Histoire coloniale et postcoloniale

Nous contacter

Accueil > la reconnaissance du passé colonial > Bigeard aux Invalides ? > Bigeard : paix à ses cendres, non à un hommage

communiqué de la LDH de Toulon

Bigeard : paix à ses cendres, non à un hommage

vendredi 26 octobre 2012

Communiqué de la section LDH de Toulon

En novembre 2011, le ministre de la Défense, Gérard Longuet, avait fait connaître son intention de transférer les restes du général Marcel Bigeard aux Invalides. De multiples protestations, dont une pétition qui a recueilli près de 10 000 signatures, ont empêché ce projet de se réaliser.

Le nouveau gouvernement a décidé d’abandonner ce projet et de transférer les cendres de Bigeard au mémorial des guerres en Indochine de Fréjus (Var) [1]. Cette décision, qui associe Bigeard à l’Indochine en laissant de côté sa participation à la guerre d’Algérie, n’appellerait aucun commentaire, si le site du ministère de la Défense n’avait accompagné son annonce d’un panégyrique de celui qu’il qualifie de « meneur d’hommes [...] vers qui les regards se tournent naturellement dans les moments les plus difficiles »
 [2].

Un tel hommage passe sous silence le rôle funeste joué par le général Bigeard en Algérie – à propos duquel, contrairement au général Massu, il n’a exprimé aucun regret. Si le ministre de la Défense s’exprimait dans le même sens le 20 novembre, cela reviendrait à élever la torture au rang de haut fait d’armes méritant les honneurs de la Nation [3]. Cela en contradiction avec
l’article 5 de la déclaration universelle des droits de l’homme : « Nul ne sera soumis à la torture ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. »

Si la République veut célébrer l’un de ses généraux, qu’elle oublie Marcel Bigeard et qu’elle cite en exemple Jacques Pâris de Bollardière qui a défendu les valeurs des droits de l’homme.

Toulon, le 22 octobre 2012

[Page mise en ligne le 22 octobre 2012, mise à jour le 26]


Cette prise de position rejoint celle du président de l’Association des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT) qui, dans son courrier du 13 décembre 2011, demandait au ministre de la Défense de renoncer au projet maintenant abandonné de transférer les cendres du général Bigeard aux Invalides.

Sur ce même sujet, nous reprenons ci-dessous une autre protestation, publiée le 20 octobre dernier sur le site Mediapart.

Non à tout hommage officiel au général Bigeard

[Mediapart, 20 octobre 2012]


Il y a deux ans, le ministre de la défense du précédent gouvernement, Gérard Longuet, venu des rangs de l’extrême droite, avait conçu l’idée de transférer les cendres du général Bigeard aux Invalides. Une pétition, signée par 10.000 citoyennes et citoyens, fut pour beaucoup dans l’échec de cette provocation. Or, voici que le nouveau ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, remet sur pied un hommage de même nature, ce 20 novembre, avec une variante : le transfert de ces cendres au Mémorial de Fréjus, dédié aux combattants d’Indochine. Notre pétition était intitulée « Non à un hommage officiel au général Bigeard » : il fallait entendre : « Non à TOUT hommage ».

Aucun de nos arguments, en effet, n’est obsolète.

On nous présente encore et toujours cet officier comme un héros des temps modernes, un modèle d’abnégation et de courage, au mépris de tous les témoignages, de toutes les études historiques sérieuses. En fait, Bigeard a été un acteur de premier plan des guerres coloniales, un « baroudeur » sans principes, utilisant des méthodes souvent ignobles. En Indochine et en Algérie, il a laissé aux peuples, aux patriotes qu’il a combattus, aux prisonniers qu’il a « interrogés », de douloureux souvenirs. Aujourd’hui encore, dans bien des familles vietnamiennes et algériennes, qui pleurent toujours leurs morts, ou dont certains membres portent encore dans leur chair les plaies du passé, le nom de Bigeard sonne comme synonyme des pratiques les plus détestables de l’armée française.

Qu’un gouvernement élu par le « peuple de gauche » persiste dans ce projet laisse à penser que l’intervention citoyenne est plus que jamais nécessaire. Nous n’abandonnerons pas, en ce qui nous concerne, ce combat.

Non, décidément, NON, cent fois NON, à TOUT hommage au général Bigeard.

Patrick CHAMOISEAU (Écrivain)
Guy FISCHER (Sénateur du Rhône)
Louisette IGHILAHRIZ (Patriote algérienne, torturée à l’état-major de la 10e division parachutiste)
André NOUSCHI (Historien, professeur émérite à l’Université de Nice, ancien de la 1ère DFL)
Salah AMOKRANE (Militant associatif)
Rosa MOUSSAOUI (Journaliste)
Alain RUSCIO (Historien)


[1Le mémorial de Fréjus : http://www.anai-asso.org/NET/docume....

[2Voir le communiqué du ministère de la Défense, daté du 29/09/2012 à 11h51 : http://www.defense.gouv.fr/actualit....

[3Concernant Bigeard et la torture, on pourra consulter :

  • Alain Ruscio, « Deux ou trois choses que nous savons du général Bigeard », Cahiers d’Histoire, Revue d’Histoire critique n° 118, janvier-mars 2012 ;
  • une compilation d’articles publiés dans Les Dernières nouvelles d’Alsace au cours de l’année 2000 : http://audin.lautre.net/archive/pat....