Histoire coloniale et postcoloniale

Nous contacter

Accueil > la France et les colonies > Cartographie du massacre du 17 octobre 1961

La géographie du crime

Cartographie du massacre du 17 octobre 1961

par Léopold Lambert

samedi 4 novembre 2017

Léopold Lambert, architecte, essayiste et directeur de la publication de la revue "The Funambulist", a cartographié les violences policières commises le 17 octobre 1961 et les jours suivants à l’encontre des manifestants algériens à Paris et dans la banlieue. Une répression qu’on a tendance à réduire à quelques lieux comme les grands boulevards ou le Pont Saint-Michel. Nous reproduisons ici cette carte ainsi que sa présentation avec l’autorisation de son auteur et celle de la revue "Vacarme", qui a publié la traduction de cet article par Isabelle Saint-Saens.

Dans la recherche que je mène sur la structure des cinq épisodes d’état d’urgence déclarés par la France depuis 1955, un événement-clé est le massacre du 17 octobre 1961 à Paris, peu avant la fin de la révolution algérienne. Ce qui frappe dans la commémoration annuelle (bien timide au regard de l’importance de l’événement) : l’unicité supposée de lieu et de temps. Selon le récit communément admis, les scènes les plus violentes, des policiers jetant des Algérien.ne.s dans la Seine, se produisirent autour de la place Saint-Michel, au centre de Paris, et advinrent à un moment d’exaspération où les manifestations de masse étaient interdites. Ce que révèlent au contraire les recherches, c’est la multiplicité des lieux et des moments du massacre. C’est ce qu’essaie d’illustrer cette série de cartes, qui utilise des images aériennes (à plus ou moins 3 ans de la date en question) ; j’ai suivi la méthode précédemment utilisée pour montrer la relation entre l’organisation de la ville et la sanglante répression de la Commune de Paris [1]

Léopold Lambert

Accéder ici aux détails de la carte et à la totalité de l’article en français et en anglais.

Voir aussi le dossier de septembre 2000 de la revue Vacarme, « 17 octobre 61, archéologie d’un silence ».