Histoire coloniale et postcoloniale

Nous contacter

Accueil > la reconnaissance du passé colonial > la France et son passé colonial > Macron, Le Pen, et la colonisation

Macron, Le Pen, et la colonisation

jeudi 27 avril 2017, par la rédaction

Le débat sur la colonisation, lancé par Emmanuel Macron, se poursuit. Il en sera ainsi tant que nous n’aurons pas soldé notre passé colonial. Il faut que les faits soient établis et reconnus ; à cet égard, nous avons tous un devoir de vérité [1].

Ci-dessous quelques échos des répercussions de ce débat dans la campagne électorale présidentielle d’avril 2017.

Emmanuel Macron : "La colonisation est un crime contre l’humanité"

En voyage de deux jours en Algérie, les 13 et 14 février dernier, Emmanuel Macron a répondu aux questions d’Echorouk News, en particulier sur sa vision des relations franco-algériennes. Au cours de cet entretien, le candidat d’En marche ! a notamment déclaré [2] :

« La colonisation fait partie de l’histoire française. C’est un crime, c’est un crime contre l’humanité, c’est une vraie barbarie et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face en présentant aussi nos excuses à l’égard de celles et ceux envers lesquels nous avons commis ces gestes. En même temps, il ne faut pas balayer tout ce passé. Il y a une jolie formule : “la France a installé les droits de l’homme en Algérie, simplement elle a oublié de les lire.” » Il y a eu des crimes, de la torture, des barbaries. Mais je ne veux pas qu’on tombe, tout en reconnaissant ce crime, dans la culture de la culpabilité. »


Interrogé en novembre dernier par Le Point sur "les pages les moins glorieuses de notre histoire", Emmanuel Macron avait évoqué dans sa réponse "des éléments de civilisation" dans la colonisation de l’Algérie [3] :

« Oui, en Algérie, il y a eu la torture, mais aussi l’émergence d’un État, de richesses, de classes moyennes, c’est la réalité de la colonisation. Il y a eu des éléments de civilisation et des éléments de barbarie. »

Le candidat d’En marche ! semble aujourd’hui proche de la position de François Hollande sur ce sujet. En 2012, ce dernier avait notamment dénoncé devant le Parlement algérien un système colonial « injuste et brutal », reconnaissant également « les souffrances que la colonisation a infligées au peuple algérien ». Emmanuel Macron lui rend d’ailleurs hommage durant son interview à Echorouk News, saluant les efforts du président pour restaurer durant son quinquennat une relation « stable » et « forte » avec l’Algérie.

Ces propos ont suscité l’émoi chez certains de nos compatriotes. Dans un message vidéo posté sur Facebook, Emmanuel Macron s’est adressé à ceux qui avaient pu être choqués par ses déclarations. Il s’est justifié en expliquant notamment que la France et l’Algérie pouvaient et devaient « construire une nouvelle relation qui n’enlève rien à la mémoire de chacun » .

--------------------------------------

Marine Le Pen estime que la colonisation a « beaucoup apporté à l’Algérie »

Après ses propos polémiques sur la rafle du Vél’ d’Hiv, la prise de position de la candidate FN à la présidentielle n’ont pas surpris. Elle a estimé le 19 avril sur BFMTV que la colonisation avait beaucoup apporté à l’Algérie [4] :

« Moi je pense - et chacun d’ailleurs qui est de bonne foi admet - que la colonisation a beaucoup apporté [...] à l’Algérie : des hôpitaux, des routes, des écoles... Même des Algériens qui sont de bonne foi l’admettent. »

Et elle n’a pas hésité à déclarer que les allégations d’Emmanuel Macron constituaient « un crime contre la France » :

« Y a-t-il quelque chose de plus grave, quand on veut être président de la République, que d’aller à l’étranger pour accuser le pays qu’on veut diriger de crime contre l’humanité ? »

On peut répondre à Marine Le Pen que prendre les armes contre son propre pays est plus grave. C’est pourtant ce qu’ont fait les activistes de l’OAS. Interrogée sur son père, un des fondateurs du Front national qui a accueilli de nombreux anciens membres de l’OAS, Marine Le Pen n’a pas su déclarer autre chose que «  il a défendu l’Algérie française, comme beaucoup de gens qui ont créé le FN ».

--------------------------------------

Une association de pieds-noirs porte plainte contre Macron

Des associations de pieds-noirs « nostalgériques » se sont mobilisées pour manifester leur réprobation lors du passage d’Emmanuel Macron dans le Vaucluse et dans le Var. Ils étaient quelques dizaines à Carpentras le 17 février :

Carpentras : des manifestants pieds-noirs interpellent Emmanuel Macron (RT France)

A Toulon, quelque 300 manifestants, pieds-noirs et harkis, mais aussi des militants du Front national, se sont rassemblés le samedi après-midi 18 février devant le Zénith de Toulon pour protester contre le meeting d’Emmanuel Macron qui s’y déroulait.

Manifestation de l’extrême-droite, Toulon, 18 février 2017 (photo Var-matin)

S’adressant notamment aux personnes qu’il avait pu choquer, le candidat d’En Marche ! a tenté de se justifier [5] :

« Je suis désolé si je vous ai blessés. En évoquant le passé colonial de la France et les crimes contre l’humain, je ne parlais pas de vous mais des choix et des responsabilités d’un Etat. Si l’on veut avancer, réconcilier le pays, nous devons regarder ce passé complexe en face. »

Le Cercle algérianiste, association de pieds-noirs qui se dit la plus importante (elle revendique 10 000 adhérents en France), est à la pointe de la protestation. Son président, Thierry Rolando, est venu le 20 avril, accompagné de l’avocat Gilles-William Goldnadel, déposer au TGI de Perpignan une plainte pour « injure » contre Emmanuel Macron [6]. On notera le raisonnement étonnant sur lequel Thierry Rolando appuie ses demandes [7] :

« En parlant, à Alger, un lieu symbolique, de crime contre l’humanité, cela veut dire que les pieds-noirs, les Harkis sont finalement des agents de ce crime contre l’humanité. 25 000 pieds-noirs ont été tués dans la guerre contre les nazis. Et, s’il y a crime contre l’humanité, comment considérer le massacre de 100 000 Harkis ? Il faut que chacun fasse le chemin de vérité. Il ne doit pas y avoir de repentance à sens unique ».

Environ 200 personnes s’étaient rassemblées devant le tribunal de Perpignan, le jeudi 20 mars, pour manifester leur soutien au Cercle algérianiste [8].


[1Déclaration de Hubert Falco, Secrétaire d’État aux anciens combattants, le 18 octobre 2010 : Falco : “le devoir de mémoire est d’abord un devoir de vérité”.

[2Publié le 15 février sur le site Le Point.fr ; https://en-marche.fr/article/Emmanu....

[3Jeune Afrique, le 24 novembre 2046 : http://www.jeuneafrique.com/376888/....

[4Marine Le Pen estime que la colonisation a « beaucoup apporté à l’Algérie » https://francais.rt.com/france/3707...

[5Var-Matin, le 18 février 2017 : http://www.varmatin.com/politique/v....

[6Le communiqué de presse du Cercle algérianiste : http://www.cerclealgerianiste.fr/in....

[7L’Indépendant du 27 février 2017 : http://www.lindependant.fr/2017/02/....

[8Le Midi libre du 20 avril : http://www.midilibre.fr/2017/04/20/....