Histoire coloniale et postcoloniale

Nous contacter

Accueil > racisme, antisémitisme, xénophobie > les étrangers > les migrants > Tourves accueille des migrants

Tourves accueille des migrants

mardi 18 octobre 2016

Depuis l’annonce, voici une semaine, de l’arrivée prochaine dans le village vacances de la CCAS EDF de Tourves, de 90 jeunes hommes en provenance du camp de Calais, très peu d’informations ont été communiquées aux habitants par les services de l’État. Le collectif migrants de Toulon invite tous ceux qui déplorent cette situation à rejoindre un collectif en cours de constitution à Tourves, et à participer à une réunion d’information publique qui aura lieu le mardi 18 octobre, à 18 h 30, à l’espace culturel Jean-Baptiste-Menut.

[mise en ligne le 18 octobre2016, mise à jour le 20]


Jeudi 13 octobre, Sabry Hani, sous-préfet chargé de la mission Politique de la ville, était accueilli en mairie par les élus du conseil municipal de Tourves afin de les informer des détails du dispositif d’accueil des migrants. [1]

Un collectif "citoyen" de soutien à l’accueil des réfugiés s’est constitué à Tourves, le 11 octobre 2016. Des groupes de travail se sont mis en place, un tract a été mis au point, une banderole « un refuge pour les réfugiés » a été fabriquée ainsi que des pancartes ...

Le collectif migrants de Toulon soutient cette initiative et appelle tous ceux qui refusent les dérives xénophobes auxquelles on assiste, à rejoindre le collectif de Tourves.

Communiqué du « collectif migrants »

Réuni le 13 octobre 2016 à la Bourse du Travail de Toulon

90 réfugiés issus du camp de Calais doivent être accueillis à Tourves dans les locaux du centre de vacances CCAS de l’EDF, à partir du mois de novembre 2016.

Des habitants de Tourves, solidaires des migrants, se sont réunis en collectif pour faire entendre une voix hospitalière dans leur commune. Ils souhaitent se manifester à la réunion publique d’information organisée par le Maire mardi 18 octobre 2016 à 18 h 30 à l’Espace culturel JB Menut.

Le « collectif migrants » exige de l’Etat qu’il agisse dans la concertation et qu’il joue pleinement son rôle en mettant en œuvre tous les moyens nécessaires à l’accompagnement sanitaire, social et juridique des migrants. Nous demandons au Préfet d’organiser l’accueil de ces personnes avec la recherche d’équilibre entre les communes.

Nous nous opposons à la haine et au rejet et nous demandons au Préfet de faire appliquer la loi.

Le « collectif migrants » apporte son soutien aux Tourvains favorables à l’accueil des migrants et appelle à les rejoindre le 18 octobre à Tourves pour dire haut et fort que les migrants, venant chercher refuge dans le Var, sont les bienvenus. Ces personnes en détresse ont droit à un accueil digne et humain.

Organisations signataires :

  • CIMADE, CCFD-terre solidaire, Indignés, LDH (Comité régional PACA et sections de Toulon, La Seyne, Draguignan, Nice, Cannes-Grasse), RESF83, RUSF83, VPJM
  • Confédération Paysanne, FSU, Solidaires, UNL
  • EELV83, Ensemble83 !, MJCF Toulon, NPA83, PCF Toulon, PG 83

et des citoyens varois associés à l’action.

Les collectifs migrants veulent se faire entendre

par Guillaume de Saint-Vulfran, La Marseillaise du 18 octobre 2016


[...] L’État envisage de créer deux nouveaux centres d’accueil et d’orientation (CAO) dans le département du Var. L’un à Pierrefeu, dans un bâtiment désaffecté de l’hôpital psy de Pierrefeu, l’autre dans un ancien centre de vacances d’EDF à Tourves. On connaît aussi la triste réaction que cela a entraîné : motions, manif anti-migrants, récupération politique... Le tout dans un climat nauséabond. Et pourtant rien n’est fait. Après les manifestations réactionnaires de Pierrefeu du 8 octobre dernier, c’est Tourves, et son maire Jean-Michel Constans (DvD) qui prennent le relais, en organisant ce soir à 18h30 une réunion publique sur le sujet, à l’espace J.B. Menut. Si ce n’est que des voix contraires s’élèvent. Fort heureusement.

Les faits ? Rappelons-le, 90 réfugiés issus du camp de Calais doivent être accueillis à Tourves dans les locaux du centre de vacances CCAS de l’EDF, à partir du mois de novembre 2016. A Tourves, la constitution d’un collectif migrant s’est faite spontanément, autour de nombreux citoyens, mais aussi au niveau départemental, autour de 17 associations, organisations syndicales et politiques varoises. « Ensemble nous voulons faire entendre une voix fraternelle et hospitalière, une parole favorable à l’accueil des migrants et réfugiés, une parole qui se distingue des messages d’hostilité et de rejet véhiculés dans notre département », rappelle Laurent Gilbert, membre du Réseau éducation sans frontières. « Cette situation est inacceptable : une autre voix doit se faire entendre dans le département. » Et cela dès ce soir où une prise de parole est prévue.

Réuni le 13 octobre à la Bourse du Travail de Toulon, le collectif migrants, en fonction depuis des mois, exige pour sa part « de l’État qu’il agisse dans la concertation et qu’il joue pleinement son rôle en mettant en œuvre tous les moyens nécessaires à l’accompagnement sanitaire, social et juridique des migrants », rappelle-t-il dans un communiqué.

Demande d’audience au préfet

Et de poursuivre : « Nous demandons au préfet d’organiser l’accueil de ces personnes avec la recherche d’équilibre entre les communes. Nous nous opposons à la haine et au rejet et nous demandons au préfet de faire appliquer la loi. Le collectif migrants apporte son soutien aux Tourvains favorables à l’accueil des migrants et appelle à les rejoindre le 18 octobre à Tourves pour dire haut et fort que les migrants, venant chercher refuge dans le Var, sont les bienvenus. Ces personnes en détresse ont droit à un accueil digne et humain. » C’est dit.

« Mais nous n’en resterons pas là », ajoute Laurent Gilbert (RESF). « Un courrier a été envoyé pour rencontrer le préfet sur les questions d’accueil. Beaucoup de questions restent en suspens : combien y aura-t-il d’autres personnes ? Quels sont les autres projets ? Comment peut-on les accompagner de la meilleure des façons ? Pour l’heure, il ne s’agit que du démantèlement sans préparation du camp de Calais. Dans le même temps, moins de 1000 personnes sur le plan réfugiés de l’Union européenne, sur 30 000 prévus, dont une famille sur le Var, ont été accueillis : c’est indigne alors que nous sommes aux portes d’une catastrophe humanitaire », conclut le militant.

Guillaume de Saint Vulfran


[1L’édition dui 15 octobre 2016 de Var Matin publie un entretien avec le souis-préfet Sabry Hani, un exercice qui, il l’espère, permettra d’apaiser les tensions qui règnent au village depuis ces derniers jours.