Histoire coloniale et postcoloniale

Nous contacter

Accueil > l’Algérie > L’Algérie et les droits de l’homme > Lahouari Addi : « le régime algérien est condamné »

Lahouari Addi : « le régime algérien est condamné »

samedi 12 février 2011

La mobilisation de 30 000 policiers et l’arrêt de tous les trains à destination d’Alger empêcheront sans doute des citoyens de participer à la marche pacifique d’Alger le 12 février – source –, mais,
selon le sociologue Lahouari Addi, professeur à l’Institut d’études politiques de Lyon, ils ne parviendront pas à sauver le régime algérien.

Lahouari Addi : « Le régime algérien est condamné »

propos recueillis par Marie Verdier, La Croix, 11 février 2011


  • La Croix : L’opposition algérienne appelle vendredi 11 févrierà une grande marche de protestation. Le vent de révolte tunisien et égyptien peut-il gagner l’Algérie ?

Lahouari Addi : Il n’est pas certain que la manifestation regroupe beaucoup de monde. La population est très méfiante, les agents du tout-puissant Département du renseignement et de la sécurité (DRS) se font fort de noyauter toute initiative. À moins que cette fois-ci ils ne se fassent emporter par le tourbillon de la foule… Mais s’il n’y a pas demain la révolution dans les rues d’Alger, Oran et Constantine, cela arrivera dans les semaines ou les mois à venir. C’est une certitude. Le régime algérien est condamné. C’est le discours extrémiste et la violence des islamistes radicaux qui lui ont permis de durer toutes ces années. Mais ce discours est minoritaire y compris dans un mouvement islamiste très divers.

  • Qu’est-ce qui vous rend si affirmatif ?

Plus rien ne fonctionne en Algérie . L’administration est gangrenée, inefficace et corrompue. Si vous voulez porter plainte dans un commissariat, vous avez peur que cela ne se retourne contre vous. Si vous entrez à l’hôpital pour une maladie bénigne vous ne savez pas si vous en ressortirez. Après 20 heures, il est impossible de circuler, etc. Les dysfonctionnements ne sont pas nouveaux, mais ils ont atteint un niveau insupportable. Il y a une aspiration profonde de toute la société, y compris des islamistes, de construire un État de droit. Les émeutes sont déjà une réalité quotidienne.

  • En Tunisie, le « clan Ben Ali » a cristallisé la haine. Le sentiment des Algériens envers le pouvoir en place est-il comparable ?

C’est bien pire encore, à cause des 200 000 morts de la décennie sanglante 1992-2002, sans compter les assassinats des milices, du pouvoir politique et des islamistes. Si vous pensez que chaque mort a 10 ou 15 proches, pas moins de deux ou trois millions d’Algériens en veulent à mort à ce régime qui a coûté la vie à tant de monde et qui a mené le pays – riche – à la ruine.

  • Les jours du président Bouteflika sont donc comptés…

Sans doute, mais il ne compte guère. Le personnage est limité. Il a d’ailleurs été choisi pour cela par l’armée. Et il est très malade. Le pays est tenu de manière clandestine par la police politique, ce fameux DRS du ministère de la défense dirigé par le général Mohamed « Toufik » Mediène – le vrai président depuis vingt ans.

  • Quel rôle peut jouer l’armée ?

Si la population descend massivement dans la rue, il y aura un bain de sang. Pour éviter le massacre, il n’y a qu’une solution : que l’armée prenne les devants. Elle est la seule force organisée, le seul acteur politique. Il faut qu’elle accepte le changement de régime et contribue à installer un gouvernement de transition. Cela suppose le départ du président Bouteflika, mais aussi et surtout la destitution de Toufik et de ses proches collaborateurs, la dissolution du DRS et la garantie d’autonomie de la justice, dont l’absence depuis un demi-siècle a fait tomber le régime dans la corruption.

  • L’armée est-elle prête à jouer ce rôle ?

Beaucoup de généraux et leurs familles sont impliqués dans des affaires de corruption. Pour autant une partie de l’armée souhaite le changement. Nombre d’officiers parlent en privé. Le problème est qu’ils veulent se limiter à des concessions. Ils veulent un changement dans le régime et non pas un changement de régime.

  • Pourquoi ?

Ils ne veulent pas ouvrir le dossier des assassinats ni celui des détournements de fonds qui se chiffrent en milliards de dollars : beaucoup trop de personnes sont impliquées. Environ 30 000 personnes liées au DRS sont au-dessus des lois. Comme en Union soviétique à la grande époque du KGB.

  • L’opposition peut-elle créer une alternative politique ?

Mais en Algérie , il est interdit de faire de la politique ! Toute opposition a été étouffée dans l’œuf. Même la liberté de ton de la presse est un leurre, les journaux sont surveillés par le DRS qui exerce le chantage de la publicité, du papier et de la fiscalité. Seuls des milliers d’individus expriment des aspirations hors de toute organisation. Quelques personnalités pourraient incarner la transition : Abdelhamid Mehri, l’ancien dirigeant du FLN limogé en 1996 ; l’avocat Ali Yahia Abdenour, président d’honneur de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme, qui dirige la coordination nationale pour le changement et la démocratie qui organise la marche de demain ; ou encore le réformateur Mouloud Hamrouche, qui dirigea le pays pendant sa brève période d’ouverture en 1989-1991 (1).

  • L’armée et le DRS sont soupçonnés de jouer un rôle trouble dans la montée de l’islamisme radical et le terrorisme…

L’armée a vaincu les islamistes par la contre-guérilla. Elle a réussi à les discréditer notamment en les manipulant. Ce fut le cas du GIA (Groupe islamiste armé), puis du GSPC (Groupe salafiste pour la prédication et le combat) et aujourd’hui d’Aqmi (Al-Qaida au Maghreb islamique). La rente islamiste a été exploitée à fond. L’argument « c’est nous ou le chaos » ne marche plus. Si le régime d’Alger tombe, il est certain qu’on en apprendra beaucoup sur cette gigantesque instrumentalisation

  • Il n’y a donc rien à craindre de la part des islamistes…

Ce sont les régimes autoritaires qui sont à l’origine de la radicalisation d’une frange islamiste. Quant aux autres, ils ont évolué et joueront pour la plupart le jeu du changement. Les conditions politiques et idéologiques sont réunies pour la démocratie arabe.