Histoire coloniale et postcoloniale

Nous contacter

Accueil > la reconnaissance du passé colonial > les nations et leurs passés > Lumumba, le déshonneur des Belges

Lumumba, le déshonneur des Belges

mercredi 5 juillet 2017, par la rédaction

« C’est dans l’État indépendant du Congo, futur Congo belge, que les méthodes de conquête ont atteint un degré de brutalité qui en fait une sorte de modèle dans l’histoire des colonisations du XIXe et du XXe siècle.
Il faut partir de l’indépendance du Congo belge en 1960 pour mesurer à quel point les colonisateurs ont voulu légitimer l’entreprise colonialiste, au mépris de l’Histoire. Ne disait-on pas alors de ce pays qu’il était une colonie modèle : un modèle administratif grâce à son taux d’encadrement exceptionnellement élevé, et un modèle de rentabilité pour la métropole ? »

Elikia M’Bokolo, Afrique centrale : le temps des massacres


Henri Goldman, rédacteur en chef de la revue belge d’analyse et de débat Politique, revient sur un épisode dramatique de la “décolonisation” du “Congo belge” : la mort de Patrice Lumumba.

Patrice Lumumba

Lumumba, notre déshonneur, par Henri Goldman

Source : le site de la revue Politique

Il est né le 2 juillet 1925. Hier, c’était son anniversaire. Il aurait pu mourir dans son lit, comme Nelson Mandela qui passe désormais pour un saint aux yeux du monde, Belgique compris. Mais non : la Belgique officielle, avec son gouvernement et sa monarchie, a armé le bras de ceux qui l’ont assassiné le 17 janvier 1961.

J’étais gamin quand les anciens coloniaux rentraient du “Congo belge” qui commençait à sentir le roussi pour eux. Dépités, ils avaient dû se résoudre à abandonner sur place leurs “boys” et leurs “boyesses”. Au cinéma, dans les actualités « Belgavox » qui précédaient l’entracte et la vente des esquimaux glacés, chaque fois que sa silhouette apparaissait, des vociférations montaient immanquablement de la salle. Un mot l’emportait sur tous les autres : “macaque”. À la même époque, quand j’accompagnais mon grand frère au stade pour voir les matches d’Uccle Sport, alors en division 2, la métaphore jouait à plein pour déstabiliser les joueurs noirs de l’équipe adverse, traités de “Lumumba” dans l’hilarité générale des mâles sportifs de la tribune. C’est dire avec quel soulagement son assassinat fut accueilli par une part majeure de l’opinion publique belge. Ce “macaque” n’avait eu que ce qu’il méritait.

Le temps a passé, ainsi que les générations. Des milliers d’afro-descendants sont devenus citoyens belges. Les plaies de l’histoire peuvent se cicatriser. Mais pas de deuil, pas de pardon sans reconnaissance du crime. En décembre 1970, le chancelier allemand Willy Brandt s’est agenouillé devant le monument au ghetto de Varsovie. En juillet 1995, Jacques Chirac reconnaissait la responsabilité de la France dans la rafle du “Vel’ d’Hiv”. Mais en Belgique ? Les plaques de rue à la gloire des officiers belges coupeurs de mains n’ont pas été retirées – pas plus d’ailleurs que la statue équestre du guerrier islamophobe Godefroid de Bouillon sur la place royale. (Vous vous souvenez : ce héros national qui voulait chasser les “infidèles” de Jérusalem.) Oui, il y a encore du travail pour “décoloniser” notre récit national et pour y intégrer les chapitres que pourraient y écrire nos compatriotes arabes et noirs, notamment en revisitant notre histoire coloniale simultanément par les deux bouts. Et, pour commencer, il faudrait peut-être décoloniser la mouvance antiraciste qui a un mal fou à renoncer à son vieux paternalisme. [1]

Pour espérer pouvoir solder cette vieille dette, il faudrait un acte symbolique fort. Par exemple : donner le nom du Premier ministre congolais assassiné à un lieu public. Ce lieu existe. Il est à deux pas du quartier Matongé. Il a été choisi par de nombreuses associations qui, comme le collectif “Mémoire coloniale”, ont fait des enjeux de mémoire un des axes de leur quête de dignité et de reconnaissance. Virtuellement, il est même déjà reconnu par Google Maps. Mais pas question pour la bourgmestre Dominique Defourny (MR) : tant qu’elle sera bourgmestre, il n’y aura pas de place Lumumba à Ixelles, déclarait-elle en ajoutant finement : “Il y a 12.000 Français à Ixelles : est-ce qu’on doit donner des noms de Français connus à chaque rue ? », ce qui démontre sans doute de sa part un sens aigu du vivre-ensemble.

Bientôt les élections communales. À Ixelles, cette question mérite d’être un enjeu.

Henri Goldman


Voir en ligne : la Belgique et son passé colonial au Congo


[1Lire à ce propos Mireille-Tsheusi Robert, Racisme anti-noirs, entre reconnaissance et mépris, Couleur livres, 2016.