Histoire coloniale et postcoloniale

Nous contacter

Accueil > la France et les colonies > Le Salon et la Semaine anticoloniale et antiraciste 2018

de multiples débats à Paris et ailleurs

Le Salon et la Semaine anticoloniale et antiraciste 2018

mardi 13 mars 2018

Durant tout le mois de mars 2018, la Semaine anticoloniale et antiraciste est l’occasion de nombreuses rencontres. A Paris, à La Bellevilloise, le week-end des 10 et 11 mars, s’est tenu un Salon du livre. D’autres rendez-vous sont annoncés dans le programme de la Semaine. Parmi eux, le dimanche 18 mars, un atelier du Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire (CVUH) sera consacré à une réflexion sur le mot "Race", avec les historiennes Elsa Dorlin et Carole Reynaud-Paligot.

A l’initiative de l’association Sortir du colonialisme, de multiples rencontres, projections de films, tables rondes et débats sont organisés pendant tout le mois de mars 2018. Le programme de la Semaine anticoloniale et antiraciste, en Ile-de-France, à Lyon, à Annonay, etc., est accessible sur le site.

Un Salon du livre anticolonial et antiraciste s’est tenu à Paris, durant le week-end des 10 et 11 mars, à La Bellevilloise.

Un hommage a été rendu à des personnes récemment disparues qui ont participé activement aux engagements anticolonialistes : l’historien Gilbert Meynier ; François Nadiras — le fondateur du site internet ldh-toulon.net qui est à l’origine du présent site histoirecoloniale.net — ; le mathématicien Gérard Tronel qui a créé l’Association Maurice Audin et le Prix Audin de mathématiques ; l’historienne Suzanne Citron ; les avocats Pierre Braun et Roland Rappaport ; ainsi que Noël Favrelière, qui, durant la guerre d’Algérie, rappelé en 1956 dans un régiment de parachutistes, a refusé d’assassiner le prisonnier algérien qu’on lui avait désigné pour une « corvée de bois », et a fui avec lui jusqu’à la frontière tunisienne, comme il l’a raconté dans son livre Le désert à l’aube, paru en 1960 aux éditions de Minuit.

Le Salon anticolonial a été un succès. Plus de 1 500 personnes l’ont fréquenté. Les débats ont été l’occasion de discussions passionnées. Les stands ont permis aux militants anticolonialistes de présenter leurs actions et leurs réflexions. Il est suivi de nombreux autres rendez-vous durant les mois de mars et avril. A commencer par la marche des solidarités du samedi 17 mars, à Paris, de l’Opéra à la place Stalingrad. Un cortège anticolonial se rassemblera dés 13h45 devant le café de la Paix au Métro Opéra, dont, cette année, une délégation du FLNKS, vue l’importance de l’échéance du référendum de novembre 2018 en Kanaky (Nouvelle-Calédonie), sera en tête.


Parmi les initiatives de cette Semaine anticoloniale se tiendra dimanche 18 mars, dans le cadre des ateliers du Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire (CVUH), Les mots du politique, en collaboration avec la Société d’histoire de la Révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle, un atelier :


Les mots du politique

Race
dimanche 18 mars 2018, à 14h30, au Cent
100, rue de Charenton
75012 Paris

Débat organisé par Gilles Manceron (historien, membre du CVUH),

avec Elsa Dorlin, auteure notamment de La Matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la Nation française (La Découverte, 2006)

et Carole Reynaud-Paligot, auteure notamment de La République raciale. Paradigme racial et idéologie républicaine (1860-1930) (PUF, 2006).

L’atelier sera précédé (sous réserve) de la projection du court métrage Sur un air de charleston réalisé par Jean Renoir en 1926.


Présentation par l’éditeur

Présentation par l’éditeur