Histoire coloniale et postcoloniale

Nous contacter

Accueil > l’Algérie > l’affaire Audin > Maurice Audin serait bien mort aux mains de militaires français

Maurice Audin serait bien mort aux mains de militaires français

dimanche 11 mars 2012, par la rédaction

Le Nouvel Observateur du 1er mars 2012 publie un extrait d’un document inédit qui permettra, espérons-le, d’établir dans quelles conditions, le jeune mathématicien Maurice Audin a “disparu” à Alger il y a près de 55 ans. D’après la thèse officielle, il se serait évadé, mais l’opinion générale est qu’il est mort dans les mains de militaires, après avoir été arrêté par des parachutistes le 11 juin 1957 pour être conduit au centre d’interrogatoire d’El-Biar. Depuis lors, Maurice Audin avait disparu, et sa femme, Josette, n’a pu obtenir de réponse à ses questions.

Au cours de ses recherches, Nathalie Funès, qui publie ces jours-ci un ouvrage sur Le camp de Lodi, a mis à jour un document inconnu jusqu’à présent : un texte écrit de la main du colonel Yves Godard, ancien commandant de la zone Alger-Sahel, aujourd’hui décédé. Ce texte inédit, conservé avec les archives que Godard a déposé à l’université Stanford, en Californie, est le premier document signé par un officier de l’armée française qui confirme l’exécution du jeune mathématicien algérois par un militaire.

[Mis en ligne le 4 mars 2012, complété le 11]


Dans le Le camp de Lodi (page 118), Nathalie Funès rapporte que, dans ses notes, Yves Godard « a écrit noir sur blanc que Maurice Audin [...] a été exécuté par un militaire ». Et elle poursuit : «  Il anéantit les déclarations de tous les gradés de l’armée, le général Massu son supérieur en tête, qui ont tous juré sous serment devant le juge à Rennes, lors de l’instruction de l’affaire ou au cours d’autres procès, comme celui des barricades, que Maurice Audin s’était enfui. Il barre d’un trait de crayon la version officielle de l’évasion toujours soutenue plus d’un demi-siècle après par les autorités françaises. »

de la main du colonel Godard

Et elle confirme dans le Nouvel Observateur :

Le colonel Godard accuse

Extrait de « Révélations sur l’affaire Audin »,
dossier de Nathalie Funès
publié dans l’édition du 1er mars 2012 du
Nouvel Observateur (pages 10 à 14)


« Je suis prêt, à ce sujet, à répondre à toutes les questions qu’on voudra bien me poser, un jour, et je suis sûr que Massu n’en posera aucune.
J’ai moi-même affirmé à Guillaumat
[ministre de la Défense, ndlr], en décembre 1959, que Charbonnier n’était pas le meurtrier d’Audin. C’est vrai. Mais, quand on sait, comme moi et comme Massu, qu’Audin a été victime d’une "erreur" d’identité, confusion avec Alleg, l’agent d’exécution étant [...], il est permis de suspecter la bonne foi d’un officier général, actuellement commandant supérieur des troupes d’occupation en Allemagne, témoignant sous serment. »

Le colonel Godard écrit probablement ces lignes au début des années 1970. Il vit alors à Lessines, en Belgique. Ancien résistant dans le maquis des Glières en Savoie, grand officier diplômé de Saint-Cyr et couvert de médailles, il a été commandant de la zone Alger-Sahel en 1957, pendant la bataille d’Alger, avant de rejoindre les militaires putschistes en 1961 puis l’OAS. Exilé, condamné à mort, puis gracié en 1968 comme les autres « ultras » de l’Algérie française, il publie le premier tome des Trois Batailles d’Alger chez Fayard en 1972, trois ans avant sa mort. Ces notes étaient sans doute destinées au deuxième volume, jamais sorti. Elles sont conservées avec tous ses documents personnels, parmi les archives de la Hoover Institution, à l’Université Stanford,
en Californie.

Nathalie Funès


Josette Audin a écrit à Nicolas Sarkozy, après son élection à l’Elysée, en juin 2007 : « Vous qui invoquez fréquemment l’honneur de la France, ne la laissez pas, pour un temps encore, se déshonorer en cautionnant la dissimulation honteuse de cette mort. » Le président ne lui a pas répondu.

Un nouveau courrier vient de lui être adressé à l’initiative de l’Association Maurice-Audin, qui a succédé au Comité Audin. Il est signé de Benjamin Stora et de Mohammed Harbi. Les deux historiens spécialistes du conflit réclament « la levée du secret défense sur tous les documents relatifs à l’affaire » pour «  rétablir la vérité historique sur un événement marquant de la guerre d’Algérie [1] ».

Sérigraphie d’Ernest Pignon Ernest représentant Maurice Audin. Elle a été collée sur des murs d’Alger en avril 2003 (le visage a été gratté par une main inconnue).

Voir en ligne : la suite de cette page


  • Un DVD de 70 minutes, intitulé Maurice Audin - la disparition , a été réalisé en 2010 par François Demerliac. Pour en voir un extrait, cliquer ici.

[1Référence : Nathalie Funès, Nouvel Observateur du 1er mars 2012.