Histoire coloniale et postcoloniale

Nous contacter

Accueil > la reconnaissance du passé colonial > la France et son passé colonial > François Hollande et le passé colonial de la France en Algérie

François Hollande et le passé colonial de la France en Algérie

mercredi 13 juin 2012, par la rédaction

Le quotidien algérien El Watan du 19 mars 2012 et Le Monde daté du lendemain ont publié une tribune dans laquelle François Hollande, alors candidat à l’élection présidentielle, exposait son point de vue sur le passé colonial de la France en Algérie. Il appelait à un regard lucide et responsable sur ces pages d’histoire et incitait les deux pays à mener ensemble un travail de mémoire.

Il serait temps, cinquante ans après la fin de ce conflit cruel, que le vent mauvais de la censure cesse de souffler sur le midi méditerranéen.

La guerre d’Algérie n’a pas été vécue de la même manière par tous, et ce n’est pas manquer de respect envers quiconque que d’organiser des colloques consacrés à cette période de l’Histoire de France : il est donc injustifiable d’en demander l’annulation. Les réunions prévues à Nice, puis à Nîmes, ont pu avoir lieu, mais des manifestations culturelles ont été supprimées – notamment à Aix-en-Provence et à Venelles [1].

Espérons également que le rétablissement des cérémonies officielles du 19 mars [2] pourra se faire dans le respect de chacun [3].

France et Algérie doivent mener ensemble un travail de mémoire

tribune de François Hollande
publiée dans Le Monde daté du 20 mars 2012


En 1962, le 19 mars, le cessez-le-feu était proclamé en Algérie au lendemain de la signature des accords d’Evian. Cet acte ne marquait pas la fin définitive des violences - loin s’en faut -, mais il ouvrait la voie au processus qui allait conduire à la fin d’une guerre cruelle.

La guerre d’Algérie a été un moment décisif de l’histoire contemporaine. Elle a, en France, entraîné la chute d’une République et donné naissance à la Ve République ; envoyé de l’autre côté de la Méditerranée un million et demi de jeunes soldats et provoqué la mort de trente mille d’entre eux ; arraché à leur terre natale un million de pieds-noirs ; suscité l’abandon et le massacre de milliers de harkis restés fidèle à la France.

Cette guerre, en Algérie, a entraîné la destruction de centaines de villages et le déplacement de deux millions de paysans ; elle a provoqué la mort de centaines de milliers d’Algériens, et la destruction durable des paysages urbains et ruraux. Après sept ans d’un combat cruel livré entre 1954 et 1962, l’Algérie a obtenu son indépendance, et la France a achevé son processus de décolonisation.

La séparation de l’Algérie et de la France a produit des volontés de connaissances et des oublis. C’est en 1999, avec le gouvernement dirigé par Lionel Jospin, que la guerre d’Algérie a enfin été reconnue, et nommée sur la scène culturelle et politique.

Aujourd’hui, entre une repentance jamais formulée et un oubli forcément coupable, il y a place pour un regard lucide, responsable, sur notre passé colonial et un élan confiant vers l’avenir. Nous le devons à nos aînés pour que leurs mémoires soient enfin apaisées. Nous le devons à notre jeunesse, car le travail de la mémoire ne vaut que s’il est aussi une promesse d’avenir. Cela vaut pour la gauche française dans le regard qu’elle porte sur sa propre histoire. Cela vaut aussi pour la France et pour l’Algérie. Aucune avancée en la matière ne pourra être unilatérale.

Tous les ans, en tant qu’élu de Corrèze, j’assiste aux commémorations du 19 mars devant le monument aux morts en présence des anciens combattants. Dans leurs regards, le soulagement de l’arrêt des combats et du retour au foyer se lit encore, avec l’indélébile souvenir des camarades qui ne sont pas revenus. Je connais leur attachement à la commémoration de cet événement historique. Je le respecte.

Je pense également aux harkis, condamnés par l’Algérie et rejetés par la France, qui ont enduré un interminable calvaire, et ont été abandonnés dans des camps qui devaient être provisoires. La France leur doit le respect et la reconnaissance de son abandon.

Je pense aux familles rapatriées d’Algérie, déracinées, qui ont emporté avec elles une partie de leur vie et une mémoire douloureuse, encore vive aujourd’hui. Elles ont transmis à leurs enfants le souvenir de leur terre natale où ils ne sont pour beaucoup jamais retournés. Elles ont droit au respect de la Nation.

Je pense aux immigrés algériens qui vivent dans notre pays, qui partagent son histoire et qui ont vécu la tragédie du conflit jusque sur le sol français. En me rendant, il y a quelques mois, sur le pont de Clichy pour le 50e anniversaire du 17 octobre 1961, j’ai voulu rappeler ce jour où des Algériens qui manifestaient pacifiquement ont été tués. Aux enfants de ces immigrés, qui se sont sentis exclus de la communauté nationale du fait des déchirures du passé, je dis qu’ils ont toute leur place dans l’histoire de notre pays.

Je pense enfin aux stigmates laissés par la violence de la guerre, à la souffrance des familles des Français et des Algériens qui ont laissé leur vie, y compris après le cessez-le-feu. Mais pour que cette histoire entre de manière apaisée dans notre passé, un travail de mémoire est nécessaire.

La guerre d’Algérie, sombre période de la conscience nationale, sort ainsi des turbulences passionnelles et du traumatisme collectif pour s’offrir, enfin, à l’examen de l’historien. Les jeunes générations, qui font déjà la France et l’Algérie de demain et n’ont aucune responsabilité dans l’affrontement d’hier, peuvent ainsi lire cette page avec méthode, loin du bruit et de la fureur longtemps entretenus par leurs aînés, acteurs de cette histoire.

La France et l’Algérie ont un travail commun à mener sur le passé pour en finir avec la « guerre des mémoires ». Pour passer à une autre étape afin d’affronter les défis communs en Méditerranée. Pour que l’avenir se construise ensemble. Nous avons tant de choses utiles et belles à faire dans une même perspective. Celle du respect, mais aussi celle du dépassement.

François Hollande


La date de la fin de la guerre d’algérie

Maurice Sicart [4], qui a été pendant 40 ans secrétaire général de la FNACA, Fédération Nationale des Anciens Combattants en Algérie, Maroc, Tunisie, explique pourquoi la fédération qu’il représente s’oppose à la date du 5 décembre qui ne correspond à aucune réalité, et veut maintenir la célébration du 19 mars date du cessez-le-feu de la guerre d’Algérie, pour commémorer la fin de la guerre d’Algérie.

Maurice Sicart, invité au journal de Soir 3, le 17 septembre 2003.



[1Voir cet article de L’Humanité : http://www.humanite.fr/censure/comm....

[2Aucune cérémonie officielle ne s’est déroulée le 19 mars 2012...

[3Voir les incidents de Claviers en 2010 : http://www.varmatin.com/article/var....

[4Maurice Sicart est décédé le 19 mai 2012.