Histoire coloniale et postcoloniale

Nous contacter

Accueil > Roms et gens du voyage > Hollande, Valls et les Roms > Roms : où allons-nous ?

communiqué du collectif Romeurope

Roms : où allons-nous ?

vendredi 20 septembre 2013

Les déclarations récentes du maire UMP de Croix – il a laissé entendre qu’il soutiendrait quiconque "commettrait l’irréparable" contre un Rom – ont fait couler beaucoup d’encre. Le plus inquiétant est qu’elles s’insèrent dans le discours de stigmatisation des Roms tenu par des dirigeants UMP – Christian Estrosi, Nathalie Kosciusko-Morizet ... –, pendant que les démantèlements de camps illicites se poursuivent sous la férule d’un ministre socialiste.

"Une phrase maladroite" qu’il "regrette", ainsi Régis Cauche, maire UMP de Croix, dans l’agglomération lilloise, qualifiait-il, mardi 17 septembre, les propos rapportés dimanche par La Voix du Nord. "Si un Croisien commet l’irréparable, je le soutiendrai", avait-il déclaré.

Communiqué du collectif Romeurope [1]

Où allons-nous ?

Le CNDH Romeurope condamne avec force les déclarations meurtrières du Maire de Croix dans le Nord, qui sont non seulement irresponsables, mais contraires à la loi. Le Collectif apportera son soutien aux associations anti-racistes qui porteraient plainte contre ces propos.

Le CNDH Romeurope rappelle qu’il a publié récemment une brochure pour lutter contre les idées reçues [2] à l’égard des migrants Roms en situation précaire, à disposition de l’ensemble des citoyens, des candidats aux élections municipales et responsables politiques afin de savoir de qui on parle et lutter ainsi contre les discriminations. Il s’agit d’un outil pédagogique, particulièrement utile dans des périodes où certains représentants politiques visent une population, en raison d’une origine ethnique réelle ou supposée, en exprimant des propos racistes et incitant à un déchainement de violences à leur encontre. Cibler des boucs émissaires se révèle être une stratégie électoraliste à courte vue et contraire aux valeurs de la République. C’est un comportement irresponsable qui menace la cohésion sociale dans notre pays. Nos élus doivent donner l’exemple !

Nous sommes et serons particulièrement vigilants durant cette période aux propos d’élus ou de candidats qui font et feront le choix d’un discours de haine. Nous attendons du Gouvernement depuis longtemps une parole forte, et des responsables des partis politiques qu’ils assument une même ligne républicaine en sanctionnant ces propos publiquement.

Paris, le 17 septembre 2013

Des propos qui s’insèrent dans toute une série de déclarations d’élus UMP :

  • En juillet dernier, Christian Estrosi, député-maire de Nice, s’était illustré en promettant de "mater" Roms et tsiganes dans sa ville.
  • Lundi 16 septembre, Nathalie Kosciusko-Morizet, députée de l’Essonne, a souhaité le rétablissement d’arrêtés "anti-mendicité agressive", première partie d’un "dispositif qui vise à terme l’expulsion" de "bandes de Roms" qui cherchent à "dépouiller" la population [3].
    Des propos qu’elle a repris par la suite, déclarant : « J’ai l’impression que les Roms harcèlent beaucoup les Parisiens". [4]
  • Ce jeudi 19 septembre, Rachida Dati aurait déclaré que "les Roms harcèlent les gamins à la sortie de l’école". [5]
  • "De nombreux Roms sont venus prendre possession de la ville de Paris", écrit Bernard Debré, député de Paris, sur son blog. [6]

Des dérapages qui n’ont pas grand chose à envier aux provocations de Jean-Marie Le Pen !

Et pendant ce temps, les "démantèlements de campements roms illicites" se poursuivent dans des villes gérées par la gauche : à Nantes, à Lille, à Bobigny... Mais alors que la circulaire d’août 2012 prévoyait la recherche de solutions de relogement avant les expulsions, un récent rapport du collectif Romeurope rappelle que les évacuations de bidonvilles et squats se poursuivent sans aucune amélioration pour les familles.


Rappelons avec Esther Benbassa que « Les peuples heureux n’émigrent pas ».


[1Collectif National Droits de l’Homme Romeurope :

ABCR (Association Biterroise Contre le Racisme) – ALPIL (Action pour l’insertion sociale par le logement) – AMPIL (Action
Méditerranéenne Pour l’Insertion sociale par le Logement) – ASAV (Association pour l’accueil des voyageurs) –
ASEFRR(Association de Solidarité en Essonne avec les familles roumaines et rroms) – Association Solidarité Roms de SaintEtienne – CCFD-Terre Solidaire (Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement) – LA CIMADE (Comité
intermouvements auprès des évacués) – CLASSES (Collectif Lyonnais pour l’Accès à la Scolarisation et le Soutien des Enfants
des Squat) – FNASAT-Gens du voyage – Habitat-Cité – Hors la Rue – LDH (Ligue des Droits de
l’Homme) –MDM (Médecins du Monde) – MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié
entre les peuples) – PU-AMI (Première Urgence- Aide Médicale Internationale) - ROMAQUITAINE –
Rencontres tsiganes – RomActions – Romeurope 94 – Secours catholique (Caritas France) –
SICHEM (Service de Coopération Humanitaire pour les Etrangers et les Migrants) – Une famille un
toit 44 – URAVIF (Union régionale des associations pour la promotion et la reconnaissance des droits
des Tsiganes et des Gens du voyage d’Ile-de-France).

[2La brochure est téléchargeable (format pdf) : http://www.romeurope.org/IMG/pdf/20....
Une version abrégée est proposée sur ce site : Roms : les idées reçues.

[4Communiqué de la Fédération de Paris de la LDH

Paris, le 19 septembre 2013

La fédération de Paris de la Ligue des droits de l’Homme s’étonne des propos de la candidate UMP aux municipales de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet. En effet, lors d’un entretien, la députée et ancienne maire de Longjumeau s’en est pris aux citoyens européens roms.

La fédération de Paris souhaite rappeler à la candidate que ces citoyens européens disposeront dès le 1er janvier 2014 des mêmes droits que les autres citoyens européens. Plutôt que de stigmatiser des populations, la candidate devrait s’évertuer à donner sens à la fraternité républicaine et à la solidarité européenne. Pour l’aider à déconstruire les préjugés dont elle semble victime, les ligueurs parisiens sont tout à fait disposer à la rencontrer et regrettent qu’elle n’ait pas assisté aux 2 projections-débats que nous avons pu organiser les 12 et 19 septembre au cinéma Chaplin.

En élue de la République, Mme Kosciusko-Morizet devrait s’attacher à trouver des solutions de relogement dignes et s’assurer qu’aucun de nos concitoyens européens ne vit dans des bidonvilles. Aussi, les ligueurs parisiens invitent la candidate à réfléchir aux solutions pour rendre réel un droit au logement que la majorité à laquelle elle appartenait alors a voté.

Enfin, la fédération de Paris estime que Mme Kosciusko-Morizet n’a aucune leçon à donner en matière de respect des lois républicaines comme la commune qu’elle a administrée durant ces 5 dernières années ne respecte toujours pas la loi demandant à chaque commune de plus de 10 000 habitants de construire une aire de stationnement des gens du voyage.

Julien Molesin
Président de la Fédération LDH de Paris
Contact fedeparis@ldh-France.org