “connu des services de police” ...
[Mis à jour le 3 mai 2014] – Le 1er adjoint de Cogolin (liste FN) Eric Masson, brigadier-chef, a été désarmé : il n’est plus autorisé à porter son arme de service. Une procédure a parallèlement été engagée afin qu’il n’exerce plus ses fonctions au sein de la ville de Cannes [1].

Mais revenons aux choses sérieuses : le Conseil municipal est convoqué jeudi 24 avril à 18h30 pour une réunion exceptionnelle dont l’objet portera sur la nomination de Monsieur Georges Farnet en qualité de Capitaine de Ville et de Laura Risso, Porte Enseigne pour l’année 2014. Il s’agit des “bravades”, fêtes traditionnelles qui commémorent le rassemblement des compagnies de gens armés qui défendaient le village des incursions sarrasines – d’après la tradition ...

[Mis en ligne le 19 avril 2014, mis à jour le 3 mai]


Le nouveau maire FN de Cogolin
Marc-Etienne Lansade se dit "très heureux"

par Vincent Bourquin, étudiant, IUT journalisme Cannes
France 3 Côte d’Azur le 31 mars 2014


"Merci à tous. Je ne vous décevrai pas." Les premiers mots de Marc-Etienne Lansade, le nouveau maire élu sont clairs. "Je veux être le maire de tous les Cogolinois dans le respect et les lois de la République."

Marc-Etienne Lansade, nouveau maire FN de Cogolin, entouré de son équipe (© Vincent Bourquin)

L’attente était interminable. FN, pas FN ? A Cogolin, plus de 500 personnes s’étaient attroupées sur le parvis de l’hôtel de ville pour connaître le futur le maire. A l’annonce des résultats, un mélange de joie et de rancoeur s’échappait de la foule.

"Une France forte"

D’un côté, les électeurs du Front National. Très satisfaits du score de leur candidat Marc-Etienne Lansade (53,1 % des voix), ils se félicitaient chaleureusement, appelant à "une victoire d’une France forte voulue et assumée." Chacun allant de son mot, les adjectifs semblaient manquer : "historique", "exceptionnel", "incroyable" ... Pour la première fois, Cogolin venait d’élire un candidat FN. "Le changement c’est vraiment maintenant" estimait un ancien pêcheur retraité.
Marc-Etienne Lansade n’a pas voulu "donner l’opportunité à ceux qui n’ont pas voté pour moi de siffler la Marseillaise." Et d’ajouter :

"Je suis très heureux de cette victoire, j’ai des ambitions pour Cogolin et je vais prendre mes responsabilités comme il se doit."

"On est en colère"

De l’autre, des jeunes révoltés par ce succès. Amassés, ils s’exclamaient "Cogolin fachos", "On est chez nous" ou encore "on est aussi français que vous". Entre deux noms d’oiseau, l’un d’eux explique : "Personne ne connaît ce maire, il ne vient jamais à Cogolin. On est en colère car la France devient beaucoup trop raciste. Personne ne nous écoute, alors on s’exprime à notre manière." Lui a voté aux deux tours, mais plus en signe de protestation que par adhésion à un programme.

Le calme est revenu grâce à la présence des forces de l’ordre.

________________________

Le comportement douteux d’un élu varois, policier à Cannes

par Gaëtan Peyrebesse, Var Matin le 19 avril 2014


Policier municipale de Cannes, Eric Masson est aussi premier adjoint FN chargé des finances à Cogolin. Il aurait une fâcheuse tendance à se montrer menaçant. Une plainte est déposée. L’élu dément.

Depuis le 28 février dernier, impossible pour les policiers municipaux de Cannes de monter au premier étage de l’hôtel de ville avec leur arme. Pourquoi ? La veille, un incident pour le moins incongru est survenu dans les bureaux du service des ressources humaines.

Ce jour-là, deux policiers débarquent. Un est particulièrement remonté. Le brigadier-chef Eric Masson veut qu’on lui paie trois jours qui ne figurent pas sur son bulletin de salaire. Il explique qu’ils ont servi à assumer son rôle de gendarme réserviste. À la DRH, on lui rétorque qu’il n’y a aucun justificatif de son absence.

Le ton monte. Le policier s’énerve contre les employées présentes. Une responsable arrive et refuse de se plier à la réclamation du fonctionnaire. L’ambiance est électrique. À un moment, l’agent s’avance vers la responsable et, selon des témoins, approche sa main de l’étui de son arme comme pour la saisir. Effroi des employées.

Ceinturé

Face à ce geste, l’autre policier ceinture son collègue, qui donne alors un coup de pied dans une étagère. Qui s’écroule dans un fracas et les cris des employées. Tout l’étage se précipite.

Une version qu’Eric Masson, réfute en bloc. « Les bras m’en tombent. Il y a eu un petit incident. Je me suis expliqué. Il n’y avait rien d’agressif, ni de délictuel. Je n’ai d’ailleurs eu aucune sanction. Je n’aurai pas mimé une manipulation d’arme, alors que je venais pour mes missions de gendarme et en pleine élection municipale », justifiait-il, hier, par téléphone.

Car Eric Masson n’est pas seulement policier municipal à Cannes. Depuis les dernières élections, il est également le premier adjoint, délégué aux finances, de la nouvelle municipalité Front national de Cogolin, dans le Var.

Des antécédents

Après l’esclandre du 27 février, une des employées s’est rendue au commissariat de Cannes pour porter plainte. Celle-ci est en cours d’instruction.

Pour Eric Masson, « on cherche à me nuire. C’est peut-être de la jalousie. S’il y avait eu quelque chose, je ne serais pas en train de vous parler aujourd’hui ».

Le policier a pourtant déjà fait l’objet de rapports sur son comportement. En juin 2009, alors qu’il intervient avec une autre patrouille et qu’un de ses collègues lui fait une remarque, il saisit son arme, sort de son véhicule et dirige le canon vers les autres policiers. Il manipule un moment son revolver avant de le rengainer.

Une note de la direction de la police municipale viendra clore cette péripétie. L’agent qui « a récemment fait preuve d’une déviance comportementale » est transféré au service de jour « afin d’apaiser le climat délétère qui règne » dans celui de nuit.

Il fait également partie du groupe d’agents qui avait participé à la douteuse douche à la chantilly sur une jeune policière en 2011. Une soi-disant blague de potache qui avait pourtant défrayé la chronique.

________________________

L’office de tourisme de Cogolin dans la tourmente
depuis la victoire du FN

Var Matin, le 18 avril 2014


Jeudi soir 17 avril, l’assemblée générale de l’office de tourisme et d’animation culturelle de la ville de Cogolin a pris des allures de fin de vie.

La raison ? L’absence, au dernier moment, des quatre élus de la nouvelle municipalité FN devant siéger au conseil d’administration. Cela sans aucune explication, sinon qu’il était envisagé de ne laisser que le volet tourisme à l’association. Il fut également question d’un possible licenciement du personnel (quatre personnes).

En attendant, un nouveau conseil d’administration a été élu afin de gérer les affaires courantes. Quant à la fameuse politique de la chaise vide, elle n’a pas été vraiment appréciée par les nombreux présents, notamment des acteurs de la vie économique de la cité.


[1Référence : Var Matin le 3 mai 2014 : http://www.varmatin.com/cogolin/le-....